Le mythe de l'agriculture biodynamique

Le mythe

L'agriculture biologique dynamique, connue sous le nom de biodynamie, est un système agricole reposant sur une série de lectures données par Rudolf Steiner en 1924. Durant sa vie, le Dr Steiner se sentait concerné par la dégradation de la nourriture produite par des pratiques agricoles qui faisaient davantage confiance dans les fertilisants et les pesticides non organiques. Réputée comme étant la première approche alternative, la biodynamie a évolué durant le siècle dernier pour inclure de nombreuses pratiques agricoles ayant des bénéfices démontrables sur les récoltes et l'utilisation du terrain. En fait, la biodynamie est surtout connue en Europe, mais l'Amérique du Nord voit le nombre de ses partisans augmenter. L'approche biodynamique doit-elle être encouragée ?


La réalité

Il existe de nombreux sites internet et écrits non scientifiques à propos de la biodynamie, Rudolf Steiner, et l'école qu'il a développé (l'anthroposophie). Il y a beaucoup moins d'articles scientifiques sur la biodynamie, et une revue faite par Reganold (1995) en a trouvé plusieurs dont la qualité scientifique laissait à désirer.

Rudolf Steiner (1861-1925) était un intellectuel qui s'intéressait à plusieurs domaines académiques, cependant son point fort était la philosophie, et le sujet de son Doctorat en philosophie portait sur la théorie de la connaissance de Fichte. L'intention de ses séries de lectures sur l'agriculture était d'instruire les fermiers sur "l'influence des forces cosmiques et terrestres sur la vie organique sur terre" (Kirchmann, 1994). Cette distinction est importante parce que l'agriculture biodynamique, dans sa conception originale, consistait dans la confection et l'utilisation de huit "préparations" biodynamiques qui "stimuleraient la vitalité et harmoniseraient les processus dans le sol" (Kirchmann, 1994).

Les directions pour préparer les huit composés biodynamiques sont compliquées et peuvent être trouvées sur de nombreux sites internet ou dans la littérature spécialisée. Pour faire court, deux des composés sont produits en bourrant de la bouse de vache (préparation 500) et du silice (préparation 500) dans des cornes de vaches, puis il faut les enterrer plusieurs mois avant que leur contenu soit mélangé dans de l'eau chaude, pour être finalement appliqué sur le terrain. Les cornes de vaches sont utilisées en tant qu'"antennes" permettant de recevoir et de concentrer les "forces cosmiques", qui sont transférées par ce biais au matériau qui se trouve à l'intérieur.

Les six autres composés (préparations 502 à 507) sont des extraits de différentes plantes soit stockées dans des crânes ou des organes d'animaux (par exemple, dans des vessies de daims, des péritoines ou des intestins de bovins) soit dans la tourbe ou le fumier, où on les fait vieillir avant de les diluer et les appliquer au compost. Les éléments chimiques contenus dans ces préparations sont considérés comme permettant de transporter "les forces cosmiques et terrestres" qui communiqueraient ces forces aux récoltes, et ainsi aux humains qui les consommeraient.

Ces processus n'ont pas été développés grâce à une méthode scientifique rigoureuse, mais plutôt par la méditation de Steiner qu'il décrit lui-même comme une sorte de "clairvoyance". En fait, Steiner déclarait que ses méthodes, déterminées spirituellement, n'avaient pas besoin d'être confirmées par des essais scientifiques traditionnels, mais étaient plutôt "vraies et correctes" en soi (Kirchmann, 1994). Le rejet de toute objectivité scientifique en faveur d'une approche mystique sous-entend que plusieurs des recommandations de Steiner ne peuvent pas être testées ni validées par les méthodes traditionnelles en science. Pour être clair, ceci veut dire que tout effet attribué aux préparations biodynamiques est plus une affaire de croyance que de faits.

D'autres pratiques non scientifiques sont devenues parties intégrantes du mouvement post-Steiner. Celles-ci comprennent le recours à des agendas cosmiques (notamment l'astrologie) qui rythment le cours des événements, des activités de la ferme ou des "visualisations" de la qualité nutritionnelle des aliments. Ces pratiques, apparues plus tard, utilisent des analyses chimiques légitimes comme la chromatographie comme moyen d'étudier les forces vitales "éthériques" des plantes à travers ce qu'ils appellent la "cristallisation sensible" et la "dynamolyse capillaire", qui sont des techniques, elles aussi, non testables scientifiquement.

La biodynamie, en plus des idées originales de Steiner, a aussi naturellement intégré des pratiques de l'agriculture biologique. Plusieurs de ces pratiques, (comme la préparation du sol sans labour, l'utilisation de compost, la polyculture) sont des méthodes agricoles alternatives efficaces. Elles ont démontré avoir des effets positifs sur la structure du sol, sur la flore et la faune du sol, la suppression de maladies, car elles ajoutent des matériaux organiques et réduisent la densité du terrain. Le fait d'associer des pratiques bénéfiques au mysticisme de la biodynamie, donne à cette dernière un vernis de crédibilité scientifique qui, pourtant, n'est pas mérité.

Plusieurs des articles scientifiques ayant comparé la biodynamie à l'agriculture conventionnelle n'ont pas séparé les préparations biodynamiques des pratiques biologiques, et bien entendu, elles ont obtenu des résultats positifs pour les raisons mentionnées plus haut. Pourtant, quand les chercheurs ont comparé l'agriculture biodynamique à l'agriculture biologique, ils ne trouvèrent aucune différence entre les deux (qui sont bien entendu, toutes deux différentes de l'agriculture conventionnelle dans ses pratiques). Il serait intéressant de pouvoir faire une étude comparative entre les fermes conventionnelles et des fermes conventionnelles utilisant les préparations biodynamiques sans les pratiques biologiques, afin de voir s'il existe des différences.

Etant donné la maigreur de la littérature scientifique, et le manque de données claires supportant les préparations biodynamiques, il serait sage de cesser de substituer le terme de "biodynamique" pour se référer à l'agriculture biologique. Il est à parier que de nombreuses personnes n'ont aucune idée de ce qu'est vraiment la biodynamie, ni ne connaissent ses véritables racines : le fait que "biodynamique" soit parfois utilisé à la place de "biologique" dans la littérature, semble confirmer cette conclusion. Pour les agronomes, l'usage du terme est un drapeau rouge qui questionne automatiquement la validité de tout qui s'y rapporte.

Le but est de garder la pseudoscience hors des pratiques scientifiques légitimes. C'est souvent ce type de mauvaise science qui créé une hostilité entre la communauté scientifique et les partisans de la biodynamie.
Face à ces arguments, certains pratiquants de l'agriculture biodynamique n'hésitent pas à dire de la science qu'elle n'est finalement qu'une autre croyance, ouvrant les vannes du relativisme le plus absolu. Comme aime à le répéter Alan Sokal : que ceux qui pensent que la science n'est qu'une forme de croyance viennent donc défier la gravité en se jetant du haut de ma fenêtre du 21° étage !

En résumé :

  • L'agriculture biodynamique consiste originellement en une approche mystique, et donc non scientifique, de l'agriculture
  • Des ajouts récents de la méthodologie biologique à la biodynamie ont créé une confusion dans les pratiques en amalgamant des pratiques objectives à des croyances subjectives
  • Les études scientifiques des préparations biodynamiques sont limitées et aucune preuve existe selon laquelle l'ajout de ces préparations améliore la qualité des plantations ou du sol
  • Plusieurs pratiques biologiques sont testables scientifiquement et peuvent améliorer le sol et la santé des cultures
  • Le monde scientifique doit éclairer la population profane sur cette explosion des théories pseudo-scientifiques et les aider à faire la différence entre les deux.


Pour aller plus loin :
- Le New Age. Renaud MARHIC.
- Les prêcheurs de l'apocalypse : Pour en finir avec les délires écologiques et sanitaires. Jean de Kervasdoué.

A lire aussi :
- Le vin biodynamique.
- Rudolf Steiner et le charlatanisme.
- La médecine anthroposophique.
- Le bio est-il meilleur à la santé ?

Références :
- Kirchmann, H. 1994. Biological dynamic farming - an occult form of alternative agriculture ? Journal of Agricultural and Environmental Ethics 7: 173-187.
- Reganold, J. 1995. Soil quality and profitability of biodynamic and conventional farming systems: a review. American Journal of Alternative Agriculture 10:36-45.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :