L'algue bleue verte

Les déclarations

L'algue bleue-verte est une plante unicellulaire qui produit sa propre nourriture par la photosynthèse. Parmi les 1500 espèces existantes, deux, l'Aphanizomenon et la Spiruline, ont été mises en avant et vendues sous la forme de capsules ou de tablettes pour leurs prétendus effets bénéfiques à la santé. La spiruline a fait son apparition la première en 1981 lorsque des magazines commencèrent à lui attribuer des effets miraculeux pour ce qui est de la perte de poids. Elle a, depuis, été vendue par de nombreuses sociétés dont certaines affirment que l'algue bleu-verte est un "aliment complet à elle toute seule" qui "contiendrait 60% de protéines avec tous les acides aminés essentiels parfaitement équilibrés" et "le plus haut taux de chlorophylle de toutes les plantes".

Certains vendeurs déclarent même que la valeur nutritionnelle de l'algue bleu-verte "est essentielle à la santé en apportant au corps la plupart des éléments nutritifs nécessaires à son équilibre lui permettant de guérir lui-même". D'autres vertus, plus spécifiques sur le produit, déclarent qu'elle aide à "faire le plein d'énergie nettoyer son corps des impuretés, augmenter l'endurance et la résistance, retrouver la vitalité, lutter contre la fatigue physique, aider en période de convalescence, éviter les carences alimentaires, redonner de l'éclat à la peau, aux ongles et aux cheveux, mieux supporter les règles, la ménopause et la grossesse, complémenter un régime minceur par un apport de protéines en période d'amincissement" (http://www.sens-nature.com/). Ailleurs, on hésite pas à impliquer l'algue bleue-verte dans la prévention ou le traitement du cancer ou le sida ! Bien que les exemples nommés ne soient pas les seuls promoteurs de la spiruline, les déclarations ci-dessus sont assez représentatives.

Les vendeurs de spiruline, et autres produits à base d'algue bleue-verte, n'hésitent pas à argumenter que des recherches scientifiques viennent confirmer leurs dires. Une étude a été publiée en décembre 2000 dans le Journal of Medicinal Foods par le Dr. Eric Gerschwin de l'UC David School of Medicine. Le Dr. Gerschwin résume ainsi son étude : "Nous avons découvert que la spiruline, riche en éléments nutritifs, est un inducteur potentiel de l'interféron-gamma, et un stimulant modéré des interleukine-4 et interleukine-1 bêta". Ces derniers sont des marqueurs de la fonction immunitaire. La presse résuma cette étude en concluant que la spiruline "boostait le système immunitaire".


Disséquons les déclarations

Le principal problème dans ce genre de déclarations médicales sur les vertus de l'algue bleu-verte vient de ce qu'elles ne sont pas soutenues par des recherches ou études cliniques. C'est si souvent le cas que tout sceptique courre le risque de se répéter tel un disque rayé. Ce problème du manque de preuves est vrai pour la grande majorité des suppléments vendus sous des arguments fallacieux à propos de la santé, et ce pour des raisons que nous examinerons plus tard. Qu'en est-il de la plausibilité des déclarations ?

Celles-ci reposent largement sur la notion selon laquelle la spiruline est l'aliment idéal, dense en éléments nutritifs et parfaitement "équilibrée". Pourtant, les produits à base de spiruline sont vendus en petites capsules ou tablettes. En tant que suppléments alimentaires, ces produits ne contiennent que de faibles quantités d'éléments nutritifs, et coûtent au consommateur pas loin de 600 euros au kilo.

La spiruline ne contient aucun élément nutritif qu'on ne trouve déjà dans les autres aliments pour une somme beaucoup plus modique. Les produits à base d'algue bleue-verte ne sont pas consommés comme aliment, mais sont pris en très petites quantités pour leurs prétendus bénéfices à la santé.
Il est aussi intéressant de constater que les publicités sur la spiruline font la part belle à l'un des paradigmes fréquemment rencontré dans toute déclaration pré-scientifique : celle d'"équilibre". L'idée selon laquelle la maladie est due à des forces, ou à certaines fonctions physiologiques, qui seraient "déséquilibrées", et que restaurer cet équilibre permettrait de recouvrer la santé, est une idée qui a plusieurs milliers d'années. Dans la culture orientale, ce sont les forces opposées du yin et du yang qui doivent être "équilibrées" (par l'acupuncture ou d'autres techniques). Dans la culture Occidentale, les quatre humeurs avaient cette fonction et devaient être équilibrées, par des saignées par exemple. Certaines thérapies alternatives, de nos jours, ont ressuscité ces vieilles idées pré-scientifiques. En outre, ce concept simpliste d'équilibre est devenu une pierre angulaire du charlatanisme nutritionnel.

De nombreux régimes charlatanesques de ces dernières années reposaient sur l'idée qu'il existerait une formule magique de macronutriments, hydrates de carbone, graisses et protéines, qui mettrait le corps dans un état idéal, permettant à cette indésirable graisse de fondre, tout en récoltant d'autres bienfaits tels qu'un gain d'énergie. Cette philosophie a été incarnée par les livres de Barry Sear. Comme la plupart des erreurs et idées reçues, il y a un noyau de vérité dans ces idées. Tous les nutritionnistes et médecins s'accordent pour dire qu'un régime diversifié, avec une grande variété d'aliments différents, est meilleur qu'un régime étroit ou limité. Nous avons des besoins nutritifs, et un régime pauvre peut avoir des conséquences négatives. Pourtant, il y a un large éventail de ce qui est acceptable, aussi longtemps que nos exigences minimales pour chaque type d'élément nutritif sont comblées, et ne souffrent pas de carences pouvant avoir des conséquences sur notre santé.

A l'autre bout du spectre alimentaire, il existe une controverse, nourrie par un dramatique manque de preuves convaincantes. Plus spécifiquement, il existe peu de preuves que de grandes doses de vitamines ou minéraux soit bénéfiques à la santé, sinon d'éviter les effets d'une carence... rare en Occident. Il existe peu de situations dans lesquelles les suppléments ont prouvé avoir des effets bénéfiques spécifiques, comme le folate pour les femmes enceintes afin d'éviter tout défaut de la moelle épinière chez le foetus.

De même, il n'y a pas de preuves qu'une zone "étroite" d'équilibre de macronutriments ait quelque effet bénéfique pour la santé, sinon d'éviter toute carence ou excès. Parmi les macronutriments, les seuls ayant prouvé leurs effets délétères en excès sont les graisses, qui apportent leur lot de risques de maladies cardiovasculaires et de cancer du colon. Bien que la presse ait donné quelque écho aux dommages causés par un excès d'hydrates de carbone (comme fraction de l'absorption calorique totale, et non pas en quantité absolue), ceci n'a pas été prouvé par des études cliniques.

Un autre aspect important des déclarations faites sur l'algue bleue-verte, est l'idée selon laquelle une fois l'équilibre nutritionnel parfait atteint, le corps serait capable de guérir par lui-même, quoi qu'il lui arrive. C'est aussi un concept populaire en médecine alternative, et ce pour deux raisons principales. La première est pratique, il est n'est pas possible de déclarer qu'un produit quelconque est capable de soigner ou de guérir une maladie spécifique sans l'accord des Autorités de la santé, ce qui nécessite d'avoir fait la preuve objective, scientifique et clinique de l'efficacité d'un traitement/médicament/produit. Cependant, la Répression des Fraudes ne fera pas de cas s'il est déclaré, à propos de ce produit, qu'il permet ou aide le corps à "guérir de lui-même".

La seconde raison est philosophique, elle repose sur le désir. L'idée que le corps a une capacité pratiquement illimitée de se soigner par lui-même est certainement très séduisante, mais ne repose sur aucun concept de la biologie ou de la médecine moderne. Sans doute nos corps ont-il de remarquables pouvoirs afin de combattre l'infection, la blessure, et de se débarrasser de certaines affections tous seuls (voir effet placebo). Pourtant, nos corps sont bien loin d'être de parfaites machines, et deviennent moins efficaces avec le temps. Les maladies peuvent être causées par toutes sortes de choses, et il en existe une minorité dont l'origine est nutritive. Certaines maladies sont dues, ou sont exacerbées par des déficiences nutritives, mais il en existe bien plus qui ne le sont pas et qui ont d'autres causes. Mais si vous vendez un complément alimentaire, et que vous êtes rivés les yeux plutôt sur vos profits que sur la vérité, il sera donc plus avantageux d'exagérer le rôle de la nutrition pour la santé et dans la maladie.

Les vendeurs de produits à base d'algue bleue-verte déclarent que cela permet une "détoxication" du corps. Autre exemple de non-sens nutritionnel. Le concept ici est que la capacité du corps à s'auto-guérir peut être amoindrie par des toxines de l'environnement, ou produites par nos cellules croissantes dans notre organisme, et causer la maladie. De nouveau, il y a un fond de vérité, car certaines toxines sont associées à certaines maladies spécifiques. Pourtant, de nombreux gourous de la nutrition utilisent ce concept dans un sens relativement vague, sans jamais faire de démonstration, ni mentionner ces toxines spécifiquement ou leurs effets, mais en affirmant que leurs produits les réduisent dans le corps. Au lieu de cela, le mot "détoxification" est utilisé comme une panacée. Étant donné qu'il n'a pas de signification médicale précise, toute déclaration de détoxification (ou détoxication) évite de s'attirer les foudres des Autorités de la Santé.


A lire :
- Le sommeil de la raison. Norbert Bensaïd.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Idées folles, idées fausses en médecine. Skrabanek, Mc Cormick.
- Les pseudo-médecines. Jean Brissonnet.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie. Thomas Sandoz.

A visiter :
- Les actualités sur les compléments alimentaires.
- Les produits attrape-nigauds.
- Le mythe du "naturel" !
- 12 questions à poser lorsqu'on évalue les "médecines douces".
- Pourquoi ça marche ?
- Médecines parallèles et erreurs de raisonnement.

References :
- Gerschwin, E. Journal of Medicinal Food, Vol 3 Number 4, Winter 2000
- Barrett, S. Algae: False Claims and Hype. Quackwatch.
- Cell Tech 2001 promotional website: www.celltech.com
- Dietary Supplement Health and Education Act

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :