La physique des thérapies alternatives :
Les champs bioénergétiques
(Suite)

Victor J. Stenger

Auras et décharges

Peut-être que le modèle le plus spécifique des champs bioénergétiques est une forme spéciale d'électromagnétisme. Ses promoteurs déclarent que des ondes électromagnétiques mesurables sont émises par les êtres humains. Dans le Journal of Advanced Nursing, Patterson rattache "la guérison spirituelle" à la croyance que "nous sommes tous une partie de l'énergie naturelle et harmonieuse de l'univers." Dans cette énergie universelle se trouve le domaine des champs énergétiques humains "qui est intimement impliqué dans la vie humaine, souvent appelé 'aura'13".

En effet, les êtres humains ont des auras qui peuvent être photographiées avec des films sensibles aux infrarouges. Cependant, ceci peut être trivialement identifié comme le rayonnement électromagnétique du "corps noir". Les objets de tous les jours qui reflètent faiblement de la lumière apparaîtront noirs. Leurs corps émettent une lumière infrarouge invisible qui est le résultat statistique des mouvements thermiques aléatoires des particules chargées du corps. Le spectre ondulatoire a une forme régulière caractéristique selon la température absolue du corps. Quand la température augmente, le spectre devient visible. Le soleil, par exemple, rayonne largement comme un "corps noir" de température 6000K, avec une pointe maximum au centre du spectre visible dans le jaune. A leur température corporelle la plus basse, les êtres humains rayonnent principalement dans la région infrarouge du spectre, qui est invisible à l'oeil nu, mais qui peut facilement être vu via un appareillage de détection infrarouge.

L'impossibilité pour la théorie ondulatoire de la lumière d'expliquer le spectre du corps noir a conduit, en 1900, à l'hypothèse de Planck selon laquelle la lumière arrive par paquets d'énergie appelés "quanta", à l'origine de la révolution quantique. Ces quantas sont maintenant reconnus comme les photons matériels. Il est quelque peu ironique que les holistes trouvent un réconfort dans la mécanique quantique, qui, pourtant, remplace les ondes éthériques par des particules matérielles.

Sans doute le rayonnement des corps n'est-il pas un bon candidat pour le champ énergétique, car même le fond cosmique de micro-ondes, rayonnant à 2,7K et provenant du big-bang, serait "vivant". Le rayonnement des corps noirs manque de toute cette complexité que nous associons à la vie. Toutes ces formes imaginaires prises de ces photographies d'auras, émanant des êtres humains, peuvent être attribuées à des effets optiques et photographiques, sans rapport avec quelque propriété qu'aurait le corps pouvant être identifiée comme de "la vie" plutôt que de "la mort", et à cette tendance des gens à voir des formes où il n'y en a pas (pareidolie).

Stefanatos15 nous dit que les "champs électromagnétiques émanant des bactéries, des virus et des substances toxiques affectent les cellules du corps, et affaiblissent sa constitution." Ainsi, la force vitale est assimilée assez explicitement aux champs électromagnétiques, et reconnue comme étant la cause de la maladie. Mais d'une façon ou d'une autre, les énergies vitales du corps sont rééquilibrées par les thérapies énergétiques. "Aucun antibiotique ni médicament, quelque-soit sa puissance, ne sauvera un animal si la force vitale de guérison est supprimée ou manquante16". Ainsi, la santé et la maladie sont déterminées par celui qui gagne la bataille entre les bonnes et les mauvaises ondes électromagnétiques dans le corps.

Il semble donc bien que tous ces effets des champs électromagnétiques, chez les objets, vivants soient facilement détectables, étant donné la grande précision avec laquelle les phénomènes électromagnétiques peuvent être mesurés en laboratoire. Les physiciens ont réussi à mesurer le moment dipolaire magnétique de l'électron (une mesure de la force du champ magnétique de l'électron) jusqu'à une partie pour dix milliards, et l'ont calculé avec la même précision. Ils devraient certainement être capables de détecter tout effet électromagnétique dans le corps assez puissant pour déplacer les atomes alentours, ou faire quoi que ce soit qui causerait ou soignerait une maladie. Mais ni la physique, ni les autres sciences n'ont trouvé quelque chose obligeant à aller au-delà des théories physiques établies. Aucune particule élémentaire, ni champ nouveau, n'ont été découverts qui soient uniquement biologiques. Aucune trace même avec nos détecteurs les plus puissants.

A côté du rayonnement infrarouge déjà mentionné, des ondes électromagnétiques sous d'autres fréquences sont détectées provenant de notre cerveau et d'autres organes. Comme déjà dit, elles sont souvent mentionnées comme étant des "preuves" des champs électromagnétiques. En médecine, elles permettent de fournir des informations pour une diagnostic. Mais ces ondes électromagnétiques ne présentent aucune caractéristique qui les différencies des ondes électromagnétiques produites par tout système électronique. En effet, elles peuvent être simulées avec un ordinateur. Aucun marqueur n'a été trouvé qui rangerait ces ondes, venant d'organismes, comme étant "vitales" plutôt que "mortelles".

La photographie kirlian est souvent citée comme une preuve de l'existence de champs propres aux êtres vivants. Par exemple, Patterson17 déclare que "sept couches, ou plus, dans une aura, chacune avec sa propre couleur, ont été enregistrées avec la photographie Kirlian."

Semyon Davidovich Kirlian était un électricien américain qui découvrit en 1937 qu'une photographie d'objets vivants placés dans un champ électromagnétique pulsé, provoquait de remarquables "auras". Dans l'expérience Kirlian typique, un objet, comme une feuille fraîchement coupée, est placé sur un morceau de film photographique électriquement isolé d'une électrode d'aluminium plat avec un morceau de matériel diélectrique. Un haut voltage pulsé est ensuite appliqué entre une autre électrode placée au contact de l'objet et de l'électrode d'aluminium. Le film est ensuite développé.

La photographie résultante indique un modèle dynamique, changeant, avec des étincelles, des scintillements et des flammes multicolores18. Les objets non-vivants ne produisent pas de telles formes. Dans le cas d'une feuille, la forme disparaît graduellement quand que la feuille meurt, comme un cri d'agonie pendant sa déchéance mortelle. Ostrander et Schroede ont décrit ce que Kirlian et sa femme avaient observé : "Quand ils observaient la feuille, elle semblait mourir, et la mort se réfléchissait dans l'image des impulsions énergétiques." Les Kirlian ont rapporté "Il nous semblait voir l'activité vivante de la feuille elle-même19."

Comme cela a été amplement démontré, l'aura Kirlian n'est rien d'autre qu'une couronne de décharge, attestée depuis 1777, et complètement comprise en termes physiques. Des expériences contrôlées ont démontré que les effets déclarés, tels que les cris d'agonie de la feuille mourante, sont dépendants de la quantité de moisissure présente. Quand la feuille meurt, elle sèche, faisant baisser sa conductivité électrique. Le même effet peut être observé avec une pièce de bois mort qui était humide auparavant20.

De nouveau, tout comme l'aura infrarouge, nous avons une bonne connaissance du phénomène électromagnétique qui défile devant les yeux d'innocentes personnes peu familières avec les principes de base de la physique, et à qui on le présente comme une "preuve" de l'existence d'une "force vitale". Or, cela n'a rien à voir avec ça. Les partisans des thérapies alternatives rencontreraient sans doute beaucoup moins de critiques parmi les scientifiques, s'il ne s'abaissaient pas ce genre de malhonnêtetés ou de sottises.


La guérison quantique

"Quantique" est l'incantation magique qui apparaît virtuellement dans tout écrit sur la thérapie alternative. Elle semble être proférée dans le but de faire disparaître toutes ses inconsistances, ses incohérences et incompatibilités derrière un écran de fumée. Puisque la mécanique quantique est quelque chose d'étrange, tout ce qui est étrange doit être du ressort de la mécanique quantique !

La mécanique quantique est considérée comme le support de solutions de "l'esprit sur la matière" à tout problème de santé. La façon dont l'observateur agit sur l'objet observé en mécanique quantique est pris tel quel pour en inférer que la conscience humaine contrôle la réalité. Comme conséquence, nous pouvons tous nous penser comme étant en bonne santé et immortels, il suffit d'acheter ce livre. La "guérison quantique" repose sur une mauvaise interprétation de la mécanique quantique22. D'autres interprétations existent qui n'ont pas besoin tous ces ingrédients mystiques23.

"Einstein" est un nom qu'on trouve souvent dans la littérature sur les champs bioénergétiques. Stefanatos écrit :"Reposant sur les théories d'Einstein de la physique quantique, ces concepts énergétiques ont été intégrés à la médecine pour une approche exhaustive dans le diagnostic, la prévention et le traitement de la maladie24."

Les "théories d'Einstein de la physique quantique" ? De quelles théories s'agit-il ? Alors qu'Einstein a bien contribué au développement de la mécanique quantique, tout spécialement avec sa théorie sur le photon, la mécanique quantique moderne est la progéniture d'un important groupe de physiciens du début du siècle : Planck, Bohr, de Broglie, Heisenberg, Schroedinger, Pauli, Born, Jordan, et Dirac. Chacun contribua à la mécanique quantique d'une façon aussi importante qu'Einstein. L'immortalité de ce dernier résidant essentiellement dans ses deux théories de la relativité.

Se référant à des autorités bien connues comme Fritjof Capra et Ken Wilber, Stefanatos explique comment "le modèle quantique d'Einstein a remplacé le modèle mécaniste de Newton de l'humanité et de l'univers25". Ainsi, la guérison holistique est associée au rejet de la physique classique newtonienne. Pourtant, le système de santé holiste garde beaucoup d'idées de la physique du 18° et du 19° siècles. Ses partisans ne savent pas que ces idées, notamment celle du holisme superlumineux, ont été rejetées par la physique moderne.

Peu importe qu'Einstein n'ait pas été l'inventeur de la mécanique quantique et qu'il s'opposa fortement à son caractère anti-newtonien, par son célèbre "dieu ne joue pas aux dés". Peu importe que les champs électromagnétiques existaient tout autour de nous bien avant la physique quantique, et que ce soit Einstein qui proposa qu'ils étaient composés de particules réductionnistes. Et peu importe qu'Einstein se soit débarrassé de l'éther, ce support que les physiciens du 19° siècle considéraient comme étant la cause des ondes électromagnétiques, et que quelques autres pensaient être la cause des "ondes psychiques". Le champs bioénergétique décrit dans la littérature holiste semble se confondre avec l'éther. Ou peut-être n'y a-t-il aucune confusion, partageant en fait tous les deux une inexistence commune.

Quand le 19° siècle tirait sur sa fin, les expériences de Michelson et Morley échouèrent à trouver une preuve de l'existence de l'éther. Ce qui posa les fondations de la théorie de la relativité d'Einstein, et celle sur le photon de lumière, publiés tous deux en 1905. Le rayonnement électromagnétique est maintenant connu comme étant un phénomène entièrement matériel. Les photons ont une masse d'inertie et gravitationnelle (même si leur masse est nulle) et ont toutes les caractéristiques des corps matériels. L'électromagnétisme est aussi matériel que la respiration, et un candidat aussi incroyable pour l'énergie et les champs vitaux.

Le moins qu'on puisse dire c'est que l'existence d'une force vitale n'a jamais été définitivement démontrée dans des expériences scientifiques. Bien entendu, ces preuves pourraient un jour être trouvées, mais ce n'est pas ce qui est affirmé dans la littérature faisant la promotion des thérapies alternatives. Vous y trouverez au contraire des assertions assénant que des preuves scientifiques existent, pour une entité au-delà de la matière, et que ces affirmations sont soutenues par la physique théorique, plus spécialement la mécanique quantique. En outre, la preuve ne se trouve pas dans les données issues des plus puissants télescopes ou accélérateurs de particules, sondant les frontières de la matière. Plutôt, elle réside dans de vagues déclarations, imprécises et anecdotiques sur de supposés pouvoirs de guérisons de remèdes populaires et autres panacées. Des déclarations bien loin des critères rigoureux exigés par la science.

Les champs bioénergétiques n'ont aucun rôle dans la théorie, ni dans la pratique, de la biologie et de la médecine scientifique. Le vitalisme et les champs bioénergétiques restent des hypothèses inutiles, rejetées par le rasoir d'Occam jusqu'à ce les données en décident autrement.


Le niveau significatif des études médicales

Dans mon domaine de la physique des particules, des journaux réputés comme la Physical Review Letters ne publieraient pas de déclarations sur un phénomène, comme l'existence d'un quark de la masse d'un neutrino, tant que les données n'auront pas atteintes un "niveau significatif" de 10-4 ou moins. Ce qui signifie que si la même expérience était répétée 10.000 fois, l'effet rapporté n'aura pas été produit artificiellement plus d'une fois en moyenne comme fluctuation statistique ou erreur systématique.

En médecine, et dans les domaines relatifs comme la psychologie et la pharmacologie, aussi bien que dans les sciences sociales, le niveau significatif pour une publication dans les meilleurs journaux est à 5%. Ce qui signifie que l'expérience n'a besoin d'être répétée que 20 fois pour que l'effet rapporté ne soit pas réel, mais résulte d'un artefact dû à l'expérience. Chaque vingtième papier que vous lirez pourra donc être faux, bien que beaucoup dépassent la limite significative, la fraction des résultats fiables est donc probablement, et heureusement, plus importante.

Ce faible critère dans les sciences humaines est justifié par l'argument selon lequel chaque nouveau résultat pourrait être utilisé aussi vite que possible s'il pouvait sauver des vies. En effet, les chercheurs en médecine sont sous pression, impensable dans le reste de la science, afin de rendre leurs résultats disponibles bien avant d'avoir été confirmés par les critères et procédures qui sont utilisés dans les autres disciplines. Ainsi, dans de nombreux cas, c'est peut-être le mieux qui puisse être fait, étant donné la plus grande complexité du corps humain, ou des systèmes sociaux humains, comparés aux systèmes étudiés en physique. Il serait même bon, pour les disciplines humaines, d'être resserrées un peu. Ce qui éviterait une telle confusion et permettrait de faire plus de progrès, moins de chercheurs perdraient ainsi leur temps et leur l'argent à suivre des chemins bouchés, suggérés par des études déjà publiées dans les "journaux à comité de lecture".

Nous pourrions demander : quel critère devrait être appliqué à ces études qui affirment montrer qu'une thérapie marche quand cette thérapie viole des principes scientifiques bien établis ? Par exemple, devrait-on publier une expérience indiquant que le toucher thérapeutique marche, quand le niveau significatif est de 5% ? Je pense que non. Étant donné la difficulté pour estimer avec précision toutes les erreurs dans les expériences humaines, de telles déclarations sont plus susceptibles d'être fausses qu'à 1 sur 20. Une sur deux est plus proche de la réalité.

Je ne me fais pas l'avocat de la censure, mais seulement d'un resserrement des standards à appliquer à toute déclaration extraordinaire, aussi bien en physique qu'en médecine. Lorsque le niveau significatif des champs bioénergétiques atteint 0.01%, ceci signifie qu'il a 1 chance sur 10.000 d'être un artefact. Si les champs bioénergétiques existent, 200 ans de physique, chimie et biologie devront être réévalués. Toute expérience affirmant leur existence devrait obéir aux mêmes critères que les physiciens des particules, un niveau significatif d'un sur dix mille plutôt qu'un sur vingt. C'est une chose de publier un résultat qui ne viole pas les principes connus, c'en est une autre d'en publier un qui force la science de jeter un paradigme, et de rediriger les ressources limitées de la recherche vers des domaines qui sont peu susceptibles de produire des retombées.

La plupart des thérapies alternatives reposent sur des déclarations qui violent les principes scientifiques les mieux établis. Celles qui exigent l'existence de champs bioénergétiques, que ce soit le magnétisme ou l'acupuncture, devraient respecter les mêmes critères que quiconque affirmant l'existence un phénomène allant à l'encontre de la science connue. L'importante charge de la preuve leur revient, et il est temps que la société la leur laisse sur les épaules.


Pour aller plus loin :
- Les ondes aujourd'hui. Christian Vauge.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie Thomas Sandoz.
- Pseudosciences & postmodernisme Alan Sokal.
- Intrusions spiritualistes et impostures intellectuelles en sciences. J. Dubessy, G. Lecointre.
- L'imposture scientifique en 10 leçons. Michel de Pracontal.

A lire aussi :
- Les thérapies alternatives et la psychologie de la croyance.
- Pourquoi les gens croient-ils au mystèrieux et au surnaturel ?
- 12 questions à poser lorsqu'on évalue les "médecines douces".
- Les médecines douces.
- L'énergie vitale existe-t-elle ?
- Médecines parallèles et erreurs de raisonnement.

Références :
1. Brennen BA. Hands of Light: A Guide to Healing Through the Human Energy Field. New York, NY: Bantam New Age Books; 1988.
2. Wheeler LR. Vitalism: Its History and Validity. London: Witherby; 1930.
3. Driesch H. History and Theory of Vitalism. New York, NY: Macmillan; 1914.
4. Bergson H. Creative Evolution. New York, NY: Macmillan; 1911.
5. Huston P. China, chi, chicanery: examining traditional Chinese medicine and chi theory. Skeptical Inquirer. 1995;19(5): 38-42, 58.
6. Ball TS, Dean DA. Catching up with eighteenth-century science in the evaluation of therapeutic touch. Skeptical Inquirer. 1998;22(4):31-34.
7. Stenger VJ. Physics and Psychics: The Search for a World Beyond the Senses. Amherst, NY: Prometheus Books; 1990.
8. Rosa LA. Therapeutic touch. Skeptic. 1994;3(1):40-49; Schieber B. Therapeutic touch: evaluating the 'growing body of evidence' claim. Scientific Rev Alternative Med. 1997;1(1):13-15; Ulett G. Therapeutic touch: tracing back to Mesmer. Scientific Rev Alternative Med. 1997;1(1): 16-18; Rosa L, Rosa E, Sarner L, Barrett S. A close look at therapeutic touch. JAMA. 1998;279: 1005-1010; Pryjmachuk S, O'Mathúna D, Spencer W, Stanwick M, Matthiesen S. Therapeutic touch: misusing science to justify non science. 1998. Submitted to Research in Nursing and Health.
9. Rogers M. The Theoretical Basis for Nursing. Philadelphia, PA: F. A. Davies; 1970; Rogers M. Science of unitary human beings. In: Malinski VM, ed. Explorations of Martha Rogers' Science of Unitary Human Beings. Norwark: Appleton-Century-Crofts; 1986; Rogers M. Nursing: A science of unitary human beings. In: Riehl-Sisca JP., ed. Conceptual Models for Nursing Practice. 3d ed. Norwark: Appleton & Lange, 1989; Rogers M. Nursing: Science of unitary, irreducible, human beings: update 1990. In: Barrett EAM, ed. Visions of Rogers' Science-Based Nursing. New York, NY: National League for Nursing; 1990.
10. Rogers, Nursing, p. 30.
11. Stefanatos J. Introduction to bioenergetic medicine. In: Schoen A, Wynn S, eds. Complementary and Alternative Veterinary Medicine: Principles and Practice. Mosby-Year Book; 1997.
12. Rosa, Rosa, Sarner, and Barrett, A close look at therapeutic touch.
13. Patterson E. The philosophy and physics of holistic health care: spiritual healing as a workable interpretation. Journal of Advanced Nursing. 1998; 27:287-293.
14. Loftin, RW. Auras: searching for the light. Skeptical Inquirer. 1990;14(4):403-409.
15. Stefanatos, Introduction to bioenergetic medicine, p. 228.
16. Ibid., p. 229.
17. Patterson, The philosophy and physics of holistic health care.
18. Ostrander S., Schroeder L. Psychic Discoveries Beyond the Iron Curtain. Englewood Cliffs, NJ: Prentice-Hall; 1970; Moss T. The Probability of the Impossible. Los Angeles, CA: Tarcher; 1974.
19. Ostrander and Schroeder, Psychic Discoveries Beyond the Iron Curtain, p. 200.
20. Pehek J, Kyler H, Faust D. Image modulation in Corona discharge photography. Science. 1976; 194:263-270; Singer B. Kirlian photography. In: Abell G, Singer B, eds. Science and the Paranormal. New York, NY: Scribners 1981; Watkins A, Bickel W. A study of the Kirlian effect. Skeptical Inquirer. 1986;10(3):244-257; Watkins A, Bickel W. The Kirlian technique: controlling the wild cards. Skeptical Inquirer. 1989;13(2): 172-184.
21. Davantage sur la photographie Kirlian chez Stenger, Physics and Psychics, pp. 237-241.
22. Stenger V. Quantum metaphysics. Scientific Rev Alternative Med. 1997;1(1):26-30.
23. Stenger VJ. The Unconscious Quantum: Metaphysics in Modern Physics and Cosmology. Amherst, NY: Prometheus Books; 1995.
24. Stefanatos, Introduction to bioenergetic medicine, p. 228.
25. Ibid., p. 227.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :