• ACCUEIL
  • GENERALITES
  • SANTE
  • PSEUDOSCIENCE
  • SUPPLEMENTS
  • IDEES RECUES
  • IMPOSTURES
  • PATA-PSY
  • MANIPULATION
  • RECREATION
  • A LIRE
  • INFOS
La chiropratique
Les "champions" de la manipulation...

La chiropraxie, ou chiropratique, est une thérapie qui n'est pas très développée en France, lui préférant sa grande soeur l'ostéopathie, contrairement aux Etats-Unis ou au Canada où elle est très pratiquée, même si certains lui prédisent une arrivée en fanfare dans les années à venir de ce côté-ci de l'Atlantique. Son succès outre-atlantique est la conséquence d'une politique de relations publiques et de lobbying très agressifs, bien qu'il s'agisse d'une thérapeutique pseudoscientifique dont les concepts sont plus que douteux, l'attitude anti-scientifique et les pratiques parfois très limites.


La théorie de la subluxation

Bien qu'ils soient actifs pour ce qui est de mettre en avant les bénéfices supposés de la chiropraxie, les chiropracteurs sont moins prolixes dès qu'il s'agit d'aborder les bases théoriques de leur thérapie. La théorie de la subluxation qui est le centre et le fondement même de la chiropraxie, ressemble parfois à un mystère bien gardé, les patients réguliers des chiropracteurs ne connaissent souvent pas ses bases théoriques. Peut-être seraient-il surpris de découvrir que les fondements de leur traitement vont totalement à l'encontre des concepts scientifiques connus en neurologie, en physiologie, en anatomie dans le domaine de la santé et la maladie.

La théorie de la subluxation de la chiropratique repose sur une notion vitaliste selon laquelle la santé est une conséquence des flux de force vitale nommée "l'intelligence innée", allant du cerveau jusqu'au reste du corps, via la moelle épinière et les nerfs périphériques. Toutes les maladies, d'après les chiropracteurs, résulteraient d'une rupture du flux de cette intelligence innée, ou d'une mauvaise circulation de l'énergie vitale (interférences énergétiques). L'interruption du flux serait causée par des subluxations vertébrales, qui sont des petits désalignements de la colonne vertébrale et qui comprimeraient les nerfs vertébraux. Ainsi par exemple, une maladie du foie serait causée par une subluxation qui comprimerait le nerf vertébral approvisionnant le foie, le privant de son intelligence innée vitale. Les chiropracteurs traitent cette maladie en arrangeant ces dérèglements par la manipulation (les "ajustements").

Cette idée est restée la pierre angulaire de la chiropratique, en dépit des avancées en neurobiologie et en anatomie qui n'ont jamais fait la preuve de l'existence de cette "intelligence innée", ni des subluxations chiropratiques. Ce qui n'empêche pas de nombreux praticiens de continuer à attribuer comme cause de toutes les maladies un blocage de l'énergie vitale, et ce malgré les progrès scientifiques réalisés en médecine par les découvertes des causes infectieuses, génétiques, autoimmunes, dégénératives, nutritionnelles, etc, de la maladie. Plus fort encore, ces subluxations seraient dans la majorité des cas indolores et donc imperceptibles par le malade, seul le chiropracteur serait en mesure de les détecter et de procéder à des "ajustements" curatifs, ce qui pose de sérieux problèmes de diagnostic car ces subluxations étant imperceptibles (elles n'ont en réalité aucune existence objective), leur diagnostic repose sur la seule confiance qu'on peut porter dans le praticien, deux chiropracteurs pouvant ne jamais s'accorder sur la nature et la localisation des subluxations chez un même patient.

La chiropraxie demeure dans le monde de la pseudoscience parce-que ses principes de base n'ont jamais été éprouvés par la recherche, ni son diagnostic, ni ses modalités thérapeutiques n'évoluent afin de se conformer à la connaissance scientifique actuelle. Beaucoup de chiropracteurs s'opposent d'ailleurs aux mesures de santé publique telles que la vaccination des enfants. Tandis que d'autres instillent à leurs patients un sentiment de méfiance envers la médecine, tout en étalant leurs concepts pseudoscientifiques sur la santé et la maladie. La maladie ne serait pas la conséquence d'un virus, ni d'un microbe, ni d'une bactérie, etc, car "la maladie vient de l'intérieur du corps tout comme la guérison"*


Historique

La chiropraxie a été fondée en 1895 par Daniel Palmer, un épicier plutôt versé dans la métaphysique. Préalablement à sa "découverte", Palmer était magnétiseur/guérisseur. Il s'intéressa aussi à la phrénologie (pseudoscience diagnostique de la personnalité et de la maladie, reposant sur la forme du crâne) et au spiritualisme. Palmer rapporta avoir découvert le principe de la chiropraxie après avoir guéri, paraît-il, une personne de sa surdité en manipulant son cou. Le fait que le nerf qui transporte l'information sonore des oreilles jusqu'au cerveau ne passe pas par le cou ne semblait pas le déranger outre mesure, bien qu'il semblât qu'il ne fut même pas au courant de cette subtilité anatomique. Palmer créa le terme de "chiropraxie", signifiant littéralement "fait par la main" (keiros = main, praxis = l'action, la pratique), pour se référer à sa nouvelle thérapie. Il prétendait que toutes les maladies étaient causées par des os subluxés, dont 95% seraient des os de la colonne vertébrale, qui rompent ainsi le flux d'énergie vitale, la fameuse "intelligence innée". Il ne lui a pas semblé opportun de soumettre ses idées à quelque forme de recherche qui soit, au lieu de cela, il traita directement ses patients et enseigna ses principes à la première génération de chiropracteurs.

L'histoire de la chiropraxie est fort instructive, elle révèle tous les signes de la pseudoscience et des croyances qui y sont attachées. Les principes de la chiropraxie reposent sur une seule observation non contrôlée. Cette unique observation fut ensuite extrapolée pour bâtir tout un système d'explications de toutes les maladies humaines. Un seul homme formula la discipline de la chiropratique, puis l'enseigna directement à ses disciples, qui la reçurent et la diffusèrent sans la modifier. Les principes fondateurs reposent sur une philosophie holistique de la maladie au lieu de s'appuyer, comme on devrait s'y attendre de toute pratique médicale un tant soit peu sérieuse, sur des preuves scientifiques.

Le fils de Daniel Palmer, Barlett Joshua Palmer, s'impliqua dans le mouvement chiropratique assez tôt, pendant ses années de formation. Il partageait avec son père ses inclinations métaphysiques, sa tendance à faire des déclarations à l'emporte pièce au sujet de la santé, sans justifications aucunes, et son ignorance de la connaissance scientifique contemporaine. Il affirma avoir découvert "l'impulsion mentale directe" ainsi qu'un inexistant "canal de Palmer" qui relierait la rate à l'estomac. En 1907 il organisa une prise de pouvoir hostile sur l'école chiropratique de son père.

Le fils Palmer donna le ton de ce qui dominera plus tard le domaine de la chiropratique. Il en accentua l'esprit commercial, développa la publicité et une expansion tous azimuts. Il était très critique vis-à-vis de la médecine, déclarant que les médecins étaient des "marchands de mort". Il cherchait continuellement de nouvelles méthodes dans le but d'augmenter ses revenus, comme celle du "neurocalomètre", qui repérerait les subluxations en mesurant la température de la peau par une détection de "l'interférence nerveuse ", en louant son joujou à d'autres praticiens à des tarifs exorbitants.

Depuis le début, les chiropracteurs étaient politiquement agressifs en Amérique. Ils cherchaient des autorisations pour se protéger de la médecine scientifique allant grandissante, vis-à-vis de laquelle ils étaient en décalage total. Plusieurs législateurs aux États-Unis hésitaient à autoriser la chiropractie pour cette raison, mais étant donné que de plus en plus d'états votaient pour et l'acceptaient, il devint très difficile d'aller contre. En outre, plusieurs législateurs considéraient que délivrer des autorisations était un bon moyen de contrôler la portée de la chiropratique.

Plusieurs états US commencèrent alors à faire passer des tests scientifiques basiques pour donner leur autorisation, faisant passer les mêmes tests de connaissance scientifique aux chiropracteurs qu'aux étudiants en médecine. Ceci était justifié par le fait que les chiropracteurs se présentaient eux-mêmes comme des généralistes. Mais la où 86% des étudiants en médecine réussissaient leurs examens entre 1927 et 1953, seuls 23% des chiropracteurs l'obtenaient ou le passaient. Ceux qui ne le pouvaient pas soit déménageaient dans un autre état moins contraignant, soit pratiquaient sans autorisation. Entre 1967 et 1979 toutes les lois relatives à ces exigences furent levées pour les chiropraticiens.

Pendant des années, la chiropraxie n'a jamais cessé son inlassable lutte pour être reconnue et acceptée. En dépit du fait que la médecine scientifique a continué à progresser, et que la chiropraxie n'est jamais sortie de ses origines pseudoscientifiques, elle a eu beaucoup de succès auprès du public. En France, elle est d'importation relativement récente et n'a pas encore réussi à percer dans le domaine des thérapies parallèles.


Pour aller plus loin :
- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie. Thomas Sandoz.
- Le sommeil de la raison. Norbert Bensaïd.

A visiter:
- Ce que vous devriez savoir sur la chiropratique.
- Les actualités de la chiropraxie.
- L'ostéopathie et la chiropraxie. Rapport, au nom d'un Groupe de travail. Louis AUQUIER, Georges CRÉMER, Paul MALVY, Charles-Joël MENKÈS, Guy NICOLAS. ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE.
- Évaluation de l’efficacité de la pratique de la chiropratique. INSERM, U669.
- Que penser de la chiropractie ?
- L'ostéopathie crânienne en dentisterie

Notes & Références :
- Assessment of diclofenac or spinal manipulative therapy, or both, in addition to recommended fi rst-line treatment for acute low back pain: a randomised controlled trial. The Lancet. 2007; 370: 1638-43
- A systematic review of systematic reviews of spinal manipulation. E. Ernst, P.H. Canter - 2006
1 - Appropriateness of Spinal Manipulation for Low Back Pain : Project Overview and Literature Review
  - The Appropriateness of Spinal Manipulation for Low-Back Pain : Data Collection Instruments and a Manual for Their Use de Paul Shekelle, Ian Coulter, Eric Hurwitz
  - Manipulation and mobilization of the cervical spine. A systematic review of the literature. Hurwitz EL, Aker PD, Adams AH, Meeker WC, Shekelle PG.
  - Spinal manipulation for headache disorders
2 - Low back pain of mechanical origin : randomised comparison of chiropractic and hospital outpatient treatment. Meade TW, Dyer S, Browne W, Townsend J, Frank AO.
3 - A Scientific Test of Chiropractic's Subluxation Theory - The first experimental study of the basis of the theory demonstrates that it is erroneous. Edmund S. Crelin, Ph.D.
- Frequency and clinical predictors of adverse reactions to chiropractic care in the UCLA neck pain study. Hurwitz EL, Morgenstern H, Vassilaki M, Chiang LM.
- NCAHF Fact Sheet on Chiropractic. Dr Jarvis.
- Les soins chiropratiques aux enfants : Des controverses et des points litigieux
- Loi relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé - Chapitre III : Déontologie des professions et information des usagers du système de santé.
- La Chiropraxie.
- La chiropratique : manipulation du dos ou de l'information ? Sceptiques du Québec.
* http://corpsalain.ca/chiro-specifique.htm