Les Coïncidences font partie de la vie

Suite

La durée de vie d'une ampoule est environ de 1000 heures, cela signifie que pendant la durée de l'émission, environ 2000 ampoules auront grillé ! Et même si seulement la moitié de ces gens appellent, 1000 appels en 1 heure nous donne plus de 16 appels par minute (1 appel toutes les 4 secondes), pas étonnant dans ce cas que le standard ait eu l'impression d'exploser ! Rien de bien magique pourtant là-dedans, un simple calcul, et le hasard, expliquent tout rationnellement, le seul pouvoir de notre mage est de connaître l'univers probabiliste et statistique. Bien entendu, rien n'est dit à propos de l'énorme proportion de gens qui n'ont pas appelé parce que rien ne s'est passé chez eux et aucun chiffre ne viendra appuyer le fait qu'il y a plus de personnes (1,99 million) chez qui rien ne se passera de la soirée (effectivement ces derniers n'appelleront pas).

Le mémoire humaine n'est pas un appareil enregistreur, enregistrant fidèlement tout ce qui nous arrive. Les expériences dramatiques laissent une marque plus indélébile que les autres (voir page sur les actes rares). Ceci nous conduit vers un phénomène appelé "la validation subjective", plus couramment connue sous l'appellation de mémoire sélective. Cependant il est tout à fait naturel de ne se souvenir que des faits inhabituels, même les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer se souviennent plus facilement des événements récents sortant de l'ordinaire. Revenons sur votre ami à qui vous pensiez et qui vous a appelé, cet événement perdra de sa singularité si vous réfléchissez un instant à tous ceux à qui vous avez pensé et qui ne vous ont pas appelé !

Si quelqu'un vous affirme que tel événement est impossible pour telle ou telle raison et invoque les esprits pour l'expliquer, rappelez-lui qu'il a plus de chances de gagner 3 ou 4 fois de suite au loto que de se retrouver autour d'une table de 10 personnes habillés comme ils le sont. Comment ? Pourquoi ? Laissons A.Jacquard nous l'expliquer dans son livre "la science à l'usage des non-scientifiques" au chapitre des "probabilités et recherche des causes" :

"Lorsqu'un événement a lieu, il est souvent possible de calculer après coup, compte tenu des informations disponibles avant qu'il ne se produise, la probabilité de son occurrence. Cette probabilité dépend avant tout de la précision avec laquelle nous décrivons cet événement.

Nous sommes 10 autour d'une table. Ce matin, chacun d'entre nous a choisi, en fonction des impulsions du moment, de mettre telle veste, tel pantalon, telle cravate... Un observateur connaissant le contenu de mes placards aurait pu calculer hier la probabilité du choix de la chemise que je porte aujourd'hui, disons 1/10 (j'ai 10 chemises dans ma garderie), de même celle de la cravate que j'exhibe ce matin, 1/20. Or la probabilité conjointe de deux événements indépendants est égale au produit de leurs deux probabilités, soit ici 1/200 pour le choix simultané de la chemise et de la cravate. Si j'ajoute à ma description les chaussures, les chaussettes, le manteau ..., j'obtiens, pour seulement 5 ou 6 éléments, une probabilité de l'ordre de 1 sur 1 million, 1/106. Il en est de même pour chaque membre de notre groupe, dans la mesure où ils ont un placard semblable au mien. La probabilité que nous soyons habillés comme nous le sommes aurait pu être calculée hier par notre observateur. Il aurait trouvé un nombre de l'ordre de (1/106)10, soit 1 sur 1060, infiniment plus faible que la probabilité de toucher le gros lot 3 ou 4 fois de suite à la loterie, il aurait pu en conclure que cet événement était quasi impossible.

Or, il s'est produit. Devons-nous en conclure qu'il s'agit d'un miracle ?

Evidemment non. Calculer la probabilité d'un événement n'a aucun sens une fois que l'on sait qu'il s'est produit. L'apparition de la vie, celle des dinosaures, celle des hommes, a résulté d'un grand nombre de bifurcations dans le cours des processus se déroulant sur notre planète; chacune de ces bifurcations s'est produite alors que de nombreuses autres étaient possibles; chacune avait une probabilité faible mais il fallait bien qu'un de ces possibles se produise."

Bertrand Russel a une réflexion similaire pour expliciter ce rapport aux probabilités, en l'illustrant par les numéros de plaques d'immatriculation des voitures. La probabilité de rencontrer un numéro particulier préalablement déterminé est identique à celle de nombreux miracles, pourtant il est tout a fait possible de le rencontrer. En fait, n'importe quel numéro (dès lors qu'il est constitué des mêmes éléments, numéros et lettres) à cette même probabilité, mais le fait de ne pas l'avoir calculé au préalable ne lui donne aucune consistance. Faire un 421 aux dés nous surprend, faire un 123 aussi, mais sortir 154 ne nous étonne guère, bien que la probabilité de l'obtenir soit tout à fait identique.

Un des stratagèmes utilisé par les voyants ou astrologues est de faire un maximum de prédictions sachant que dans la masse, il y en aura bien quelques-unes qui se réaliseront, et que plus il y en aura, plus il y aura de chances pour en voir se réaliser ("Même un astrologue ne saurait toujours se tromper" disait Voltaire). Si une prédiction se réalise, le voyant sait bien que vous aurez oublié les 90% de prédictions non réalisées. Ce qui fera que celles qui seront vraies auront plus de poids encore, ceci est une forme de validation subjective ou plutôt... une simple escroquerie intellectuelle.

Notre capacité à détecter les coïncidences a été finement aiguisée, à travers les âges, par la sélection naturelle. Etre en mesure de faire des corrélations significatives entre des événements ajoute un avantage certain pour la survie d'une espèce. Il est possible ensuite de spéculer sur le fait que l'homme soit "programmé" pour chercher partout des modèles et des rapports. La culture moderne cependant, avec ses myriades de "connexions" et d'individus, active ces capacités à chaque occasion, nous poussant continuellement à avancer des explications ou à invoquer des forces étranges qui n'existent pas, là où il n'y en a pas besoin.

Il n'est pas question ici de dire que toutes les coïncidences n'ont pas de sens et doivent être ignorées, en effet les véritables cas improbables peuvent avoir une explication sous-jacente et la recherche de leurs causes est un effort louable. Pourtant, la grande majorité de ce que nous vivons se révèle être plus probable que ce que nous pensons, lorsque analysé avec un oeil plus critique. Dès que nous tiendrons compte de ceci, et avec notre propension à la validation sélective, nous regarderons d'un autre oeil les événements de la vie, et plus encore les affirmations de tout charlatan.


A lire :
- Coïncidences : Nos représentations du hasard. Gérald Bronner.
- La loi des séries, hasard ou fatalité ? Elise Janvresse, Thierry de la Rue.
- Vous avez dit hasard ? : entre psychologie et mathématiques. Nicolas Gauvrit.
- En passant par hasard : Probabilités de tous les jours G. Pages, C. Bouzitat.
- Statistiques : Méfiez-vous ! Nicolas Gauvrit.

A visiter :
- Les actualités des coïncidences et du hasard.
- Coïncidence, corrélation et hasard.
- Les actes rares.
- Les variables de confusion.
- Les pièges et erreurs statistiques.
- Les corrélations illusoires.
- Les illusions logiques.
- Gagnez au loto !

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :