Le complexe d'Oedipe de Freud

de Michel Raymond in
Cro-Magnon toi-même !

Certains conflits entre parents et enfants suscitent de nombreuses discussions, occupant parfois l'espace médiatique, sans que soient apportés des éléments clairs permettant de les comprendre. Evoquons l'un de ces conflits sans doute un peu trop connu.

Dans le monde freudien, le conflit entre parents et enfants se déroule dans un cadre tout à fait différent. La période critique se situe entre 2 et 5 ans, Freud considérant que le jeune garçon entre en compétition avec son père pour l'accès sexuel à la mère, ce qui induit des menaces de castration de la part du père et, de la part du garçon, des angoisses et des comportements hostiles envers son père (le complexe d'Oedipe), ce qui devrait se résoudre dans les années qui suivent par une renonciation à l'attirance sexuelle envers la mère et par une identification au père. Pour les filles, la situation est globalement symétrique. D'après Freud, le complexe d'Oedipe trouve sa réalité historique dans un paricide originel, et sa portée humaine universelle d'être aux origine de la religion, de la culture et de la prohibition de l'inceste.

L'attirance sexuelle du fils envers sa mère ou de la fille envers son père, entre deux et cinq ans, est difficile à mettre en évidence : les contes pour enfants n'en font pas mention, alors qu'ils abordent toutes les questions et problèmes spécifiques à chaque âge; la tradition culturelle n'en parle pas. Enfin, les parents n'observent rien de spécialement sexuel durant cette période, en dehors de la curiosité qui caractérise les enfants de n'importe quel âge. Plus formellement, les recherches dans plusieurs pays sur les enfants montrent une préférence envers le parent de même sexe, contrairement à l'hypothèse oedipienne; les auteurs concluent "qu'il n'y a aucune indication qui confirme le complexe d'Oedipe comme un processus existant dans la vie familiale ou le développement normal de l'enfant" (Goldman & Goldman 1982).

Le freudisme contourne cette difficulté en considérant que le conflit est seulement intériorisé, sans manifestation extérieure directe, et donc n'est pas directement observable : une nouvelle difficulté surfit là, et il devient alors difficile de soumettre cette manifestion à l'épreuve de la critique scientifique.

Qu'en est-il au moins du parricide originel, acte fondateur, d'après Freud, de la culture et de la religion ? Un parricide existe bien dans la légende grecque d'Oedipe, mais est-ce un thème traditionnel fréquent ? Laissons répondre l'historien des religions Mircea Eliade : "On serait incapable de dénicher un seul exemple d'un père assassiné dans les religions ou les mythologies primitives. Ce mythe [du père assassiné] a été créé par Freud" (Eliade 1973). Difficile d'être plus clair. Freud a inventé le complexe d'Oedipe au début du XX° siècle, époque où il était courant d'expliquer des faits sans prendre en compte leur histoire, ce qui conduisait à proposer des théories ne s'appuyant pas sur une base solide. Les observations sur lesquelles Freud se base sont plutôt des interprétations personnelles présentées dans le cadre d'une construction théoriqiue arbitraire; elles n'ont d'ailleurs pas été confirmées.

Comme ses contemporains, Freud croyait que la culture n'existe pas chez les primates, ce qui l'amenait à penser que l'évitement de l'inceste était inconnu chez les singes. Sur ce point et sur bien d'autres, on sait maintenant qu'il avait tort : chez les chimpanzés, par exemple, les primatologues nosu disent que les femelles réceptives copulent avec pratiquement tous les mâles de la troupe, mais jamais ou rarement avec leur fils adulte, que son père soit présent, absent, mort ou inconnu. L'événement des croisements entre apparentés, entre mères et fils par exemple, a chez les mammifères une explication génétique générale (basée sur la dépression de consanguinité) (Dixson 1998).

Freud s'est également trompé de conflit : il y a bien un conflit parent-enfant, mais il porte sur l'investissement parental, et non sur le sexe. Il s'est aussi trompé d'âge : le conflit pour l'investissement parental n'est pas particulièrement cantonné à la période entre deux et cinq ans. Un conflit sexuel entre le père et le fils peut exister, mai plus tard, au moment de l'adolescence, auquel cas l'enjeu ne sera jamais la mère, mais d'autres femmes, en général plus jeunes (Daky & Wilson 1990).

Le complexe d'Oedipe fait maintenant partie de l'histoire des sciences, les chercheurs l'ayant relegué dans mes curiosités du passé, à côté de l'alchimie et autres théories désormais obsolètes. La France fait exception, le complexe d'Oedipe y poursuit une carrière honorable dans le savoir populaire, et il est toujours enseigné par toute une école psychanalytique bien vivante; une remise en question semble poindre, cependant (Meyer 2005, Van den Berghe 1987, Sulloway 1991).

L'alchimie considérait que la matière peut se transformer, ce qui n'est pas faux. Quelques vérités ne sont cependant pas suffisantes pour accréditer une science fondée sur des considérations arbitraires : en faisant le ménage, la chimie est allée naturellemnt bien plus loin. De la même façon, certaines idées du freudisme ne sont pas fausses, mais le cadre explicatif n'a pas d'utilité. Exemple, l'importance accordée à la petite enfance pour déterminer des comportements adultes, sans aucune preuve scientifique. On sait maintenant que la préférence pour tel ou tel partenaire sexuel semble se construire durant l'enfance à partir des caractéristiques des parents. Ainsi, une fille ayant un père âgé dédaignera, une fois adulte, des prétendants trop jeunes; le fils fera de même en préférant pour une relation à long terme, une partenaire proche des caractéristiques de sa mère lorsqu'il était enfant (Perret et al. 2002, Bereczkei et al. 2002).

Il en va de même pour la couleur des yeux et des cheveux (Little et al. 2003). Dans le cas de couple d'ethnicité mixte, les enfants préféreront se marier avec une personne du même groupe ethnique que leur parent du sexe opposé, cet effet persistant lors d'un deuxième mariage (Jedlicka 1980). Comment expliquer cet effet ? Remarquons qu'il n'est pas cantonné à l'homme; on observe la même chose par exemple chez un oiseau australien, le mouton et la chèvre, ce qui limite l'interprétation freudienne (Vos 1995, Kendrick et al. 1998).

Cela fait sans doute partie d'un phénomène plus large d'acquisition d'informations sociales par l'environnement familial, informations utilisées ensuite pour le choix de partenaires; ceci s'observe chez les oiseaux et les ongulés, par exemple (Bateson 1980, Horn 1986). Si le phénomène est bien réel, i la été par contre peu étudié, et sa fonction n'est pas encore complètement élucidée (Wismer Fries et al. 2005, Cantlon & Brannon 2007).


Pour aller plus loin :
- Le dossier Freud : Enquête sur l'histoire de la psychanalyse. Mikkel Borch-Jacobsen.
- Le livre noir de la psychanalyse. Collectif.
- Le dossier Freud. Mikkel Borch-Jacobsen, Sonu Shamdasani.
- Mensonges Freudiens, Jacques Benesteau.
- Psychothérapie : Trois approches évaluées, Collectif.
- La psychanalyse, cette imposture, Pierre Debray-Ritzen.
- Les illusions de la psychanalyse, Jacques Van Rillaer.
- La psychanalyse au banc d'essai. Alain-Marie Blanchet.
- Sigmund est fou et Freud a tout faux : Remarques sur la théorie freudienne du rêve. René Pommier.

A visiter :
- La fantaisie évolutionniste de Freud.
- Transfert de croyance. Note sur l'inoculation psychanalytique.
- Rayon psy, un juste état des lieux.
- Le Réseau International des Critiques du Freudisme.
- Libres propos sur une mythologie et une pseudo-science : la psychanalyse.
- Mythes Freudiens.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :