Le conservatisme de l'horoscope
et son pouvoir réactionnaire

En avril 2002, une célèbre astrologue, Elisabeth Tessier (Germaine pour les intimes) défrayait la chronique pour avoir obtenu un doctorat de sociologie en soutenant une thèse sur "La situation épistémologique de l'astrologie à travers l'ambivalence fascination-rejet dans les sociétés postmodernes" (en lire une analyse en cliquant ici), devant un jury de l'université René Descartes de Paris.

Un an plus tard, sous le titre "le conservatisme social de l'horoscope enfin démasqué", le journal Le Monde rapportait les résultats d'une étude sur les prédictions astrologiques parues dans Télé 7 jours, sous la plume de l'astrologue précitée, durant une période de 6 mois. Plus que la crédibilité des prévisions, dont on peut facilement se faire un avis en s'y mesurant, Patrick Peretti Watel, chercheur au Laboratoire de sociologie quantitative de l'INSEE, s'interrogeait sur la fonction sociale de l'horoscope, sur le contenu du message délivré par les prédictions astrales, ce qu'elles racontent et sous-entendent.

Le résultat est édifiant !

Le lecteur de l'horoscope, constate-t-il tout d'abord, n'est que très rarement sexué. En 6 mois, l'astrologue ne s'adresse que trois fois à "Madame", et ce pour lui conseiller une cure de beauté, car "Vénus exalte son charme juvénile", mais il n'est jamais question de "Monsieur".

Pour le prévisionniste, il est clair que le lecteur est une femme, évolue dans un univers professionnel de femmes, mais régi par des valeurs très masculines de progression professionnelle, de défis à relever et de décisions à prendre. "Foncez !" commandent souvent les astres qui, lorsqu'ils sont bien lunés, procurent une "pêche d'enfer". Le grand jeu des planètes respecte scrupuleusement la séparation entre travail et loisir : d'après le décompte du sociologue, les "idées fulgurantes" sont programmées le lundi ou le mardi, la plupart des "opportunités" surgissent du mardi au jeudi, les "soucis" se concentrent en début et en fin de semaine, alors que les conseils du coeur sont réservés pour le week-end (sic).

"Les astres favorisent la soumission du lecteur à l'ordre social (...). Le lecteur est invité à attendre que les difficultés passent, que le cycle s'achève de lui-même, plutôt que de remettre en cause son mode de vie.(...) De façon plus directe, l'horoscope encourage la soumission aux supérieurs et le conformisme social en présentant sous un jour positif non pas les détenteurs de l'autorité auxquels il faut obéir, mais plutôt l'attitude quasi systématiquement recommandée au lecteur de garder un profil bas"

Dans le monde du travail, Saturne comme Jupiter recommandent de rester "zen" ou "cool", de "mettre de l'eau dans son vin", de "cultiver la mansuétude" ou encore d'"éviter de ruer dans les brancards". En revanche, aucune conjonction des astres ne semble propice à réclamer une augmentation de salaire ...

L'horoscope n'est pourtant pas un hymne à la résignation individuelle. Il enseigne l'opportunisme. Le charme et l'intuition n'y sont pas oubliés mais ouvertement instrumentalisés. Pour réussir, l'honnêteté et la persévérance ne suffisent pas, il savoir profiter des circonstances et des difficultés d'autrui, pour tirer les marrons du feu. Parmi les citations relevées par Patrick Peretti-Watel, on peut lire : "Les mauvais aspects collectifs roulent pour vous le 19; en bénéficiant d'une rivalité extérieure, vous êtes l'heureux gagnant d'une situation de confusion, bref celui qui récolte." Ou encore : "La désorganisation extérieure joue en votre faveur, profitez-en. Le malheur des uns vous profitera directement."

La nouvelle lune annonce souvent la malveillance d'autrui, les "cachotteries", reflet d'une atmosphère professionnelle volontiers délétère ou règne le chacun pour soi.

"L'horoscope, observe le sociologue, promeut en particulier l'attitude qui consiste à couper les ponts avec les amis qui ne servent plus à rien, tout en atténuant cette rupture par des métaphores médicales ou ménagères." Et on peut lire en effet : "Vous êtes plus sélectif dans vos relations sociales; du coup, disponibilité et concentration sont décuplées" mais encore : "C'est le moment de faire un tri sérieux et bénéfique dans vos relations, de cultiver les liens enrichissants et d'éliminer ceux qui vous tirent vers le bas."

A travers cette étude, l'horoscope se révèle être un hymne au cynisme, à l'opportunisme, au mépris de l'autre et au piétinement des sentiments les plus nobles. Ce discours a d'autant plus de chance de rencontrer un écho et de faire des émules qu'il s'adresse aux instincts les plus vils de l'être humain, que chacun a du mal à maîtriser et qu'il est heureux de pouvoir libérer dès lors qu'il se perçoit comme porté par la volonté des astres qui le régissent et contre laquelle il ne peut guère agir.

Pis encore, l'attitude de certaines entreprises qui recrutent et manipulent les nouveaux employés au vu de leurs thèmes astraux, car même dans le recrutement, les charlatans ont réussi à se faire une place.


A lire :
- Tous manipulés, tous manipulateurs, Jean Marie ABGRALL.
- Astrologie, derrière les mots. Laurent Puech.
- L'astrologie. P. Couderc.
- Les charlatans du ciel A. Gillot-Petre.
- Astrologie : Art, Science... ou Imposture ? Frédéric LEQUEVRE.

A visiter :
- Toutes les nouvelles sur les superstitions.
- Votre thème astral mis à jour toutes les secondes.
- Votre véritable signe zodiacal.
- Astrologie : mode d'emploi.
- L'astrologie inversée.
- Des astres à la Bourse.
- Lunatique.
- Les influences planétaires.
- L'astrologie et les éléments de persuasion cachés.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :