Les corrélations illusoires

© Serge Ciccotti - 150 petites expériences de psychologie (pour mieux comprendre nos semblables)


Dans notre vie de tous les jours, ne trouvez-vous pas que nous sommes parfois un petit peu trop "interprétatifs" ? Les chercheurs ont remarqué à ce propos que bien souvent les gens exagèrent ou même inventent la fréquence des relations qui existent entre les événements qui se produisent ensemble. Par exemple: "c'est normal qu'il m'a parlé froidement, c'est un Nordique", ou encore : "au volant, les femmes sont plus dangereuses que les hommes", alors que les chiffres montrent pourtant qu'elles ont 2,6 fois moins de risque d'être tuées dans un accident que les hommes (1).

De la même façon, nous entendons souvent dire : "le client qui paie le moins est celui qui se plaint le plus", "tous les bons partis sont pris", "à chaque fois que je lave ma voiture, il pleut dans l'heure", "c'est toujours quand on a besoin de la voiture d'urgence que celle-ci refuse de démarrer", "lorsqu'on est pressé, tous les feux sont rouges", "les prévisions météos sont toujours fausses", "c'est toujours quand on n'a plus qu'une page à photocopier qu'il n'y a plus de papier dans la photocopieuse", etc.

Cette tendance de l'esprit à exagérer la fréquence des liens entre les événements en présence, les chercheurs l'ont appelé "corrélation illusoire" (Chapman, 1967).


La confusion des sources

Mais nous ne faisons pas qu'exagérer les relations entre les faits, nous confondons souvent l'effet et la cause...

Un exemple flagrant consiste, par exemple, à croire que les antibiotiques, ça fatigue... En effet, à chaque fois que nous en absorbons, nous nous sentons fatigués. Nous soupçonnons alors les antibiotiques d'être responsables de cet épuisement. En réalité, cette fatigue est due à l'infection pour laquelle notre médecin nous a prescrit un antibiotique. Mais comme fatigue et antibiotiques sont des événements qui sont toujours présents ensembles, nous imaginons qu'ils entretiennent entre eux une relation de cause à effet (Horn, 1998).


Le poids des croyances sur nos jugements

Parfois aussi, nous inventons des relations entre les faits. Vous connaissez certainement des personnes qui croient à l'influence de la pleine lune sur le suicide ou encore les accouchements, même si l'on a depuis longtemps montré qu'il n'y avait aucun rapport entre ces phénomènes (Byrnes et Kelly, 1992; Little, Bowers et Little, 1987 Periti et Biagiotti, 1994). La présence d'un lien entre les cycles de la lune et nos comportements est pourtant bien ancrée dans nos esprits, même chez certains professionnels de santé. Cette opinion est une illusion de corrélation, puisqu'on surestime la probabilité d'apparition de certains comportements pendant certaines phases lunaires.

Corrélations illusoires également dans la perception que peuvent avoir certaines personnes entre les traits de personnalité d'un individu et son signe astrologique : "Tu dois être du signe de la Balance, toujours à peser le pour et le contre... " Pourtant, l'astrologie n'est qu'un jeu rigolo dont on a montré à travers de nombreuses et illustres expériences à quel point elle est inopérante et irrationnelle (Carlson, 1985). Ce qui n'empêche ni la pérennité de telles pratiques, ni de nombreuses personnes de croire percevoir des liens forts entre la façon dont se comporte un individu et son signe zodiacal.

Peut-être avez-vous entendu dire par les personnes souffrant d'arthrite rhumatoïde que leur douleur était liée aux conditions atmosphériques ? Elles prétendent notamment souffrir davantage lorsque le temps est humide.
Deux chercheurs (Redelmeier et Tversky, 1996) ont alors eu l'idée d'étudier les liens pendant 15 mois entre les variations climatiques et la symptomatologie des patients (douleur subjective, évaluation médicale, etc.). Les résultats ne montrèrent aucun rapport entre ces événements. Lorsque l'on présenta les résultats de la recherche aux patients, ils refusèrent pourtant d'y croire.


Corrélations illusoires et comportements

Nous exagérons parfois tellement l'impact d'une cause probable que sa simple évocation peut aller bien au-delà du jugement et influencer directement nos comportements. C'est le cas de l'effet placebo qui désigne la légère amélioration (2) que produit un médicament qui ne contient pourtant aucune substance pharmacologique (farine, par exemple), mais qui a été présenté au malade comme un traitement réel. Si un tel médicament vous est prescrit, et même s'il ne contient que de l'eau (sans que vous le sachiez), il se pourrait fort bien que vous vous sentiez légèrement mieux. L'effet placebo repose sur une illusion de corrélation, car les sujets exagèrent la fréquence qui existe entre la prise d'un médicament et le fait de se sentir mieux, au point qu'ils se sentent eux-mêmes réellement mieux après la prise d'une poudre de perlimpinpin.

L'illusion que l'on peut entretenir entre nos croyances et nos propres comportements est attestée par l'expérience suivante :

Des chercheurs ont comparé trois groupes de personnes. Certains buvaient de la vodka-tonic, d'autres croyaient en boire, alors qu'il s'agissait en réalité d'eau gazeuse additionnée de jus de limette, et enfin un autre groupe n'absorbait que de l'eau gazeuse, en toute connaissance de cause (Marlatt et Rohsenow, 1 980).

Les résultats furent surprenants. Les hommes qui croyaient avoir bu de l'alcool se comportèrent de façon beaucoup plus agressive que ceux qui n'avaient bu que de l'eau. Dans une autre expérience, les hommes et les femmes se disaient également davantage excités sexuellement (Abrams et Wilson, 1983).

Ces personnes ont été victimes d'une illusion de corrélation. Ils ont surestimé la fréquence des comportements agressifs et sexuels lors de la prise d'alcool, au point de s'imaginer eux-mêmes dans ce cas-là, alors qu'ils ne buvaient que de l'eau...


Pour aller plus loin :
- 150 petites expériences de psychologie (pour mieux comprendre nos semblables), Serge Ciccotti.
- La loi des séries, hasard ou fatalité ? Elise Janvresse, Thierry de la Rue.
- Coïncidences : Nos représentations du hasard. Gérald Bronner
- Vous avez dit hasard ? : entre psychologie et mathématiques. Nicolas Gauvrit.
- Penser le risque : Apprendre à vivre dans l'incertitude. Gerd Gigerenzer.
- Statistiques : Méfiez-vous ! Nicolas Gauvrit.

A lire aussi :
- Les variables de confusion.
- Les pièges et erreurs statistiques.
- Les erreurs de choix statistiques.
- L'illusion de la guérison.
- Les illusions logiques.
- Toutes les nouvelles en psychologie.
- Le pouvoir des coïncidences.
- Coïncidence, corrélation et hasard.
- Gagnez au loto !
- Les actes rares.
- Les actualités des coïncidences et du hasard.

NOTES :
1. Source Observatoire interministériel de la sécurité routière.
2. Effet constaté sur l'évaluation subjective de la douleur mais très faiblement sur la maladie en elle-même (Hrobjartsson et Gotzsche, 2001)
3. On sait que le dessin du bonhomme n'a aucune valeur explicative en psychologie (Motta, Little et Tobin, 1993).
4. Pseudoscience qui consiste à relier les traits du visage et du crâne à des traits de personnalité : "un grand front est le signe d'une intelligence importante"

Références :
- BYRNEs G., KELLY I.W. (1992). " Crisis Calls and Lunar Cycles: A Twenty-Year Review ", Psychological Reports, 71, 779-785.
- CARLSON S. (1985). " A Double-Blind Test of Astrology ", Nature, 318, 419-425.
- CHAPMAN L.J. (1967). " Illusory Correlation in Observational Report ", Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, 6, 15 1 155.
- CHAPMAN L.J., CHAPMAN J.P. (1969). " Illusory Correlation as an Obstacle to the Use of Valid Psychodiagnostic Signs ", Journal of Abnormal Psychology, 74, 271-280.
- HORN B. (1998). " Müdigkeit ", Schweiz Ârzte-Zeitung, 79, 2 1362 141.
- HROBJARTSSON A., GOTZSCHE P.C. (2001). " Is the Placebo Powerless ? An Analysis of Clinical Trials Comparing Placebo with no Treatment ", New England Journal of Medicine, 344 (21), 1 594-1 602.
- KING R.N., KOEHLER D.J. (2000). " Illusory Correlations in Graphological Inference ", Journal of Experimental Psychology : Applied, 6 (4), 336-348.
- LITTLE G., BOWERs R., LITTLE L.H. (1987). " Geophysical Variables and Behavior : Lack of Relationship between Moon Phases and Incidents of Disruptive Behavior in Inmates with Psychiatrie Problems ", Perceptual and Motor Skills, 64, 1 212.
- MOTTA R.W., LITRLE S.G., TOBIN M.1. (1993), " The Use and Abuse of Human Figure Drawings ", School Psychology Quarterly, 8 (3), 162-169.
- PERITI E., BIAGioTTi R. (1994). " Lunar Phases and Incidence of Spontaneous Deliveries. Our Experience ", titre original: " Fasi Lunari ed Incidenza di Parti Spontanei. Nostra Esperienza ", Minerva Ginecologica, 46 (8), 429-433.
- REDELMEIER D.A., TVERSKY A. (1996). " On the Belief that Arthritis Pain Is Related to the Weather ", Proceedings of the National Academy of Sciences, 93 (2), 2 895.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :