Les crèmes cosmétiques

Avant toute chose, il est important de comprendre comment les cosmétiques, et plus particulièrement les crèmes hydratantes, fonctionnent, parce qu'il n'y a aucun mystère. Premièrement, vous désirez que votre très chère crème hydrate votre peau. Elles le font toutes, et la vaseline le fait tout aussi bien. En fait, la recherche la plus importante des cosmétiques était de préserver les propriétés hydratantes de la vaseline, tout en réduisant ses propriétés graisseuses, et cette montagne technique a été gravie il y a déjà plusieurs décennies. L'hydrobase, à environ 10 euros le demi-litre chez votre pharmacien, remplira ce rôle à la perfection.

Si vous le voulez réellement, vous pouvez le reproduire en faisant votre propre crème hydratante maison : il faudra préparer un mélange d'eau et d'huile, mais qui soit "émulsifié", ce qui signifie parfaitement mélangée. On peut faire ce genre de crème hydratante à partir d'huile d'olive, d'huile de coco, de miel et d'eau de rose (ou d'eau du robinet). La cire d'abeille est meilleure que le miel en tant qu'émulsifiant, car vous pouvez modifier la consistance de la crème à votre goût : plus de cire la rendra plus ferme, plus d'huile la rendra plus douce, et plus d'eau en fera une sorte de duvet, mais augmentera le risque que les ingrédients se séparent. Chauffez tous vos ingrédients séparément, mélangez l'huile avec la cire, en remuant tout le temps, puis mélangez à l'eau. Versez dans un pot, et conservez-le pendant 3 mois au frigo.

Les crèmes de votre parfumerie locale vous semblent être à des années lumières de cette préparation ? C'est parce qu'on leur ajoute des ingrédients magiques : Technologie Regenium XY, Complexe Nutrileum, Rétinol Roc, VitaNiacine, Covabead, Stimuline ATP et Tenseur Peptidique Végétal. Il est certain que vous ne pourrez pas les reproduire dans votre cuisine, ou avec des crèmes qui coûtent une fortune. Mais quels sont ces ingrédients magiques ? Et que font-ils ?

Il y a trois groupes d'ingrédients dans les crèmes hydratantes. Premièrement, les produits chimiques puissants, comme les acides alpha-hydroxydes, les grandes quantités de vitamine C ou les variations moléculaires sur le thème de la vitamine A. Ceux-ci ont montré rendre votre peau plus jeune, mais ils sont efficaces seulement en fortes concentrations, ou à des niveaux très acides, ce sont les crèmes qui causent des irritations, des picotements, des brûlures et des rougeurs. Elles étaient le grand espoir des années 1990, mais elles ont toutes été massivement édulcorées par la loi, sinon sous prescription médicale. Comme d'habitude, pas d'effets sans effets secondaires.

Les sociétés commerciales les nomment toujours sous ces appellations, surfant sur la gloire de leur efficacité à hautes doses, car il n'est pas obligatoire de donner les doses des ingrédients, mais seulement leur ordre. Ces produits chimiques sont habituellement présents dans les crèmes à des concentrations "virtuelles", notées uniquement pour le spectacle. Les déclarations faites sur les flacons et les tubes viennent d'une l'époque où les crèmes efficaces contenaient de fortes doses d'acides. Évidemment, il est très difficile de l'avouer, car les études sur ces crèmes reposent habituellement sur des fonds privés, réalisées par les sociétés elles-mêmes, et rarement disponibles sous une forme publiée et publique comme c'est le cas avec les études scientifiques académiques, permettant à d'autres équipes de chercheurs de les analyser.

Bien entendu, en oubliant cet élément technique, la plupart des "preuves" citées dans les publicités pour les crèmes cosmétiques viennent de comptes-rendus subjectifs, où "sept des dix personnes qui les ont appliquées ont été très satisfaites des résultats".

Le second ingrédient présent dans presque tous les pots de crèmes, en est un qui a l'air de travailler : une protéine de légume cuit et broyé (nutricomplexes, X-microprotéine hydrolysé, Tenseur peptidique végétal, ou tout ce qu'ils auront trouvé ce mois-ci). Il s'agit de longues chaînes d'acides aminés, qui surnagent autour de la crème, s'étalant langoureusement dans toute cette hydratation. Lorsque la crème sèche sur votre visage, ces longues chaînes détrempées se contractent et se resserrent : cette sensation légèrement déplaisante de tension que vous ressentez sur votre visage quand vous mettez ces crèmes, vient des chaînes de protéines qui se contractent sur la peau, ce qui diminue temporairement les rides les plus fines. C'est une conséquence temporaire, mais immédiate, de l'utilisation de ces crèmes très chères, mais cela ne sert à rien d'en choisir une plutôt qu'une autre, car presque toutes contiennent des chaînes de protéines broyées.

Finalement, il y a la grande liste des ingrédients ésotériques, lancés telle une invocation, dans un langage évocateur élégamment présenté. De façon classique, les sociétés de cosmétiques nous ressortirons toutes sortes d'informations livresques sur le fonctionnement des cellules, les composants moléculaires ou le comportement des cellules dans un tube à essai, pour prétendre que c'est la même chose qui va vous rendre plus belle. "Ce composant moléculaire" disent-ils, "est crucial pour la formation de collagène". Et cela sera tout à fait vrai (tout aussi vrai que d'autres acides aminés sont utilisés par votre corps pour assembler les protéines des articulations, de la peau et partout ailleurs), mais il n'y a aucune raison de croire que qui que ce soit en manque, ou que le fait d'en enduire votre visage fera une différence dans votre apparence.


Pour aller plus loin :
- L'Imposture scientifique en dix leçons. Michel de Pracontal.
- Psychologie du consommateur : Pour mieux comprendre comment on vous influence. Nicolas Guéguen.
- Petit cours d'autodéfense intellectuelle. Normand Baillargeon.

A visiter :
- Achetons-nous des cosmétiques pour leur utilité ou parce qu'ils nous rassurent ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :