L'énergie vitale existe-t-elle ?
Fantasme ou réalité biologique ?

De tous les termes scientifiques ayant pu être usurpés et galvaudés par les pseudo-scientifiques, le terme d'"énergie" est certainement le plus célèbre. Ce mot possède une signification spécifique chez les physiciens, mais la presse profane, et nombre de ceux qui ne sont pas familiers avec sa juste utilisation, en altèrent le sens et l'utilisent à tort et à travers. C'est particulièrement vrai lorsque ce terme est appliqué à la matière organique telle que le corps humain. Cette croyance erronée existe, en partie, en tant que scorie de vieilles croyances dans le vitalisme et le "chi", dans lesquels une mystérieuse "énergie vitale" était censée parcourir et stimuler le corps humain, le distinguant ainsi de la matière inanimée. Les concepts modernes de biologie et d'énergie sont diamétralement opposés à ces croyances, les laissant pour ce qu'elles sont : d'anciennes superstitions n'ayant plus leur place dans une société scientifique moderne.

Le concept de vitalisme date du 17° siècle. Il faisait partie de cette philosophie idéaliste affirmant que les aspects immatériels de l'univers sont la cause du monde matériel. Les partisans de la théorie vitaliste croient que le facteur premier et déterminant permettant de distinguer la matière animée de la matière inanimée est une "force vitale", ou "énergie", se répandant dans la matière organique et lui donnant vie. Cette théorie était si répandue dans la communauté scientifique de l'époque, qu'Isaac Newton lui-même passa des années à tenter vainement de trouver des preuves de l'existence de cette énergie par des expériences alchimiques.

Le concept d'"énergie vitale", lui, est beaucoup plus vieux. De nombreuses cultures anciennes avaient des croyances similaires, retrouvées depuis que l'histoire existe. La version chinoise du "chi" ou "qi", est probablement la plus connue. Elle a d'ailleurs toujours ses millions de fidèles adeptes. La médecine traditionnelle chinoise, vieille d'au moins 5000 ans, est une vaste collection de "sagesse populaire" reposant sur des pensées mystiques dans lesquelles le "chi" est un des concepts centraux. Ses praticiens prétendent que "l'énergie vitale" coule à travers notre corps dans des voies, ou canaux, appelés "méridiens". Ces méridiens sont reliés à tous les organes majeurs du corps. Une inextricable partie de la croyance dans le chi vient d'un concept d'"harmonie" ou d' "équilibre" voire de "synchronisation". Tous les problèmes de la vie et de la santé seraient directement imputables à un déséquilibre ou une interruption des flux d'énergie donnant la vie. Dès que l'harmonie ou l'équilibre sont retrouvés, la santé revient.

Une des modalités de la médecine chinoise, les plus familières des sociétés occidentales, est l'acupuncture, où des aiguilles sont insérées dans des "points d'acupuncture" spécifiques censés être localisés partout dans le corps. Lorsque exécutée "correctement", on prétend que ceci rééquilibre et stimule l'énergie vitale du corps, rétablissant la santé et l'équilibre du patient.

La croyance dans le chi ne se limite cependant pas à la Chine. Le concept existe dans plusieurs autres pays, sous d'autres noms, comme le "prana" en Inde et le "ki" au Japon. Franz Anton Mesmer l'appelait le magnétisme animal et pour Henri Bergson il s'agissait de l'élan vital. Beaucoup de médecines alternatives utilisent le concept d'une énergie vitale (ou en langage "moderne" : de "champs bio-énergétiques") comme pierre angulaire de leurs systèmes de croyance.

La chiropraxie, développée par Daniel David Palmer en 1895, est entièrement basée sur cette foi vitaliste, semblable à celle du chi, d'une énergie ou d'une force vitale spirituelle emplissant le corps humain. Cette énergie, se référant à "l'intelligence innée", émane paraît-il du cerveau, voyage par la moelle épinière et les nerfs périphériques jusqu'aux organes du corps. C'est seulement lorsque cette énergie est intacte et ses flux sans entrave, que nous parvenons à un état de santé parfaite. La principale cause de maladie est due, d'après eux, à un dérèglement vertébral, une subluxation, touchant les nerfs spinaux et obstruant les flux d'énergie, aboutissant à la maladie. Une manipulation et une correction de ces luxations permet, paraît-il, de restaurer le flux d'intelligence innée, menant à un état de santé optimum.

Le toucher thérapeutique (sorte de magnétisme curatif), développé dans les années 70 par Dolores Krieger, est un nouveau venu dans le cortège des patamédecines ayant recours à l'énergie vitale. Il existe cependant des similitudes entre le toucher thérapeutique et ses vieux confrères. Il pose qu'il existe un champ d'énergie enveloppant le corps humain et que la maladie ou les blessures résultent d'un déséquilibre, ou d'un épuisement de ce champ d'énergie. Le traitement par un praticien du toucher consiste à se "centrer intérieurement" pour que patient et praticien "alignent" leurs champs, ensuite il pratique un passage des mains pour "lisser" le champ et éliminer les "noeuds ou les obstructions", finalement il exécute un "transfert d'énergie" pour transmettre son champ d'énergie afin de soutenir et réparer celui du patient.

Comme on le voit, la manipulation physique du champ d'énergie humain est un concept commun, présent dans beaucoup de croyances de ces thérapies dites "alternatives". Se servir des mains comme d'un outil de transfert d'énergie n'est pas propre au toucher thérapeutique, en Chine et au Japon la plupart des pratiques reconnaissent ce "pouvoir" de guérison comme dans le reiki, le jin shin jytsu et juhrei.

Un rapide coup d'oeil sur internet montre que quantité de sites souscrivent à cette foi en une énergie corporelle humaine. Ces sites, oeuvres de crétinisation publique, chantent les vertus du recours au système de "l'énergie pour la vie" qui vous permettra de "ne jamais être malade ni fatigué". Les similitudes sont fortes avec ces thérapies alternatives qui affirment que cela permet de "faire disparaître les blocages énergétiques relatifs aux traumatismes et aux ondes négatives du corps". Enfin sachez que cette "thérapie énergétique" peut se transmettre d'une personne à une autre !

Ainsi, l'utilisation bâclée du terme "énergie" dans tous ces systèmes thérapeutiques, son recours permanent, pourraient sembler convaincants et faire autorité, mais quel rapport y a-t-il avec le concept d'énergie utilisé en physique moderne ?


Qu'est-ce que l'énergie

La physique définit l'énergie comme la capacité à "réaliser un travail". Le concept n'est pas seulement fondamental, c'est le concept unificateur de la physique. En tant que tel, il a sérieusement été étudié et la connaissance acquise après des siècles de recherche remplirait nombre de bibliothèques. En général, ce que nous nommons "énergie" est englobé sous le terme d'"énergie mécanique". Cela consiste en deux classes appelées "énergie potentielle" et "cinétique". L'énergie potentielle est l'énergie d'un objet stationnaire uniquement causée par sa position dans un champ gravitationnel. L'énergie cinétique est l'énergie associée au mouvement. Un rocher situé au dessus d'une colline possède une formidable quantité d'énergie potentielle et pas d'énergie cinétique. Lorsqu'il commence à rouler vers le bas de la colline, la quantité d'énergie potentielle diminue tandis que la quantité d'énergie cinétique augmente.

A petite échelle, ces concepts existent sous d'autres appellations mais sont identiques. Par exemple, l'énergie thermique (ou la chaleur) est due aux mouvements microscopiques des constituants de la matière. Ainsi, l'énergie thermique est en fait de l'énergie cinétique sous forme de chaleur. Pareillement, l'énergie chimique est l'énergie emmagasinée dans les composés chimiques. Cela fait que cette forme d'énergie potentielle présente dans cette énergie chimique peut être libérée sous certaines conditions. Il y a plusieurs types d'énergie inclus dans l'énergie électrique, l'énergie rayonnante (lumière, rayons X, etc...), l'énergie nucléaire, etc. Les systèmes biologiques ont cependant une franche préférence pour l'énergie chimique, c'est donc dans cette direction qu'il faut fouiller un peu plus, cherchant une possible source pour cette énergie vitale dont nous abreuvent les praticiens des thérapies alternatives.


A lire :
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie Thomas Sandoz
- Le Paranormal, Henri BROCH, Points Sciences.
- La logique du vivant, François JACOB.
- La nature de la physique, Richard FEYNMAN.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL, Documents Payot.
- Les médecines douces, Jean-Jacques AULAS, Broché.
- Les matérialismes (et leurs détracteurs). J Dubessy, G Lecointre, M Silberstein.

A visiter :
- A la recherche du Chi.
- L'Aura existe-t-elle ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :