Combien de mots Esquimaux pour la neige ?

Geoffrey Pullman : "The Great Eskimo Vocabulary Hoax and Other Irreverant Essays on the Study of Language"


Compter les mots pour neige

Bien entendu, les langues tendent de définir la réalité différemment, comme rivière et ruisseau définissent une taille de cours d'eau différente, tandis que fleuve et rivière différencient un cours d'eau se jetant dans la mer ou non. De même, définissons-nous une renoncule en tant que "herbe" ou "fleur" avec toutes les connotations négatives ou positives que cela sous-entend ? Dans quelle mesure ces catégorisations se matérialisent-elles dans d'autres langues comme celles des Esquimaux ? Et s'il était vrai qu'il existât un grand nombre de mots pour parler de la neige dans les dialectes ou langages Esquimau (ce qui n'est pas le cas) combien y en a-t-il pour exprimer le désert ?

Comme nous l'avons vu plus haut, plusieurs questions cruciales se posent donc avant de trancher cette question, il faut d'abord clarifier ce qu'est un Esquimau, ce qu'est le langage Esquimau, ce qu'est un mot et enfin combien il existe véritablement de références à la neige dans le langage Esquimau.

  • Qu'est-ce qu'un Esquimau ? Les Esquimaux sont des gens natifs et vivants au Canada Arctique, du Nord de l'Alaska et au Groenland. Le terme Inuit est préféré à celui d'Esquimau par beaucoup au Canada, il sera retenu ici parce qu'il se réfère correctement à tout groupe Esquimau et non pas aux seuls Inuits, son utilisation est en outre très répandue dans les communautés natives d'Alaska.
  • Qu'est-ce qu'une langue Esquimau ? Il existe cinq langues Esquimaux dont la plus connue est l'Inuit, parlée dans des dialectes bien différenciés parcourant le Nord de L'Alaska, à travers le Grand Nord Canadien jusqu'aux Côtes du Groenland. La langue Esquimau prise en compte ici est la langue Yupik d'Alaska parlée par environ 13 000 personnes.
  • Qu'est-ce qu'un mot ? Il ne s'agit pas d'une question toute banale et idiote. Woodbury suggère de parler de lexèmes plutôt que de mots. Un lexème ressemble à une entrée autonome dans un dictionnaire. Par exemple la français a un seul lexème chant pouvant se décliner en des formes telles que chanter, chanteur, chantable et chantant. Les langues Esquimaux ont des inflexions si complexes que chaque lexème d'un nom seul peut avoir environ 280 formes d'inflexions distinctes, alors que chaque lexème verbal peut en avoir plus de 1000 ! Les langues Esquimaux sont l'exemple prototypique du langage polysynthétique, où un mot contient plusieurs éléments de la situation. Cela permet d'exprimer des idées très complexes en un seul mot comme par exemple "tikitqaarminaitnigaa" : "il dit qu'il ne pourra pas arriver le premier". Ainsi "ma neige", "ta neige", etc, ne constitueront chacun qu'un seul mot en Inuit, une racine avec un affixe possessif.
  • Combien de références à la neige ? Ci-dessous une liste de lexèmes se référant à la neige en Yupik. Il est assez difficile de les compter, la question étant de savoir si chaque lexème peut être retenu et compté séparément. Woodbury propose plusieurs critères :
    - Faut-il compter chant, chanter et chanteur comme des éléments différents ?

    - Les mots/lexèmes qui ont des significations en rapport avec la neige comptent-ils réellement comme des mots pour neige ?

    - Doit-on compter les synonymes séparément ou non ?

    - Si on décide de compter les synonymes ensembles, faut-il compter aussi ensemble les paires de nom-verbes qui ont au fond la même signification comme par exemple nage qui peut être à la fois un nom et un verbe ?

    - Certains de ces éléments ne se retrouvent que dans une petite région d'Alaska où le Yupik est parlé, faudra-t-il essayer de compter chaque mot pour chaque dialecte séparé ?


Les lexèmes pour neige (in Steven A. Jacobson's (1984) Yup'ik Eskimo dictionary) :

  1. qanuk = flocon de neige
    qanir- = neiger
    qanunge = neiger (Nunivak)
    qanugglir- = neiger (Nunivak)

  2. kaneq = glace
    kaner- = être glacé/glacer quelque chose

  3. kanevvluk = fines particules de neige/pluie
    kanevcir- = recevoir de fines particules de neige/pluie

  4. natquik = neige emportée, dérivant/etc
    natqu(v)igte- = pour la neige/etc, dérivant par terre

  5. nevluk = particules assemblées
    nevlugte- = avoir des débris assemblés/... fibre/neige/saleté...

  6. aniu (Norton Sound dialect)= neige par terre
    aniu- (Norton Sound dialect) = avoir de la neige par terre
    apun (Norton Sound dialect) = neige par terre
    qanikcaq = la neige sur le sol
    qanikcir- = avoir de la neige par terre

  7. muruaneq = faibles, importantes chutes de neige sur le sol

  8. qetrar- (Norton Sound dialect) = neige tôlée
    qerretrar- (Norton Sound dialect) = neige tôlée

  9. nutaryuk (Hooper Bay-Chevak) = neige fraîche tombée sur le sol

  10. qanisqineq = la neige flotte sur l'eau

  11. qengaruk (subdialecte Yupik d'Alaska de la région de la rivière Yukon) = Monticule de neige

  12. utvak = bloc de neige

  13. navcaq = corniche de neige, formation de neige sur le point de fondre
    navcite- = être pris dans une avalanche

  14. pirta = tempête de neige, blizzard
    pircir- = avoir du blizzard
    pirtuk = blizzard, tempete de neige

  15. cellallir-, cellarrlir- = neiger abondamment, fortement
    pir(e)t(e)pag- = tempête de neige/blizzard sévère
    pirrelvag- = tempête de neige/blizzard sévère

Ainsi, cette liste présente 15 lexèmes significatifs plus plusieurs variétés pour chacun. A comparer aux lexèmes français eux aussi relatifs à la neige :


Avalanche, blizzard, bourrasque, rafale, glace, gel, froid, grêle, flocon, iglou, poudre, congère, tempête, verglas, givre, neige,

soit déjà 16 lexèmes...

Pour aller plus loin :
- The Great Eskimo Vocabulary Hoax, Geoffrey K. Pullum

A visiter :
- Du nouveau sur la légende urbaine langagière des Esquimaux.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :