Évolution :
Mythes et erreurs d'interprétation

Mythe n°17 : L'évolution est incapable de produire des formes de vie complexes

En éliminant les mutations délétères et en assemblant les bénéfiques, la sélection naturelle agit telle une "pulsion improbable" qui peut, en lui laissant assez de temps, produire des résultats qui semblent complètement impossibles au premier coup d'oeil.

Lors d'une emission TV en Angleterre, appelée "Le Système", une mère couverte de dettes a été convaincue d'emprunter plus encore afin de parier aux courses. Ayant reçu les prédictions correctes des six courses précédentes, elle croyait que l'illusionniste Derren Brown avait réellement trouvé un système infaillible pour prédire les résultats des courses de chevaux.

En fait, les producteurs de l'émission avaient envoyé différentes prédictions à environ 8000 personnes. Après chaque course, ceux qui avaient reçu des prédictions qui s'avéraient être fausses étaient éliminés, et un autre jeu de différentes prédictions étaient envoyées aux participants restants. Ce qui semblait totalement extraordinaire au premier abord (i.e. le fait d'envoyer les prédictions correctes des gagnants des six courses) était devenu très ordinaire, dès lors que vous avez compris que des milliers de gens avaient reçu des prédictions erronées.

Confrontés aux merveilles du monde vivant, de nombreuses personnes en viennent à la même conclusion que cette femme : ils ne peuvent pas être le résultat de l'aléatoire seul. Mais nous ne voyons pas toutes ces erreurs : les innombrables créatures tuées dans l'oeuf ou dans l'utérus, nées affublées de terribles défauts, ou bien tombées entre les mains des prédateurs ou encore mortes à cause de quelque faiblesse.

Dans la nature, la plupart des individus meurent bien avant d'avoir une chance de se reproduire. Les organismes vivants sur Terre sont le résultat non pas de seulement six manches de sélections, comme dans cette émission télévisuelle, mais de milliards. Ceci est le facteur crucial dans l'évolution, et non pas la chance.

Trois pas vers l'évolution

Pour comprendre l'évolution, vous devez comprendre trois choses. Premièrement, qu'une chance sur 1024 se produit tout le temps. Deuxièmement, tandis que les mutations sont aléatoires, les mutations qui ne survivent pas ne le sont pas. Et troisièmement, en laissant suffisamment de temps, l'accumulation des mutations bénéfiques les unes après les autres peut produire des systèmes incroyablement complexes. La sélection naturelle peut être perçue comme une espèce de conducteur improbable qui, avec assez de temps, peut rendre cet apparent impossible très probable.

Si vous prenez même la plus simple des créatures vivante de nos jours, et calculez la probabilité d'obtenir son génome en tirant ses séquences ADN au hasard, vous trouverez un chiffre astronomique. Même la séquence du plus simple virus est prodigieusement improbable.

Cela prouve-t-il que l'évolution est impossible ? Essayez ceci : prenez un paquet de cartes, battez-le correctement et étalez-le pour voir la séquence. Maintenant essayez de générer la même séquence en répandant un autre paquet.

Est-ce fait ? L'univers pourrait se terminer avant que vous y arriviez. Si les cartes sont vraiment mélangées au hasard, la chance de générer toute séquence particulière de 52 cartes est de 1068 (1 suivi de 68 zéros), et pourtant, un tel événement improbable a lieu à chaque fois qu'un paquet est mélangé et étalé.

Gènes déplacés

Chez toutes les créatures vivantes, le "paquet de cartes" est constamment mélangé. Les dégradations de l'ADN ou les erreurs de réplication, provoquent des mutations aléatoires, allant de simples changements des "lettres" aux reproductions ou suppressions de gros morceaux d'ADN. La grande majorité serait soit nocive ou neutre, seules quelques modifications seraient bénéfiques. Mais comme le montre l'exemple du jeu de cartes, même si toutes les mutations bénéfiques sont hautement improbables, cela ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas avoir lieu.

En fait, les bizarreries d'une mutation bénéfique qui se réalise sont plus importantes que vous le pensez. Une étude sur la bactérie E.Coli pose un taux de mutation bénéfique à 1 pour chaque 10.000 nouvelle bactérie.

Cela peut sembler bien peu, mais certaines populations d'organismes simples se dénombrent en milliers de milliards, avec des nouvelles générations apparaissant chaque heure, voire moins. Faites le total.

Cependant, ce qui est le plus important est ce qui se passe après que les mutations soient apparues. Quand la sélection naturelle donne ses coups de pieds. La vie de chaque nouvel organisme est essentiellement un processus de test rigoureux. Ceux avec des mutations délétères tendront à décéder, alors que ceux avec des mutations bénéfiques, qui leur apportent un plus compétitif, prospéreront et produiront plus de descendants. Cela signifie que les mutations bénéfiques seront devenues plus courantes dans une population, tandis que les mutations nocives auront disparu.

Ce processus se réalise encore et encore. Si des individus avec des mutations bénéfiques prospèrent et se multiplient, une autre mutation pourrait éventuellement survenir chez eux. Des individus possédant les deux mutations bénéfiques domineront une population, rendant plus probable l'apparition d'une autre mutation bénéfique chez l'un d'entre eux...

Les bénéfices du sexe

Chez les espèces qui peuvent échanger leur matériel génétique, via la reproduction sexuelle par exemple, les mutations bénéfiques survenues chez des individus séparés peuvent être combinées chez leurs descendants. De cette façon, la sélection naturelle peut créer les organismes étonnants que nous voyons autour de nous, les résultats de milliards de mutations bénéfiques s'assemblent lentement sur des milliards d'années.

Il est vrai que l'explication du processus sous-jacent est toujours un mystère. Nous commencerons peut-être à savoir comment était l'origine de la vie dés que quelqu'un saura faire évoluer la vie depuis le laboratoire, ou découvrira de la vie d'une origine indépendante, peut-être sur une autre planète. Ce qui est clair, c'est que dès que les premières entités primitives capables de se répliquer elles-mêmes ont émergé, l'évolution devenait inévitable.

Et plus il y a d'évolution, plus vite elle se répand. En fait, l'évolution pourrait produire de "l'évoluabilité". Par exemple, comme les organismes évoluent en systèmes qui peuvent faire face à une large gamme de conditions environnementales, davantage d'évolution pourrait devenir de plus en plus réalisable, une idée avalisée par des expériences montrant que l'évolution peut être accélérée en modifiant l'environnement.

De telles idées demeurent controversées. Ce qui est indiscutable c'est que tandis que le résultat final de l'évolution pourrait apparaître totalement impossible, une fois que vous avez compris le chemin par lequel la sélection naturelle peut collecter et distiller les résultats des événements aléatoires, il n'y a rien d'impossible du tout.

     


Pour aller plus loin :
- La théorie de l'évolution : Une logique pour la biologie. Patrice David.
- L'Amérique entre la Bible et Darwin. Dominique Lecourt.

A lire:
- Les probabilités réfutent-elles la théorie de l'évolution ?
- Les créationnistes et la bible.
- L'armée créationniste de la nuit.
- Les actualités du créationnisme.
- Erreurs de raisonnement et illusions logiques.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :