Évolution :
Mythes et erreurs d'interprétation

Mythe n°18 : L'évolution est un processus totalement aléatoire / hasardeux

Oui et non. La sélection naturelle est un processus de test rigoureux qui filtre ce qui marche et ce qui ne marche pas, conduisant les organismes à évoluer dans des directions particulières. Cependant, les événements aléatoires, au hasard, jouent aussi un grand rôle.

"Les chances que la vie soit juste apparue sont aussi improbables que celle d'un typhon qui soufflerait sur un tas de ferraille et construirait un boeing 747" disait l'astronome Chandra Wickramasinghe devant un tribunal en Arkansas en 1981, selon un compte-rendu du New Scientist (21 juin 1982). Son collègue Fred Hoyle rendit célèbre cette vision de la tornade, prouvant que même quelqu'un de très intelligent peut ne rien comprendre à l'évolution.

Une analogie quelque-peu meilleure commencerait avec un million de tas de ferraille, testerait minutieusement l'épave laissée après chaque tornade pour trouver la plus susceptible de voler, ferait un million de copies exactes de ce tas de ferraille, déclencherait un autre million de tornades, réaliserait d'autres séries de tests exhaustifs, etc. jusqu'à ce que vous produisiez une espèce de machine, qu'elle ressemble ou non à un Boeing 747, capable de voler au moins quelques mètres.

Promouvoir la survie

L'évolution par la sélection naturelle est un processus en deux temps, et seul le premier temps est aléatoire : les mutations sont des événements au hasard, mais leur survie ne l'est pas. La sélection naturelle favorise les mutations qui fournissent quelque avantage, et le monde physique impose des limites très strictes sur ce qui marche et ce qui ne marche pas. Le résultat est que les organismes évoluent dans des directions particulières.

Considérez tout type de créature qui vit sous l'eau, et qui doit chasser sa proie pour manger. Les mutations aléatoires donneront à sa progéniture toutes sortes de formes. Celles avec des formes leur permettant de bouger plus vite avec moins d'énergie seront plus susceptibles de survivre et de se reproduire que celles que les formes ralentiront.

Il en résulte que toutes les créatures nageant rapidement évoluent dans des formes rationalisées, comme nous le voyons chez des animaux aussi divers que les calmar, les requins et les dauphins. Cela pourrait ressembler au résultat d'un projet, mais cela montre bien le pouvoir de la sélection naturelle, qui peut être considérée comme un processus de test rigoureux en réel, "grandeur nature", afin d'évaluer les effets des différentes mutations.

Une mutation accélérée ?

Les organismes ne sont pas toujours à attendre qu'une mutation favorable se réalise. Par exemple, le parasite qui cause la maladie du sommeil a des milliers de gènes disponibles pour coder la protéine de capside, qu'il mélange et choisit pour générer de nouveaux capsides plus rapidement que le système immunitaire de son hôte ne peut en garder.

De façon plus controversée, quelques biologistes pensent que certains microbes pourraient avoir fait évoluer des mécanismes, afin d'accélérer le taux de mutation de gènes spécifiques quand il luttent pour vivre dans un environnement changeant, ou pour "stocker" une variation jusqu'à ce qu'ils en aient besoin. Même si de tels mécanismes existent, tout ce qu'ils font est de produire des variations au hasard. La sélection naturelle, le processus de test, est ce qui fait bouger l'évolution dans des directions particulières.

Une des conséquences de ceci est que l'évolution tend à produire des "modèles" identiques, pour régler des problèmes identiques, un phénomène connu sous le nom de "convergence". Il en existe d'innombrables exemples. Les ptérosauriens, les oiseaux et les chauve-souris ont tous évolué avec des façons similaires de voler. Le thon et certains requins utilisent des mécanismes identiques pour garder leur muscles plus chauds que l'eau dans laquelle ils nagent.

Une ressemblance

La convergence évolutionniste survient à chaque niveau, des protéines aux sociétés. Un anticorps inhabituel, que l'on pensait unique et réservé aux chameaux, a son proche équivalent chez les requins, alors que les rats-taupe nus forment des colonies sociales tout comme les fourmis et les abeilles.

Ce que cela signifie c'est que si nous pouvions remonter le temps, et laisser la vie évoluer de nouveau, elle pourrait prendre des chemins très différents mais toujours produire des organismes qui, d'une certaine manière, ressembleraient aux organismes vivant de nos jours.

Il y aurait certainement des nageurs profilés dans les océans et des créatures ailées dans le ciel. En fait, certains affirment que l'évolution de l'intelligence est aussi virtuellement inévitable, bien que les organismes intelligents pourraient être très différents de nous.

Prendre une route différente

Bien que l'évolution ne soit pas du hasard dans le sens décrit plus tôt, le hasard y joue toujours un grand rôle. Il y a toujours de nombreuses directions possibles dans lesquelles peut aller l'évolution. Prenez les pinsons que Darwin a collecté dans les Iles Galapagos, qui avaient divergé en 13 espèces séparées avec des becs spécialisés pour différentes nourritures. Le fait qu'un groupe d'oiseaux a pris une route, et non pas une autre, dépend probablement entièrement du hasard des mutations, en particulier chez les individus, qui affectent la taille des becs et leur forme.

Certaines mutations se sont répandues dans une population ou ont disparu à cause du fossé génétique aléatoire plutôt que la sélection naturelle. Les événements aléatoires jouent un grand rôle aussi : si un astéroïde n'avait pas frappé la Terre il y a 60 millions d'années, les dinosaures pourraient toujours faire la loi sur la Terre.

Ainsi, tandis qu'il est faux de penser que la théorie évolutionniste implique que des structures telles que l'oeil ou les ailes sont apparues par accident, le hasard joue un rôle dans l'évolution.

     


Pour aller plus loin :
- Qu'est-ce que l'évolution ? Le fleuve de la vie. Richard Dawkins.
- La théorie de l'évolution : Et pourquoi ça marche (ou pas). Cynthia-L Mills.
- L'horloger aveugle. Richard Dawkins.

A lire:
- Les probabilités réfutent-elles la théorie de l'évolution ?
- Les créationnistes et la bible.
- L'armée créationniste de la nuit.
- Les actualités du créationnisme.
- Le créationnisme est-il scientifiquement recevable ?
- Evolution et créationnisme.
- Erreurs de raisonnement et illusions logiques.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :