La loi d'airain de Ryke Geerd Hamer
Dr Olivier Jallut

La Théorie

La conception de l'ex Dr Hamer est un exemple caricatural du psychologisme poussé jusqu'à l'absurde. C'est vers 1980 qu'il commence à diffuser ses idées particulières sur la cause du cancer et son traitement. Il est parti, comme bien d'autres, de son cas personnel : après avoir subi un gros choc dû à la mort accidentelle de son fils, Dirk Hamer, il présenta un cancer qui se serait guéri spontanément une fois résolu le grave conflit qui le minait. Comme toujours, lorsque c'est le cas personnel de l'inventeur qui sert de base à une nouvelle théorie (voir J. Brand, Kelly, etc.), il faudrait connaître les faits médicaux exacts pour juger de la valeur de la parabole. Nous ne pouvons le faire ici.

Quoi qu'il en soit, Hamer construit rapidement un système médical complet, qui explique tout sur de nouvelles bases, en corrigeant au passage quelques "grosses erreurs" des pathologues et des médecins. Nous allons essayer de résumer son idée fixe.

La loi d'airain du cancer comporte trois articles :

  1. Tout cancer est déclenché par un choc psychique brutal, un conflit aigu et dramatique vécu dans l'isolement... et qui continue d'obséder le patient. C'est le syndrome Dirk Hamer (DHS).
  2. La teneur subjective du conflit... détermine à la fois la localisation du cancer (poumon, sein, foie, os, etc.), et l'aire cérébrale qui, sous l'empire du choc, subit une rupture de champ (foyer de Hamer).
  3. Il y a corrélation exacte entre l'évolution du conflit, celle du cancer dans l'organe et celle du foyer de Hamer dans le cerveau. La triade psychisme - cerveau - organe est constamment synchronisée.

Les "milliers de cas" examinés par Hamer l'ont amené à formuler cette "loi d'airain" appelée ainsi parce qu'elle n'a jamais été contredite (!).
Le cerveau est comme un ordinateur qui transmet des codes à toutes les cellules du corps, chacune étant reliée à une zone cérébrale spécifique. En cas de court-circuit, les cellules corporelles correspondantes reçoivent des codes erronés et prolifèrent en cellules cancéreuses.

A quel moment débute le cancer ? A l'instant même où le patient est frappé de plein fouet par un choc psychique brutal. Quand le cancer s'arrête-t-il ? A l'instant même où le conflit est résolu. La thérapeutique consiste essentiellement à aider le malade à résoudre le conflit qui est à l'origine du "court circuit" au cerveau. Une fois le conflit résolu, "le foyer de Hamer se régénère par formation d'un oedème périfocal, tandis que les cellules, dont la prolifération anarchique était due à une erreur de codage du cerveau-ordinateur, cessent d'être innervées par des codes erronés et le cancer est stoppé".

Mais l'arrêt du cancer, la "carcinostase conflictolytique" n'est pas un phénomène aussi anodin qu'on pourrait le penser. Il se produit souvent un oedème dans la zone du cancer stoppé (ascite, épanchement pleural, occlusion intestinale, hémorragie, etc.) qui gêne à ce point les fonctions vitales que le corps peut en mourir...

Voici encore quelques affirmations péremptoires de Hamer:

Pour illustrer sa théorie, Hamer présente le cas d'une patiente qui "apprend qu'elle a un cancer au sein très avancé. Prise de panique, elle a une angoisse mortelle et fait des taches rondes au poumon. Trois jours plus tard, amputation du sein... En se regardant dans la glace, elle fait une dévalorisation de soi carabinée : à partir de ce moment, des foyers commencent à se développer dans la partie supérieure de la colonne dorsale"...

Dans son tableau récapitulatif, Hamer donne des précisions pour le moins inédites sur toute une série de cancers, dans son charabia particulier :


Réalité

La médecine moderne connaît des mécanismes extrêmement complexes de la cancérisation, de l'initiation, de la promotion, du développement du cancer, des métastases, etc. Toutes ces connaissances sont l'aboutissement d'un immense travail d'équipe, assuré par de nombreuses observations répétées. Qu'à cela ne tienne, Hamer balaie le tout d'un revers de main : sa "loi d'airain" se vérifie sans exception.

Il lui suffit de trouver un épisode quelconque, souvent futile, pour en faire un DHS. Puis il construit un système paralogique, d'où il élimine ce qui dérange son interprétation paranoïaque des faits.

Il serait fastidieux de rétablir la vérité scientifique de toutes les erreurs de Hamer, mais il est bon pourtant de préciser :

Dans l'exemple cité de la patiente présentant un cancer avancé du sein, il est évident pour tous les médecins (sauf Hamer), que ce cas présente d'emblée des métastases pulmonaires et osseuses. Hamer prétend que c'est l'angoisse du diagnostic qui a provoqué les métastases pulmonaires et le choc de la mastectomie les métastases osseuses : il s'agit d'une explication tirée par les cheveux pour faire entrer ce cas dans le système de sa "loi d'airain".


Mode d'emploi

La théorie délirante de Hamer pourrait devenir un jeu de société amusant, genre Trivial Pursuit : essayer de deviner la cause psychologique de tel ou tel cancer et la localisation de son foyer cérébral. Les rires seraient assurés, mais la plaisanterie serait de mauvais goût.
Je ne vois pourtant pas d'autre emploi à proposer pour ce délire d'un homme qui a rejeté la médecine pour se réfugier dans une bulle de savon.

Référence : 1- Hamer R.G. Genèse du cancer, ASAC, Chambéry 1985.


A lire :
- Médecines parallèles et cancers. Dr. Olivier Jallut.
- Les charlatans de la santé. Jean-Marie ABGRALL.
- La magie et la raison. Simon Schraub.

A visiter :
- L'affaire Beljanski.
- Compléments vitaminés : des risques et un effet anti-cancer non prouvé.
- Évaluation de l’efficacité de la pratique de la Biologie totale des êtres vivants et de la déprogrammation biologique. INSERM U669.
- Seulomonde. Méthode Hamer et consorts.
- La biologie totale.
- Hamer and Co.
- Méthode Hamer, Psycho-généalogie et dérivés.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :