L'homéopathie (Suite)

Suicides collectifs

Un collaborateur de Science & Vie, Pierre Rossion, devenu suicidaire, a devant huissier avalé 10 tubes d'Arsenicum album (de l'arsenic qui tue !), soit 800 granules, de 4CH à 30CH, médicament prescrit par les homéopathes dans les cas d'intoxications alimentaires, anémies, dépressions, états de fatigue. Celui-ci s'est malheureusement loupé et était toujours bien vivant après l'absorption et n'en a ressenti aucune gêne. Des enfants joueurs de Villeneuve-D'Ascq eurent la mauvaise idée de s'amuser avec des tubes homéopathiques trouvés dans une poubelle, ils en avaient avalé tout leur contenu pensant à des bonbons, sans danger aucun pour leur santé puisqu'ils sont rentrés sereins chez eux le jour même ! Puis ce sont des Québécois qui, sans doute lassés de la vie, voulurent mettre fin à leur vie en ingurgitant, en plus de l'arsenic homéopathique, de la strychnine, ne voulant pas se louper. 700 granules d'un coup chacun, ils n'y sont pas allés à doses homéopathiques, manque de chance pour eux, ils durent quand même s'acquitter de leurs factures plus tard s'étant ratés eux aussi, l'analyse des granules ayant révélé la présence de lactose et de colle à médicament à 100%, ils ne pouvaient évidemment pas se faire bien mal.

Ainsi, si vous voulez impressionner votre petite amie en lui faisant croire que vous être prêt à mourir pour elle, avalez devant elle une énorme quantité de granules homéopathiques (et homéopathiques seulement), effet garanti !

De nos jours, les partisans de l'homéopathie tentent de redonner un semblant de crédibilité à leur charlatanerie en essayant de la faire passer pour un substitut de la vaccination, via la fameuse loi de similitude, agissant selon eux comme le vaccin inoculant un produit atténué et immunisant, oubliant que le vaccin est pratiqué préventivement sur des sujets sains et non malades via la production d'anticorps pour une réaction immunisante, tout le contraire de la loi de similitude qui veut que l'on prescrive des produits dilués (ou atténués) à des personnes souffrants déjà de la maladie. Michel Rouzé en 1984 dans "Science & Vie" expliquait :

"les vaccins sont administrés préventivement, au sujet sain, pour déclencher dans son organisme la production d'anticorps qui, en cas d'agression, neutraliseront la maladie. C'est exactement le contraire de la fameuse similitude. On n'inocule pas de BCG à un tuberculeux déclaré, mais des antibiotiques, ni de vaccin antidiphtérique à un diphtérique. Le vaccin antirabique ne fait pas exception : on l'inocule pour gagner de vitesse le virus et déclencher la production d'anticorps spécifiques avant que les centres nerveux soient atteints.

Sans compter que les dilutions des "vaccins homéopathiques" sont telles que même si leur administration était préventive, elle resterait complètement inutile, une seule souche de vaccin classique, à une dilution de 9 CH, est diluée un milliard de milliard de fois (1018), on imagine ce qu'il en reste ! Calculez vous-même rapidement la rentabilité d'une telle opération : pour 1 vaccin acheté par le laboratoire, des millions de pseudos vaccins vendus.

Ou encore de prétendre que l'homéopathie peut se comparer à une désensibilisation par administration de produits atténués, alors que la désensibilisation augmente les doses progressivement jusqu'à la dose toxique qui devrait indisposer le sujet, en même temps que des doses d'allergène sont administrées pour déclencher une production d'anticorps, mais jamais à des allergiques en pleine crise. D'autres enfin, tel James Tyler Kent, homéopathe britannique réputé, refont la médecine dans son entier en affirmant par exemple que les bactéries ne sont que le résultat de la maladie, et non pas la cause, et qu'elles viennent bien plus tard, la cause de la maladie n'est donc pas la bactérie mais une "cause inobservable par le microscope" ! CQFD.


La mémoire de l'eau

Ce chapitre peu glorieux d'un scientifique, et pour les Laboratoires concernés d'obtenir enfin la caution scientifique qui leur manquait, est à lire au chapitre des sciences et pseudos sciences, sachant que l'homéopathie vit, dans ces "découvertes et expériences" (sic) de la mémoire de l'eau une nouvelle jeunesse pour son commerce, peine perdue pour elle malheureusement, mais le ridicule ne tue pas : il rapporte.


Les expériences

Les médicaments habituellement mis sur le marché sont avant tout testés en double aveugle, c'est-à-dire que 2 groupes test sont formés, un groupe auquel on administre les médicaments à l'essai et l'autre qui ne prend que des substances placebo, tout cela dans une parfaite ignorance pour les cobayes. Ce test auquel se "soumettent" tous les médicaments permet de vérifier leur efficacité, et de déterminer la part de l'effet placebo. L'homéopathie quant à elle ne s'est jamais prêtée à une telle expérimentation dans le strict respect du protocole, et lorsque cela fut tenté avec des pollens 30CH (rapportée par The Lancet en 1986), l'Opium 15CH ou Raphanus 5CH, soit le protocole ne fut pas respecté (avec le pollen) soit les résultats faisaient apparaître une totale inefficacité de l'homéopathie sur des signes cliniques réels. En fait, son "efficacité" se révèle être égale à celle de l'effet placebo.

Le seul cas de test à grande échelle fut celui réalisé en Allemagne sous le 3°reich. Fritz Donner, homéopathe, en sera le coordinateur. Les résultats, catastrophiques pour l'homéopathie, furent étouffés, ils sont ressortis en 1969 en français dans une revue sans avoir jamais été publiés en Allemagne, il s'agit de deux lettres écrites par Donner, "échec total" sont les propos de Donner lui-même. La tentative de légitimation par des résultats soi-disant obtenus avec des enfants, qui ne seraient pas sensibles à l'effet placebo (ce qui reste à vérifier), n'ont jamais été prouvés par des tests cliniques rigoureux. D'autres résultats d'essais réalisés à l'hôpital Rothschild et à l'Institut Pasteur à la demande du magazine "Science & Vie" sur Apis Mellifica, médicament homéopathique anti-allergique (prétendu comme tel) ont montré sa totale inefficacité, travaux publiés en 1985 dans le Bulletin de l'Académie Nationale de Médecine (Dr. Murrieta, Leynadier et Dry), idem pour Histaminum.

Les quelques études considérées comme "positives" par les partisans de l'homéopathie furent publiées dans des revues n'étant que très peu, voire pas du tout, reconnues par la communauté scientifique et inaccessibles. Cependant quelques revues ont pris le taureau par les cornes et ont publié des études rassemblées ici ou là. En 1990 la Review of Epidemiology analysa 40 essais différents tirés au hasard, qui avaient comparé l'homéopathie à un autre traitement ou à des produits placebo. Les auteurs conclurent que trois d'entre elles contenaient d'importants biais protocolaires, et que seulement un parmi ces trois rapportait un résultat positif. La conclusion logique des auteurs fut qu'il n'existe aucune preuve réelle que les traitements homéopathiques aient plus de valeur que celle de n'importe quel placebo.

En 1995, la revue Prescrire International reconnut de la même manière "qu'il n'existait aucune preuve que l'homéopathie soit plus ou moins efficace qu'une thérapie placebo donnée dans des conditions identiques."

Même lorsque en 1996 L'Homoeopathic Medicine Research Group (Groupe de Recherche en Médecine Homéopathique) tenta d'examiner 184 comptes-rendus publiés, ou non, de tests de traitements homéopathiques, les membres du jury n'en gardèrent que 17 considérés comme fiables (moins de 10%), au sein de ces 17 tests certains rapportaient que l'approche homéopathique eut un plus grand effet que le placebo, mais que le nombre de participants dans ces 17 essais était tout de même trop peu important pour pouvoir conclure définitivement en faveur de l'efficacité de l'homéopathie (voir plus loin).

     


Pour aller plus loin :
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- La vraie nature de l'homéopathie Thomas Sandoz.
- L'Homéopathie, Jean Jacques AULAS.
- Tempête sur l'homéopathie, Elie Arié et al.
- Le sommeil de la raison (Une mode : les médecines douces). Norbert Bensaïd.
- Le mystère du placebo. Patrick Lemoine.

A visiter :
- L'Homéopathie
- Les dernières nouvelles sur l'homéopathie
- Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur l'homéopathie
- Homéopathie - Les Laboratoires Boiron pris la main dans le sac
- Canis homeopathicus (homéopathie vétérinaire)
- La pensée magique dans les médecines parallèles.
- Homéopathie et obscurantisme.
- Pseudo-médecines : l'homéopathie
- Qu'est-ce que l'effet placebo ? - Est-il possible d'avoir une opinion nuancée sur l'homéopathie ?

Références :
- Homeopathy: what does the "best" evidence tell us? Med J Aust. 2010 Avr. 19;192(8):458-60.
- House of Commons Science and Technology Committee Evidence Check: Homeopathy. Fourth Report of Session 2009-10.
- Ultramolecular homeopathy has no observable clinical effects. A randomized, double-blind, placebo-controlled proving trial of Belladonna 30C
- Homoeopathic Oscillococcinum for preventing and treating influenza and influenza-like syndromes.
- Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy.
- Trial shows that homoeopathic arnica is no better than placebo
- Homeopathic arnica for prevention of pain and bruising: randomized placebo-controlled trial in hand surgery.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :