L'homéopathie

Homéopathie et médecine conventionnelle

Les pratiques médicales à l'époque d'Hahnemann étaient donc en général assez déplorables. La compréhension des mécanismes, et des connexions, entre les micro-organismes et les maladies émergeait, mais la découverte de médicaments efficaces contre les maladies infectieuses ne se fera qu'au siècle suivant. Avec une utilisation des pratiques antiseptiques qui commençait à poindre, la chirurgie commençait tout juste à sauver davantage de vies qu'elle en éliminait, mais la pratique de tous les jours consistait surtout en des sangsues, saignées, lavements et différentes substances médicales médiévales qui nécessitaient d'avoir une santé de fer pour y survivre.

Hahnemann réagissait violemment contre ces pratiques, ses travaux sont emplis de cette rage contre les praticiens conventionnels qu'il qualifiait d' "allopathes". Les partisans de l'homéopathie moderne tendent à prendre le même chemin, ils perçoivent la médecine moderne comme mauvaise et dangereuse, contrairement à l'homéopathie qui est perçue comme la panacée, le remède idéal et de surcroît sans effets secondaires. On s'étonne même que ce poncif demeure en l'état de nos jours, car s'il existait et s'il était si facile de fabriquer des médicaments efficaces sans aucun effets secondaires, les grands laboratoires se seraient depuis longtemps jetés sur le filon, et les médecins les prescriraient en premier lieu.

Pour se parer d'habits savants, l'homéopathie est de nos jours une des seules pratique à encore manipuler avec tant d'ardeur le latin face au public. En effet, et cela contribue à ce que la placebothérapie soit plus performante, les noms des remèdes sont la plupart du temps restés en latin, dans le but d'en masquer la réalité à des patients non latinistes et pour qui le latin fait savant. Aussi s'émerveille-t-on de trouver au XXI° siècle dans la pharmacopée homéopathique des remèdes aux dénominations magiques telles que Pulex felis (puce de chat), Pediculus capitis (pou de tête), Mustela foetidia (glande anale de putois), Lumbricus terrestris (ver de terre), Periplaneta americana (blatte d'amérique) voire Saccharum lactis (le bon vieux lactose) qu'un marabout africain ne renierait pas.


Les bases scientifiques

Les dilutions : La principale critique que l'on peut faire de l'homéopathie vient du système des dilutions. Dans les préparations au-delà de 12CH il ne reste plus que du diluant, et même à des dilutions inférieures il est difficile de croire que le peu de molécules encore présentes aura un effet chimique. Les disciples de l'homéopathie ont une parade à ce doute plus que légitime, en arguant que le diluant transporte les effets de la substance originale, qu'il aurait une espèce de mémoire. Aucun mécanisme connu de la physique moderne n'est en mesure d'expliquer un tel phénomène, et aucune discipline scientifique au sein de la physique et de la chimie, n'a jamais été capable de faire la preuve d'un quelconque effet qui pourrait suggérer une eau (ou de l'alcool) ayant la mémoire de substances ayant été en son contact.

Pour ce qui concerne les médicaments homéopathiques, les déclarations sont claires : ces préparations auraient un effet distinct et perceptible lorsque prises par des personnes en parfaite santé. De ce fait, il doit être relativement facile de mesurer cet effet par des tests en double-aveugle contre placebo. En donnant à un groupe soit le médicament, soit un placebo, il devrait être possible de déduire de l'observation quel est le groupe ayant reçu le médicament homéopathique et lequel a eu le placebo. Un certain nombre de tests contre placebo ont été publiés, certains présentèrent un effet, mais d'autres aucun. Certaines études auraient même montré un effet supérieur au placebo. Généralement, ces tests ont, pour de multiples raisons, été conduites avec une méthodologie plus ou moins défectueuse, et les méta-analyses ont montré que plus la méthodologie était objective, plus les résultats étaient sans équivoques possibles, c'est-à-dire négatifs.

La Loi de similitude : La "loi de similitude" est un peu plus complexe. Certaines maladies, qui ont des symptômes identiques, sont connues pour interagir entre elles, à tel point qu'une maladie peut en supplanter une autre. C'est ce que Hahnemann avait observé et c'est ce qui le poussa à développer sa théorie. Cependant, ces exemples peuvent être expliqués par différents effets. L'immunité acquise contre un micro-organisme peut tout à fait s'activer contre un autre apparenté (vaccine/variole), la réaction générale du corps peut être efficace contre plusieurs maladies (comme la fièvre par ex.), et l'attention peut ne se focaliser que sur un seul point (un faible symptôme qui n'a pas été remarqué, noyé par la présence d'un plus puissant). Hahnemann a listé un certain nombre d'autres exemples supposés soutenir la loi de similitude, mais ils sont pour la plupart très peu convaincants. Par exemple, il avait noté que l'éclat du soleil supprimait la lumière d'une lampe, non seulement nous savons ce qui se passe (et sans doute qu'Hahnemann le savait aussi), mais même si la lumière de la lampe n'est pas visible, elle continue de chauffer, et n'est pas éteinte par le rayonnement solaire pour autant. En tout cas, la science moderne n'a jamais trouvé d'indices indiquant l'existence d'une loi de similitude en tant que loi universelle et immuable.

L'homéopathie considère la maladie différemment de la médecine scientifique. La médecine se focalise généralement sur la recherche de la cause de la maladie, cette cause sera le but visé par le traitement, même si le symptôme exact peut varier d'un individu à un autre. Par contre, l'homéopathie considère chaque cas comme un ensemble unique de symptômes nécessitant un choix de médication particulier. Ainsi, deux patients avec la même maladie peuvent se voir prescrire différents médicaments par des homéopathes, qui auront diagnostiqué deux maladies différentes. Ce qui rend les tests plus compliqués à réaliser.

L'homéopathie affirme l'existence d'une force vitale ou d'un principe vital. Cette force vitale est, paraît-il, ce qui fait la différence entre une chose animée et une chose inanimée (bien qu'Hahnemann ne la considérait pas comme une âme), et est supposée être le régulateur supérieur de la santé. A l'époque d'Hahnemann, la connaissance limitée du fonctionnement du corps humain laissait de grands espaces vides permettant de conjecturer l'existence d'une telle force, mais comme nous avons depuis énormément progressé, grâce à la recherche, dans notre connaissance du fonctionnement interne des organismes vivants, nous savons que cette force vitale n'a aucune existence objective dans le monde physique. S'il avait vécu jusque là, Hahnemann aurait vu sa définition de la force vitale disparaître.

   


Pour aller plus loin :
- La vraie nature de l'homéopathie Thomas Sandoz.
- Tempête sur l'homéopathie, Elie Arié et al.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Le sommeil de la raison (Une mode : les médecines douces). Norbert Bensaïd.

A lire aussi :
- L'homéopathie
- Les dernières nouvelles sur l'homéopathie
- Tout ce que vous n'avez jamais voulu savoir sur l'homéopathie
- Homéopathie - Les Laboratoires Boiron pris la main dans le sac
- La pensée magique dans les médecines parallèles.
- Qu'est-ce que l'effet placebo ? - Est-il possible d'avoir une opinion nuancée sur l'homéopathie ?

Références :
- Homeopathy: what does the "best" evidence tell us? Med J Aust. 2010 Avr. 19;192(8):458-60.
- Are the clinical effects of homoeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homoeopathy and allopathy.
- House of Commons Science and Technology Committee Evidence Check: Homeopathy. Fourth Report of Session 2009-10.
- Ultramolecular homeopathy has no observable clinical effects. A randomized, double-blind, placebo-controlled proving trial of Belladonna 30C
- Homoeopathic Oscillococcinum for preventing and treating influenza and influenza-like syndromes.
- Are the clinical effects of homeopathy placebo effects? A meta-analysis of placebo-controlled trials.
- Trial shows that homoeopathic arnica is no better than placebo
- Special Report Degrees in homeopathy slated as unscientific. Nature 446
- Ultrafast memory loss and energy redistribution in the hydrogen bond network of liquid H2O. Cowan ML, Bruner BD, Huse N, Dwyer JR, Chugh B, Nibbering ET, Elsaesser T, Miller RJ.
- Homeopathic arnica for prevention of pain and bruising: randomized placebo-controlled trial in hand surgery.

Notes :
Allopathie : cette expression, inventée par Hahnemann et utilisée par les homéopathes (et leurs disciples), est utilisée pour désigner la médecine. Pour autant, ce terme est mal approprié étant donné que la médecine ne tente aucunement d'induire des symptômes, seraient-ils "différents", mais travaille à partir d'un "paradigme" totalement différent (voir article du NCAHF). Pourtant, les homéopathes tentent toujours d'orienter la discussion dans la direction des erreurs de l'"allopathie", en évoquant inévitablement les résistances aux antibiotiques ou l'affaire du Thalidomide. Faire étalage d'erreurs ou de conséquences de la médecine et de sa médication ne valide pas pour autant l'homéopathie, cela ne rend pas vraies pour autant ses propres théories, ni ne prouve quoi que ce soit au sujet de sa pseudo efficacité.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :