Erreurs de raisonnement
et illusions logiques

(Suite)

L'attaque Ad Hominem

Dans ce cas, c'est la personne qui est attaquée au lieu que ses arguments soient analysés et contredits. L'attaque en question peut porter sur de multiples éléments de la personne comme son caractère, sa nationalité, ses rapports au sujet en question ou sa religion.

Exemple :


La pétition de principe

La pétition de principe est une erreur de raisonnement qui consiste à poser comme vrai au départ ce que l'on est supposé démontrer.

Exemple :

La conclusion est ici "le paranormal existe". La prémisse, devant permettre d'aboutir à la conclusion, est qu'il existe des événements de par le monde qui sont de nature paranormale. Ceci est une erreur de raisonnement, car avant de qualifier ces événements de paranormaux, encore faut-il prouver qu'ils sont effectivement paranormaux, ce qui permettrait, le cas échéant, d'accepter la conclusion finale (l'existence du paranormal).

La conclusion (l'urinothérapie est efficace) est tirée d'une prémisse (une méthode qui guérit) qui considère son efficacité comme déjà acquise. Or avant de dire que l'urinothérapie guérit, il faudrait apporter les preuves de son efficacité et de ses guérisons (par des études fiables par exemple).


La pente glissante

Elle consiste à déclarer une proposition comme inacceptable en soutenant que des conséquences inévitables (souvent mauvaises ou désastreuses) vont suivre, sans pour autant argumenter au sujet de cette "inévitabilité". Il s'agit d'un usage abusif et illégitime des locutions "si...donc..." et "si... alors...".

Exemples :


Le raisonnement circulaire

Cette erreur de raisonnement a lieu quand une assertion se soutient elle-même. C'est comme déclarer que quelque chose est vrai parce que c'est vrai. Présenté de cette manière, l'erreur semble évidente, mais le cercle des assertions revenant à la première (ou a une autre) assertion peut être suffisamment important pour confondre l'interlocuteur.

Exemples:

Dans le même ordre d'idées, la définition circulaire n'apporte rien non plus de plus au débat, il s'agit d'une définition qui contient le terme qui doit être défini comme faisant lui-même partie de la définition.

Exemple : "Un livre est considéré comme pornographique si et seulement si il contient de la pornographie. "


   


Pour aller plus loin :
- Crimes contre la logique. Comment ne pas être dupe des beaux-parleurs. Jamie Whyte.
- Statistiques : Méfiez-vous ! Nicolas Gauvrit.
- Vous avez dit hasard ? : entre psychologie et mathématiques. Nicolas Gauvrit.
- Astuces et manipulations mentales : Le guide des illusions psychologiques. Julien Labigne.
- Les influences inconscientes. De l'effet des émotions et des croyances sur le jugement. Ahmed Channouf.
- Les labyrinthes de la raison : paradoxes, énigmes et fragilité de la connaissance de Poundstone-W.

A lire aussi :
- Les variables de confusions.
- Les pièges et erreurs statistiques.
- Le pouvoir des coïncidences.
- Les corrélations illusoires.
- Les raisonnements fallacieux.
- Erreurs de logique.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :