Magnétisme et magnétothérapie,
une pseudo-médecine attractive.

(Suite)

Les champs magnétiques et le corps humain

Les processus électrochimiques du corps humain sont extrêmement complexes et incomplètement compris. Ainsi, les effets physiques des champs magnétiques ne peuvent être écartés. Plusieurs milliers d'articles ont été publiés sur les effets biologiques des champs électromagnétiques, la plupart se focalisant sur les effets des fréquences radio et les champs micro-ondes ou, plus récemment, sur les champs à fréquence de 50 ou 60 cycles/secondes. Les études sur les effets biologiques de champs magnétiques réguliers (examinés par Frankel et Liburdy 1996) se sont pour la plupart concentrés sur des champs de plus hautes fréquences, comme ceux rencontrés dans les aimants d'I.R.M., de l'ordre de 10.000 gauss (1 tesla). Malheureusement, les recherches et études sont très limitées en ce qui concerne les niveaux de champs que l'on trouve dans les produits des thérapies magnétiques. La plupart de ceux_ci se limitant à quelques centaines de gauss, même à la surface de l'aimant. (Le champ magnétique terrestre se situe à un peu moins de la moitié d'un gauss).

Si on considère simplement le corps humain comme un matériau inerte, et tout comme son principal constituant, l'eau, celui-ci est diamagnétique (qualifie une substance qui, dans un champ magnétique, prend une aimantation inverse), c'est-à-dire qu'il est faiblement repoussé par les champs magnétiques. En réponse à l'application d'un champ magnétique, les électrons des molécules d'eau réalisent de légers ajustements dans leurs mouvements, produisant un champ magnétique dans la direction inverse environ 100.000 fois plus faible que le champ appliqué. Lorsqu'on retire le champ appliqué, les électrons retournent à leurs positions et orbites initiales, les molécules d'eau revenant à leur état non magnétique.

Certaines sociétés n'hésitent pourtant pas à vendre de "l'eau magnétisée" pour "guérir" des maux tels qu'abcès, acné, allergies, anémie, arthrites, asthme, bronchite, cellulite, sciatique, diabète, diarrhée, herpès, migraine et bien d'autres, alors qu'il est entendu qu'on ne peut pas magnétiser de l'eau. Bien que l'eau réponde faiblement à un champ magnétique, cette réponse disparaît immédiatement dès lors que le champ magnétique cesse. Bien que le diamagnétisme de l'eau, et de la plupart des choses vivantes, soit très faible, un champ électromagnétique très élevé de l'ordre de 160.000 gauss (16 tesla) au centre d'une bobine, a récemment été utilisé pour faire léviter non seulement des gouttes d'eau, mais aussi des fleurs, des sauterelles et des petites grenouilles (Berry et Geim 1997). Étant donné que des champs de cette puissance sont nécessaires pour contrebalancer les forces gravitationnelles, il est clair que les champs, ô combien inférieurs, des appareils de thérapie magnétique ne peuvent produire que des forces diamagnétiques des milliers de fois inférieures à la gravité (la force répulsive sera proportionnelle au produit du champ et au gradient du champ).

Il se trouve de la littérature, pour le moins douteuse, qui déclare que les champs magnétiques attirent le sang à cause du fer qu'il contient. Ce qu'ils semblent oublier, ou ne pas savoir, c'est que le fer présent dans nos veines est tout à fait différent du fer métallique qui est fortement magnétique, c'est un "ferromagnétique". Le ferromagnétisme implique que les atomes du solide portent un moment magnétique propre, l'origine de ce dernier se trouvant dans les propriétés magnétiques de l'électron. Les remarquables propriétés des matériaux ferromagnétiques sont le résultat du comportement coopératif d'un grand nombre de ces atomes magnétiques agissant ensemble. Le fer dans le sang est lui composé d'atomes isolés de fer à l'intérieur de grosses molécules d'hémoglobines, localisés dans les globules rouges. Bien que chaque atome de fer soit magnétique, il ne l'est pas à l'approche d'autres atomes de fer, et reste indépendant magnétiquement.

Le faible effet paramagnétique des atomes de fer isolés dans l'hémoglobine ne représente qu'une très faible diminution du diamagnétisme du sang. Le sang, tout comme l'eau, est faiblement repoussé par les champs magnétiques, mais pas attiré.

Bien que la plupart des composants du corps humain, et des autres êtres vivants, soit faiblement diamagnétique, il a été montré que beaucoup d'organismes contenaient une petite quantité de matériaux fortement magnétiques, habituellement de la magnétite (Fe3O4). Le cas le plus extrême est la bactérie magnétotactique, que l'on trouve dans la vase. Chacune contient une longue chaîne de particules de magnétite qui interagit assez fortement avec le champ magnétique terrestre pour orienter la bactérie en direction de ce champ. Des cristaux de magnétite ont aussi été trouvés dans les pigeons, les abeilles, un grand nombre de mammifères et même dans le cerveau humain mais dans des quantités proportionnellement bien moindres que dans la bactérie. Il semble cependant fortement improbable qu'il y ait assez de magnétite dans le corps humain pour pouvoir fournir un mécanisme expliquant la thérapie magnétique. Pourtant, si des particules de magnétites pouvaient être localisées à des endroits stratégiques, elles pourraient localement amplifier les effets de champs magnétiques et, par exemple, modifier les flux d'ions à travers les membranes cellulaires, de la même manière que celle impliquée dans des émissions électriques dans les cellules nerveuses.

Les mécanismes les plus probables sont ceux reposant sur les forces magnétiques du déplacement des particules chargées, comprenant peut-être des ions ou des molécules chargées du sang, se déplaçant à travers les membranes cellulaires, à travers les synapses entre les cellules nerveuses, etc... Ou ceux fondés sur des effets plus subtils de réactions biochimiques (Frankel et Liburdy 1996). Bien qu'aucun mécanisme physique de la thérapie magnétique n'ait été établi, les possibilités sont nombreuses et complexes. Seuls des tests cliniques plus poussés, rigoureusement contrôlés pour évaluer la part de l'effet placebo, pourront confirmer ou infirmer les affirmations faites par les partisans ou vendeurs des produits de magnétothérapie, et prouver ou réfuter leurs allégations.

Quelques fumeuses déclarations sur la magnétothérapie et les aimants, rencontrées le plus fréquemment :


  • La recherche indique qu'en général, la thérapie magnétique marche car cela est dû à la nature électromagnétique du corps. D'une manière pratique, selon les chercheurs en "biomagnétisme", le cerveau produit un courant électromagnétique qui contrôle chaque réponse moteur ou sensorielle de notre corps. Chaque cellule de notre corps consiste en des particules chargées électriquement qui sont soit des ions positifs soit négatifs. Tout est directement affecté lors d'une exposition à un champ magnétique.

    Ceci est un non sens absolu. Les champs magnétiques externes ont un tout petit effet sur les particules électriquement chargés du corps (ions positifs ou négatifs). Seuls les ions en mouvement sont affectés. Ceux qui ne bougent pas ne sont pas du tout affectés. Les ions du corps bougent très lentement, donc seul un champ magnétique puissant aura un peu d'effet. Les aimants des puissants IRM peuvent causer des petites modifications que le matériel peut déceler, mais ils restent temporaires et n'ont aucun effet connu sur la santé. Les aimants utilisés en magnétothérapie sont beaucoup trop faibles pour avoir un effet quelconque mesurable sur le corps humain.

  • Les aimants produisent un champ magnétique qui pénètre la peau, les tissus et les os. Des études montrent que cela augmente le flux sanguin, aidant ainsi le processus de guérison. L'amélioration de la circulation aide au transport de l'oxygène et des éléments nutritifs.

    Plusieurs études ont prouvé que les aimants n'augmentaient pas du tout le flux sanguin. Si le sang était réellement attiré par les aimants, chaque IRM se transformerait en véritable mare de sang.

  • Les champs magnétiques normalisent le pH du corps, la balance acide/alcalin, ce qui aide à retrouver la santé. Alors que la thérapie magnétique n'est pas efficace à 100% sur tout le monde, la plupart des études montrent que plusieurs individus ont bénéficié de cette thérapie douce de guérison.

    La plupart des études sur les aimants statiques n'ont trouvé aucun effet mesurable sur quelque fonction corporelle qui soit. L'idée que les aimants normalisent le pH est absurde et inventée.

  • Les physiciens estiment que parce que la Terre a perdu de son champ électromagnétique ces derniers 4000 ans, il est possible que certaines personnes souffrent de cette déficience magnétique.

    Le concept d'une déficience magnétique est absurde parce que le corps n'est PAS magnétique. Si une déficience existait, comment pourrait-elle être diagnostiquée ? Existerait-il aussi une possibilité d'un surplus magnétique ? Si ces deux états existaient, comment pourrait-on savoir combien de temps il faut porter les aimants ? S'ils sont ôtés pendant la nuit, y a-t-il une rechute au petit matin ? Quels sont les physiciens qui affirment que "certaines personnes" souffrent de cette déficience ?


Quelques études ...

Cependant, une étude fut réalisée dans les locaux de 4 hôpitaux par le Professeur Marcel-Francis Kahn, rhumatologue, dans le but de vérifier l'efficacité d'aimants "médicaux" vendus par les Laboratoires Ponroy, produit connu et vendu par milliers sous le nom "d'aimants anti-douleurs Eporec". Dans 3 de ces hôpitaux les résultats étaient concordants : un faux aimant donnait les mêmes résultats qu'un Eporec. Seul l'hôpital Saint-Jacques, bien connu pour ses adeptes des médecines douces "qui ont d'ailleurs transgressé le protocole", selon le Professeur Kahn, a conclu en faveur de la marque. Bref, ce test fut négatif pour la magnétothérapie. Une autre étude en double-aveugle fut réalisée avec des colliers magnétiques cette fois-ci, qui donna les mêmes résultats sur l'inutilité des produits pour soulager les douleurs du cou ou de l'épaule (Hong 1982).

Deux autres études, mieux structurées et faites sur une plus longue période de temps, se sont elles aussi avérées négatives. Des chercheurs au New York College of Podiatric Medicine ont rapporté des résultats négatifs suite à une étude de patients souffrant de douleur au talon. Sur une période de 4 semaines, 19 patients ont placé dans leurs chaussures une semelle intérieure moulée contenant une lame magnétique, pendant que 15 autres patients portaient une semelle identique mais sans aimant. Dans les deux groupes, 60% ont rapporté une amélioration, ce qui suggère que la lame magnétique n'ajoutait rien au traitement (Caselli MA et al. Evaluation of magnetic foil and PPT Insoles in the treatment of heel pain. Journal of the American Podiatric Medical Association 87:11-16, 1997.).

Plus récemment, des chercheurs au VA Medical Center à Prescott, en Arizona, ont entrepris une étude, en double-aveugle, avec contrôle placebo, et transversale, comportant 20 patients ayant une douleur dorsale chronique. Chaque patient a eu un traitement avec aimant bipolaire et placebo alternés toutes les 2 semaines, 6 heures par jour, trois jours par semaine pendant une semaine, avec une semaine de "repos" entre les semaines de traitement. Aucune différence dans la douleur ou la mobilité n'a été démontrée entre le groupe traité et le groupe témoin (Collacott EA et al. Bipolar permanent magnets for the treatment of chronic low back pain. JAMA 283:1322-1325, 2000.).

Une étude a été dirigée par Tim Harlow, du Collège de chirurgie de Cullompton, Angleterre, parue dans le British Medical Journal, auprès de 194 personnes de 45 à 80 ans souffrant de douleurs aux articulations (arthrose à la hanche ou au genou) : à certains d'entre eux, on a fait porter un tel bracelet vendu dans le commerce; à d'autres, un faux bracelet. Trois mois plus tard, pas de différence significative : les gens qui avaient porté le "vrai" bracelet étaient quelques-uns à assurer avoir moins de douleurs... mais il en était de même des sujets qui avaient porté le "faux" bracelet !

Enfin, un autre essai a été réalisé avec des semelles magnétiques censées soulager des douleurs au talon ou du pied. Test fait sur 101 volontaires de février 2001 à novembre 2001, sur lesquels avait été diagnostiqué une douleur plantaire au talon, dans une clinique de Rochester, Minnesota. Opération en double aveugle avec d'un côté des semelles munies d'aimants bipolaires, de l'autre des semelles avec de faux aimants, que chaque participant se devait de porter pendant 8 semaines. Chacun devant noter, sur une échelle, au jour le jour la sensation de douleur ou de bien-être qu'il en retirait, les résultats étaient un compte rendu de ces observations, rapportés à une moyenne toutes les 4 et 8 semaines, ainsi que l'impact des semelles sur le travail et le plaisir. Aucune différence n'a été notée entre le groupe témoin et l'autre groupe, les deux rapportant en coeur une amélioration de l'intensité de la douleur les matins. Au bout des 8 semaines, 33% des personnes du groupe placebo et 35% du groupe portant de vraies semelles magnétiques affirmaient aller mieux. Confirmant ce qu'on savait déjà, à savoir que les semelles garnies d'aimants statiques n'apportent rien de bénéfique en ce qui concerne la réduction de la douleur. (Effect of magnetic vs sham-magnetic insoles on plantar heel pain: a randomized controlled trial. Department of Physical Medicine & Rehabilitation (Drs Winemiller and Laskowski) and Section of Biostatistics (Mr Harmsen), Mayo Clinic, Rochester, Minn; and Northwest Orthopaedic Surgeons, Mount Vernon, Wash (Dr Billow).


Conclusion

Les déclarations des effets thérapeutiques de la magnétothérapie sont à prendre avec scepticisme et une grande prudence, car rien ne vient corroborer les déclarations des vendeurs de ces "solutions", sinon des idées souvent toutes les plus farfelues les unes que les autres. La plupart des témoignages sur l'efficacité de cette thérapie par les aimants peut être attribuée à l'effet placebo et à d'autres effets accompagnant leur utilisation. Par exemple, l'appareil magnétique que les golfeurs se mettent dans le dos peut soulager leur douleur en leur apportant un support mécanique, en chauffant localement la région du dos, ou même en rappelant aux plus âgés qu'ils n'ont plus vingt ans et ne doivent, par conséquent, pas faire d'effort musculaire trop poussé. Tous ces effets sont utiles avec ou sans aimants. Une étude anglaise sur des stimulateurs pour la croissance des os suite à fractures, qui avaient été approuvés par les autorités médicales, révéla qu'ils avaient tout autant d'efficacité lorsque les appareils n'étaient pas allumés (Barker 1984), et conclut que leur efficacité résultait en fait du repos forcé pendant leur utilisation, plutôt que des champs magnétiques.

Les déclarations les plus folles de la magnétothérapie, comme celles concernant les pseudos guérisons de cancers uniquement en portant des aimants autour du cou, sont non seulement un ramassis d'absurdités mais aussi extrêmement dangereuses, étant donné qu'elles peuvent détourner des patients gravement malades des traitements de la médecine scientifique qui a fait ses preuves. Les bijoux magnétiques, et la plupart des produits de magnétothérapie, sont probablement inoffensifs au-delà de la dépense d'argent qu'ils engendrent (sans rapport avec l'efficacité réelle de l'objet, ni avec son prix de revient), mais le marché est énorme et juteux.

Si vous n'êtes toujours pas convaincu et restez partisan de cette pseudo-médecine attractive ou répulsive, prenez les aimants (magnets) de vos frigos, ou de vos enceintes, pour vous les coller sur tout le corps, il sont identiques à ceux vendus dans le commerce mais autrement moins chers...


Pour aller plus loin :
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie Thomas Sandoz.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.

A visiter :
- La magnétothérapie.
- Les Actualités sur la magnétothérapie.
- Mirage magnétique.
- La tasse magnétique.
- Publicité mensongère et magnétothérapie.

Références :
- Magnet therapy. Extraordinary claims, but no proved benefits.
- Static Magnetic Therapy Does Not Decrease Pain or Opioid Requirements: A Randomized Double-Blind Trial. Anesth Analg 2007;104:290-294. International Anesthesia Research Society.
- Effect of Magnetic vs Sham-Magnetic Insoles on Nonspecific Foot Pain in the Workplace: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial. M WINEMILLER, R. BILLOW, E. LASKOWSKI, W. HARMSEN.
- Electromagnetic energy for knee osteoarthritis.
- Effet des semelles magnétiques sur la douleur. Clinique Mayo.
- Magnet therapy, magnetic healing, Skepdic.
- Magnet therapy, Dr Barrett.
- Magnetic Healing, Quackery, and the Debate About the Health Effects of Electromagnetic Fields. Roger M. Macklis.
- Therapeutic Magnets Do Not Affect Tissue Temperatures. Kathleen Sweeney, Mark Merrick, Christopher Ingersoll, John Swez.
- Comparison of static and placebo magnets on resting forearm blood flow in young, healthy men. Martel GF, Andrews SC, Roseboom CG.
- Bipolar permanent magnets for the treatment of chronic low back pain: a pilot study. Collacott EA, Zimmerman JT, White DW, Rindone JP.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :