La Marche sur le feu
Surnaturelle ou naturelle ?

La marche sur le feu, contrairement à d'autres prétendus "pouvoirs" de l'esprit comme la psychokinèse ou la clairvoyance, ne peut être niée sous prétexte de simple subjectivité, il suffit de la constater. Depuis plusieurs siècles, des milliers de personnes ont indéniablement et facilement marché pieds nus sur un long lit de braises et de charbons de bois de plusieurs centaines de degrés. Un nombre incroyable de gens affirment, ou supposent, qu'un tel exploit reste impossible dans des conditions normales. Ils affirment que seuls de mystérieux pouvoirs, ou une force surnaturelle, permettraient d'atteindre un état tel que toute brûlure serait évitée. Pourtant, de telles invocations ne sont pas nécessaires. Seuls quelques principes scientifiques et physiques (tels que le transfert d'énergie ou la nature de la marche sur le feu en elle-même) suffiront à expliquer cet "exploit".

La marche sur le feu n'est pas un phénomène nouveau, cette tradition fait partie de la culture humaine depuis bien longtemps. Déjà mentionnée dans la Bible (Proverbes 6:28), et abondamment pratiquée à la Réunion. Elle fait partie intégrante de rituels magiques et religieux dans de nombreuses cultures. Les Hindous, les Bouddhistes tibétains et autres mystiques ou ésotéristes modernes aiment la pratiquer pour montrer leur "supériorité" spirituelle sur le commun des mortels, quand elle ne s'intègre pas dans des séminaires de "développement personnel" vendus une fortune, faisant miroiter des capacités extraordinaires du mental sur le corps insuffisamment exploitées jusqu'alors.

Les explications de la marche sur le feu couvrent un large spectre, allant de la réponse idiote à la plus ridicule. Certains fakirs de la braise estiment qu'aucune force paranormale n'est à l'oeuvre, mais qu'une intense concentration est nécessaire afin de "dépasser ses peurs et focaliser son attention". D'autres expliquent la pratique par une "synchronisation des vibrations du corps avec celles du feu" grâce à une excitation qui ferait vibrer les atomes corporels à l'unisson avec ceux du feu, ce qui empêcherait tout échange de chaleur, permettant aux pieds de ne pas toucher la braise. Il arrive souvent que des pouvoirs spirituels ou mystiques soient évoqués et considérés comme inhérents à une marche sur le feu réussie. Une préparation de longue haleine peut être demandée, quand il ne s'agit pas d'un appel aux saints de toutes sortes et de toutes religions. Prières, jeûnes, chants liturgiques, bains purificateurs et célibats font également partie du folklore pour s'assurer de son succès.

Bien entendu, comment oublier l'énergie vitale en tant qu'explication à ce mystère ? Force inconnue et jamais détectée, mais usée et abusée pour expliquer les plus grands exploits, maladies et guérisons, la force vitale serait une "force animée présente chez tous les êtres vivants. L'essence néguentropique et organisatrice de la vie composée de la conscience (?)". L'énergie vitale "interagit avec notre corps physique et l'environnement, d'une manière spéciale dans laquelle tout dommage corporel est stoppé".

L'autre explication, en tant qu'élément nécessaire pour une marche sur le feu réussie, est la croyance, la certitude ferme et inébranlable que les charbons ne brûleront pas les pieds. Le pouvoir de l'esprit est réputé être l'instrument du succès. Dans le but d'atteindre l'état mental nécessaire à cette invulnérabilité, plusieurs heures ou jours de préparation sont requis. Ce pouvoir de l'esprit sur la matière modifierait d'une manière ou d'une autre l'environnement, prévenant toute brûlure. L'esprit ou la puissance de la conscience changerait la réalité physique des éléments, modifiant les lois physiques ou chimiques, un degré de plus et c'est la lévitation.

La marche sur le feu peut paraître spectaculaire et les brûlures semblent inévitables, mais toutes ces explications, plus farfelues les unes que les autres, sont proprement inutiles, la physique n'a pas besoin d'être réécrite, l'esprit, la force vitale n'ont aucun besoin d'expliquer un phénomène qui ne nécessite que le recours à la physique connue, via la thermodynamique et le transfert calorifique.

Il y a trois moyens distincts pour que l'énergie se déplace : la convection, la conduction et la radiation. La convection transfère la chaleur par le mouvement de masse d'un fluide comme l'eau ou l'air. Quand un fluide est chauffé, il se dilate, causant la dispersion de la source de chaleur en emportant l'énergie. Dire que "l'air chaud monte" est un exemple de ce phénomène. Comme on l'aura compris, la convection impliquant le mouvement de fluides, elle n'a pas d'impact significatif dans le phénomène de la marche sur le feu.

La radiation transfère la chaleur généralement par la transmission d'ondes électromagnétiques infrarouges. L'électromagnétisme déplace l'énergie à la vitesse de la lumière et se manifeste sous la forme d'ondes radio, de rayons-X, de micro-ondes, etc. Ces ondes ne sont pas composées de chaleur en soi, mais certaines fréquences causent une augmentation des mouvements atomiques qui augmentent la température. Comme la convection, la quantité de chaleur transférée aux pieds par la radiation est négligeable pendant la marche sur le feu. La marche elle-même est trop brève et les cendres couvrant les braises peuvent inhiber la transmission de la chaleur par radiation

La conduction enfin, transfère la chaleur non pas par le mouvement du support lui-même, mais par ses constituants fondamentaux, ses atomes et ses molécules. Comme les molécules vibrent de plus en plus vite, elles transfèrent de leur énergie à leurs voisines plus calmes. Les molécules voisines commencent à s'exciter, et passent elles-mêmes de leur énergie à leurs voisines et ainsi de suite. La chaleur n'est, en fin de compte, que la conséquence de ces mouvements d'atomes et de molécules. La conduction survient par le mouvement des électrons, qui participent grandement au transfert de la chaleur à travers le matériau. Dans ces conditions, l'objet, et tout ce qui entre en contact avec, devient de plus en plus chaud par la chaleur qui est conduite à travers. Si vous mettez une barre de métal sur une flamme, quand bien même votre main serait fort éloignée de la source de chaleur, vous pourriez être brûlé par la conduction de la chaleur de la barre jusqu'à votre main. C'est le principal mécanisme par lequel la marche sur le feu transfère de l'énergie des braises aux pieds du marcheur.


A lire :
- Gourous, sorciers et savants. Henri Broch.
- Devenez sorciers, devenez savants G.Charpak et H.Broch.
- Le paranormal. Henri BROCH.

Liens :
- Un sujet brûlant : la marche sur le feu.
- La marche sur le feu : images.
- La marche sur le feu.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :