Médecines parallèles et
erreurs de raisonnement

(Suite)

Les raisons psychologiques de la popularité des thérapies alternatives

Les psychologues ont toujours été conscients qu'en général, les gens s'efforcent de faire en sorte que leurs attitudes, leurs croyances et leurs comportements soient les plus harmonieux possibles. Lorsqu'une information troublante ou gênante ne peut pas être facilement ignorée, les individus ont la capacité de la déformer ou de la séquestrer afin de réduire l'inévitable friction.

Le besoin de croire. Nous montrons tous une certaine attirance envers les croyances confortables et acceptons, sans critique, l'information qui renforce nos attitudes personnelles et le respect de soi.33. Etant donné qu'il est relativement confortable et agréable de croire aux principes des médecines alternatives, il n'est pas surprenant de voir qu'elles sont facilement acceptées sans trop de preuves. Une fois adoptées, de telles croyances seront défendues bec et ongles, en interprétant les données contraires dans un sens favorable à leur maintien si cela s'averrait nécessaire.34 , 35.

Erreurs logiques, défauts de jugements et absence de groupes de contrôle. Un des pièges les plus répandus, dans les prises de décision de tous les jours, est l'erreur entre la corrélation et la causalité. Nous sommes tous enclins à supposer que si deux choses surviennent ensemble, l'une d'elle cause l'autre, bien que, manifestement, il n'est pas nécessaire que ce soit le cas. Cette erreur de logique est à l'origine de la plupart des superstitions. Les témoignages en faveur des guérisseurs ou des médicaments des thérapies alternatives, commettent la même bourde en supposant que quand une amélioration suit un traitement, le traitement doit forcément en être responsable. La valeur des avis en faveur des médecines parallèles est limitée par ce que Gilovich36 appelait le problème du "comparé à quoi ?". On ne peut pas vanter les mérites ou l'efficacité d'un traitement sans comparaison en aveugle avec un groupe placebo de contrôle.

Ceux qui contestent ces traitements douteux sont fréquemment expédiés par les praticiens avec une réponse du genre : "Vos recherches scientifiques ne m'intéressent pas. J'ai vu par moi-même que mes traitements marchent." Malheureusement, ce type de jugement intuitif conduit tout autant à de fausses conclusions.1, 2, 3, 4, 36. Ces thérapeutes ignorent la plupart des recherches dans le domaine de "l'heuristique cognitive"36, 37 qui montrent comment les erreurs d'attributions causales peuvent se produire lorsque nous faisons confiance dans les observations informelles pour déterminer ce qui cause ou soulage les symptômes. Il est particulièrement difficile de déterminer la cause et l'effet pour ce qui est d'évaluer des thérapies parce que beaucoup de variables interagissent simultanément, des déterminations qu'une observation superficielle ne peut séparer.

Par exemple, Redelmeier et Tversky38 ont montré que les gens sont susceptibles de percevoir des corrélations illusoires dans des événements aléatoires. Ils ont démontré comment ces "sensations" peuvent mener à de fausses croyances répandues, y compris le concept selon lequel les douleurs d'arthrose sont influencées par le temps. C'est parce que les thérapies alternatives tirent leurs diagnostics et leurs traitements seulement de ce type de folklore incertain, que leurs clients devraient demander que tous les traitements alternatifs passent par les mêmes tests que ceux de la médecine scientifique. En introduisant des essais cliniques contrôlés et des méthodes épidémiologiques, les pionniers de la médecine scientifique espéraient réduire ce type de fausse attribution que la fragilité du raisonnement humain peut produire. Une récente critique des études prétendant que les pratiques religieuses amélioraient la santé20 offre de bons exemples de survenance d'attributions causales douteuses quand l'utilité d'un simple groupe de contrôle est ignorée.

   


A lire :
- Les médecines non conventionnelles ou les raisons d'une croyance. Jean Brissonnet.
- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Idées folles, idées fausses en médecine. Skrabanek, Mc Cormick.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Les médecines douces, Jean-Jacques AULAS.
- Les pseudo-médecines, Jean Brissonnet.
- Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l'ostéopathie Thomas Sandoz.
- Le sommeil de la raison (Une mode : les médecines douces) Norbert Bensaïd.

A visiter:
- Les thérapies alternatives et la psychologie de la croyance.
- Pourquoi les gens croient-ils au mystèrieux et au surnaturel ?.
- 12 questions à poser lorsqu'on évalue les "médecines douces".
- Toutes les nouvelles sur les thérapies alternatives.
- Les médecines douces.
- Les illusions logiques.

Notes:
1- Nisbett R, Ross L. Human Inference: Strategies and Shortcomings of Social Judgment. Engelwood Cliffs, NJ: Prentice-Hall, 1980.
2- Schick T, Vaughn L. How to Think About Weird Things: Critical Thinking for a New Age. Mountain View, CA: Mayfield Publishing, 1995.
3- Gilovich T. How We Know What Isn't So: The Fallibility of Human Reason in Everyday Life. New York: Free Press/Macmillan,1991.
4- Levy D. Tools of Critical Thinking. Needam Heights, MA: Allyn and Bacon, 1997.
5- Relman A. A trip to Stonesville. The New Republic.1998; 378:28-37.
6- Beyerstein B, Downie S. Naturopathy. The Scientific Review of Alternative Medicine. 1998;2:20-8.
7- Frankel C. The nature and sources of irrationalism.Science . 1973;180:927 -31.
8- Basil R (ed). Not Necessarily the New Age. Amherst, NY: Prometheus Books, 1988.
9- Kiernan V. Survey plumbs the depths of international ignorance.The New Scientist .1995; 146(29 April):7.
10- Gross P, Levitt N. Higher Superstition. Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press, 1994.
11- Sokal A, Bricmont J. Impostures intellectuelles.
12- Stalker D, Glymour C (eds). Examining Holistic Medicine. Amherst, NY: Prometheus Books,1985.
13- Barrett S, Jarvis W. The Health Robbers: A Close Look at Quackery in America. Amherst, NY: Prometheus Books,1993.
14- Beyerstein B. The brain and consciousness-implications for psi phenomena. The Skepical Inquirer.1987; 12:163-73.
15- Beyerstein B. Pseudoscience and the brain: tuners and tonics for aspiring superhumans. In: Della Sala S. (ed). Mind Myths: Exploring Popular Misconceptions about the Mind and Brain. Chichester, U.K.: J. Wiley and Sons, 1999: 59-82.
16- Benson H. Timeless Healing: The Power and Biology of Belief. New York: Simon and Schuster, 1996.
17- Meyer D. The Positive Thinkers: A Study of the American Quest for Health, Wealth, and Personal Power from Mary Baker Eddy to Norman Vincent Peale. New York: Doubleday-Anchor,1965.
18- Tessman I, Tessman J. Mind and body. Science.1997; 276:369 -70.
19- Tessman I, Tessman J. Troubling matters. Science.1997; 278:561.
20- Sloan RP, Bagiella E, Powell T. Religion, spirituality and medicine. Lancet. 1999;353:664-7.
21- Eisenberg DM, et al. Trends in alternative medicine use in the United States, 1990-1997: results of a follow-up national survey.JAMA . 1998; 280:1569 -75.
22- Beyerstein B, Sampson W. Traditional medicine and pseudoscience in China (Part 1). The Skeptical Inquirer.1996; 20: 18-26. Sampson W, Beyerstein B. Traditional medicine and pseudoscience in China (Part 2). The Skeptical Inquirer. 1996;20:27-34.
23- Hui KK. Is there a role for traditional Chinese medicine? JAMA . 1997;277:714 . [A reply by W. Sampson and B. Beyerstein follows.]
24- Knauer D. Therapeutic touch on the hot-seat. The Canadian Nurse. 1997;X:10.
25- Thadani M. Herbal Remedies: Weeding Fact from Fiction. Winnipeg, Manitoba, Canada: Context Publications,1999
26- Robins R, Post J. Political Paranoia: The Psychopathology of Hatred. New Haven, CT: Yale University Press,1997
27- Starr P. The Social Transformation of American Medicine. New York: Basic Books, 1982.
28- Ernst E. Harmless herbs? A review of the recent literature.Am J Med . 1998;104:170 -8.
29- Sutter MC. Therapeutic effectiveness and adverse effects of herbs and herbal extracts. British Columbia Med J.1995; 37:766 -70.
30- Winslow L, Kroll D. Herbs as medicines. Arch Intern Med. 1998;158:2192 -9.
31- Betz W. Herbal crisis in Europe. The Scientific Review of Alternative Medicine.
32- Ko RJ. Adulterants in Asian patient medicines. N Engl J Med. 1998;339:847
33-La machine à croire, fabrique l'irrationnel
34 Zusne L, Jones W. Anomalistic Psychology: A Study of Magical Thinking. 2nd ed. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Associates,1989 .
35- Beyerstein B, Hadaway P. On avoiding folly. J Drug Issues. 1991;20:689 -700.
36- Gilovich T. Some systematic biases of everyday judgment. The Skeptical Inquirer. 1997;21:31 -5.
37- Tversky A, Kahneman, D. Judgement under uncertainty: heuristics and biases. Science. 1974;185:1124 -31.
38- Redelmeier D, Tversky A. On the belief that arthritis pain is related to the weather. Proc Natl Acad Sci USA.1996; 93:2895 -6.
39- Festinger L. La théorie de la dissonance congnitive. Stanford, CA: Stanford University Press, 1957.
40- Adair J. The Human Subject. Boston, MA: Little, Brown, 1973.
41- Alcock J. Chronic pain and the injured worker. Can Psychol. 1986;27:196 -203.
42- Roberts A, Kewman D, Hovell L. The power of nonspecific effects in healing : implications for psychosocial and biological treatments. Clin Psychol Rev. 1993;13:375 -91.
43- Shapiro AK, Shapiro E. The Powerful Placebo. Baltimore, MD: Johns Hopkins University Press, 1997.
44- Hamilton D. The Monkey Gland Affair. London, U.K.: Chatto and Windus, 1986.
45- Skrabanek P, McCormick J. Idées folles, idées fausses en médecine.
46- Melzack R. Pain: past, present and future. Can J Psychol. 1993;47:615 -29.
47- Brose WG, Spiegel D. Neuropsychiatric aspects of pain management. In: The American Psychiatric Press Textbook of Neuropsychiatry. Washington, DC: American Psychiatric Press, 1992:245 -75.
48- Smith W, Merskey H, Gross S (eds). Pain: Meaning and Management. New York: SP Medical and Scientific Books,1980
49- Rosenthal R. Experiment Effects in Behavioral Research. New York: Appleton-Century-Crofts,1966
50- Chapman L, Chapman J. Genesis of popular but erroneous diagnostic observations. J Abnorm Psychol.1967; 72:193 -204.
51- Ellis J, Mulligan I, Rowe J, Sackett D. Inpatient general medicine is evidence based. Lancet.1995; 346:407 -10.
52- Silverman S. Medical "miracles": still mysterious despite claims of believers. Psientific American. July1987 : 5-7. [Newsletter of the Sacramento Skeptics Society, Sacramento, CA]
53- Merskey H. The Analysis of Hysteria: Understanding Conversion and Dissociation. 2nd ed. London, U.K.: Royal College of Psychiatrists, 1995.
54- Stewart D. Emotional disorders misdiagnosed as physical illness: environmental hypersensitivity, candidiasis hypersensitivity, and chronic fatigue syndrome. Int J Mental Health.1990; 19:56 -68.
55- McWhinney IR, Epstein RM, Freeman TR. Rethinking somatization.Ann Intern Med . 1997;126:747 -50.
56- Shorter E. From Paralysis to Fatigue: A History of Psychosomatic Medicine in the Modern Era. New York: Free Press/Macmillan, 1992.
57- O'Connor G. Confidence trick. Med J Aust1987; 147:456 -9.
58- Nolen WA. Healing: A Doctor in Search of a Miracle. New York: Fawcett Crest, 1974.
59- Randi J. The Faith Healers. Amherst, NY: Prometheus Books, 1989.
60- Ader R, Cohen N. Psychoneuroimmunology: conditioning and stress.Annu Rev Psychol . 1993;34:53 -85.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :