Accueil du site > Psychologie > Certains thérapeutes proposent toujours des traitements contre (...)

Certains thérapeutes proposent toujours des traitements contre l’homosexualité

Le 26 mars 2009

Selon une étude financée par Wellcome Trust, une minorité significative de psychiatres et de thérapeutes tentent toujours d’aider leurs clients homosexuels, lesbiennes ou bisexuels à devenir hétérosexuels, malgré l’absence de preuves qu’un tel traitement est bénéfique ou même sans danger.

La recherche, publiée dans le journal BMC Psychiatry [1], coïncide avec le lancement d’un site internet qui rassemble des témoignages de personnes lesbiennes, homos et bisexuelles ayant suivi un tel traitement, tout comme de professionnels qui ont développé et utilisé ces traitements.

Les chercheurs de l’UCL (University College London) et de l’Université de Londres St George, ont interrogé plus de 1400 professionnels de la santé mentale pour savoir s’ils avaient déjà essayé de changer l’orientation sexuelle de leurs clients à leur demande. Bien que seulement un sur 25 (4%) dit l’avoir fait, un sur 6 (17%) rapporte avoir assisté au moins un de ses client pour réduire leur attirance homosexuelle, habituellement par l’intermédiaire d’une thérapie. On a demandé aux thérapeutes l’année où ils ont réalisé de telles thérapies, il n’y avait aucun signe de diminution dans le temps.

"Il y a très peu de preuves montrant que tenter de traiter les attirances homosexuelles de quelqu’un est efficace, et en fait cela peut même être dangereux" dit le professeur Michael King de l’UCL. "Ainsi, il est surprenant qu’une minorité significative de praticiens propose toujours cette aide à ses clients."

Le professeur King et ses collègues ont trouvé qu’un certain nombre de raisons étaient données par les psychiatres et les thérapeutes pour apporter leur assistance, depuis leurs points de vue moraux et religieux sur l’homosexualité, jusqu’au désir d’aider les patients qui étaient stressés par la discrimination. Il y avait aussi un certain degré d’ignorance à propos de l’absence de preuve sur l’efficacité de telles thérapies, en particulier aucune étude randomisée et contrôlée n’a été réalisée montrant que ces thérapies sont efficaces.

Les commentaires des conseillers qui ont apporté leur assistance étaient du style :

- "Quand quelqu’un avait une foi très forte, alors travailler pour l’aider à accepter ses sentiments et faire en sorte de les gérer de façon appropriée pourrait être la meilleure approche si cette personne sentait qu’elle perdrait dieu, et de ce fait que sa vie ne valait pas la peine d’être vécue."

- "Les individus avec lesquels j’ai travaillé étaient tous insatisfaits de leur sexualité et désiraient être hétérosexuels. Ceci provenait des remarques de leurs amis, famille et de la communauté locale, qui est très homophobe dès qu’on sort de Londres".

- "Les enfants et les jeunes adultes sont plus susceptibles d’être perturbés par leur sexualité et en venir à des conclusions (correctes ou non) s’ils sont dans l’impossibilité d’en parler."

Le professeur King pense qu’il est important de prendre conscience chez les thérapeutes et le public de ce qu’est l’homosexualité et ces prétendus traitements.

"La meilleure approche est d’aider les gens à ajuster leur situation, de les valoriser en tant qu’individu et de leur montrer qu’il n’y a rien de pathologique dans leur orientation sexuelle" explique-t-il. "Les praticiens de la santé mentale et la société doivent les aider à faire face aux préjugés."

Les chercheurs ont lancé un nouveau site internet, http://www.treatmentshomosexuality.org.uk, visant à permettre cette prise de conscience et à collecter des témoignages de professionnels de la santé mentale et de personnes qu’ils ont traité.

Commentant la recherche, Derek Munn, directeur des affaires publiques de l’organisation gay et lesbienne Stonewell dit : "Les prétendues thérapies pour les gays sont totalement discréditées. Les conclusions de cette recherche sont un heureux rappel montrant que ce dont les lesbiennes et homosexuels ont besoin est d’un traitement égalitaire de la société, et non pas d’un traitement inutile abusés par une minorité de professionnels de la santé."

- Cerveau, Sexe & Pouvoir. Catherine Vidal, Dorothée Benoit Browaeys.
- Féminin Masculin : Mythes et idéologies. Collectif.
- Le sexe, l’homme et l’évolution. Pascal Picq, Philippe Brenot


Références et notes :

[1] The response of mental health professionals to clients seeking help to change or redirect same-sex sexual orientation. BMC Psychiatry 2009, 9-11.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |