Accueil du site > Nouvelles > Combustion humaine spontanée : les théories et les faits

Combustion humaine spontanée : les théories et les faits

Le 14 avril 2014

Pendant plus d’un siècle, certaines personnes ont affirmé que les gens pouvaient imploser soudainement et sans aucune explication. Le phénomène est appelé "combustion humaine spontanée", et a été décrit dans de nombreux livres populaires sur les mystères et les phénomènes inexpliqués.

Bien que l’expression de "combustion humaine spontanée" soit relativement récente, il s’agissait d’une inquiétude réelle mais rare pour beaucoup dans les années 1800. En fait, il existe une douzaine de références de gens qui se sont enflammés dans les fictions d’avant 1900. L’exemple le plus connu est le roman de Charles Dickens en 1853 "Bleak House", dans lequel un personnage explose, bien que le phénomène puisse aussi être trouvé dans les ouvrages de Mark Twain, Herman Melville, Washington Irving et d’autres. À l’époque moderne, la combustion humaine spontanée est apparue dans des films et émissions de télévision, comme "X files" et c’est même l’une des caractéristiques d’un superhéros, La Torche, dans les Quatre Fantastiques.

Les théories de la combustion spontanée

Le feu ne démarre pas tout seul. Quand des enquêteurs cherchent la cause des feux de forêts, ils ne font pas l’hypothèse que la flamme est apparue comme par enchantement. Plutôt, ils suspectent habituellement qu’un campeur, un promeneur indélicat voire la foudre en est la cause. Cependant, de nombreuses choses peuvent s’allumer toutes seules sans exposition à des flammes, dans certaines circonstances, comme la poussière de charbon, les tas de compost et les vieux chiffons huileux.

Mais c’est une chose tout à fait différente que de dire que les individus peuvent soudainement s’enflammer sans raison apparente. Sans nul doute que les corps humains peuvent brûler ; les crématoriums sont la preuve qu’il est facile de réduire un corps en un tas de cendres en quelques heures. Mais le mystère de la combustion humaine spontanée réside dans les circonstances prétendument étranges dans lesquelles les victimes se sont enflammées. Typiquement, d’après ces histoires, il n’y aurait aucune source apparente d’allumage, ni de feu ouvert tout près qui aurait pu brûler la personne. En outre, les victimes sont mortes et ne sont pas, par exemple, seulement brûlées partiellement d’un bras ou d’une jambe, la combustion humaine spontanée est toujours fatale. Certains affirment que les brulures semblent souvent commencer au niveau de la poitrine ou de l’estomac, ce qui laisse intacts les jambes et les bras. D’autres déclarent que les meubles et les sols en-dessous et à proximité des victimes (ainsi que leurs vêtements) demeurent mystérieusement non brûlés.

Que révèle un examen plus minutieux ?

Certaines de ces déclarations sont tout simplement fausses. Par exemple, il y a de nombreuses photographies de victimes supposées de combustions spontanées qui affichent des brulures et des dégâts étendus aux vêtements et à l’environnement proche des individus brûlés. Il est aussi important de comprendre quelques éléments de médecine légale : de nombreux feux sont limités, c’est-à-dire qu’ils s’éteignent d’eux-mêmes par manque de "carburant".

Bien que le public soit souvent spectateur de feux incontrôlés qui embrasent et consument des pièces et des immeubles entiers, les feux sont imprévisibles. Il est tout à fait possible, par exemple, que seul un tapis, un lit ou un divan brûle sans se répandre au reste de la pièce. Étant donné que les feux brûlent normalement vers le haut plutôt que vers le bas, il n’y a rien de paranormal ni d’étrange dans le fait de trouver une victime brûlée mortellement dans un coin de la pièce, tandis que le reste de la pièce a subi peu de dégâts autres que ceux provoqués par les fumées.

Qu’en est-il de la source du feu ? Qu’est-ce qui peut faire que des individus s’enflamment soudainement ? Il y a un siècle environ, on mettait ceci sur le compte d’un excès voire de la colère divine : la plupart des victimes étaient supposées être des ivrognes qui avaient saturé leur cellules d’alcool. Dans les années 1970, une explication quasi freudienne a eu le vent en poupe en suggérant que les états dépressifs d’une personne pouvaient la faire s’enflammer toute seule ! D’autres ont aussi émis l’hypothèse que les taches solaires, les orages cosmiques, les bactéries intestinales productrices de gaz voire même une prétendue "énergie vibratoire" du corps en seraient la cause.

Pourtant, toutes ces explications sont pseudoscientifiques, et il n’y a aucune preuve pour les soutenir. Nos corps sont constitués de 60 à 70% d’eau ininflammable, et le fait est qu’il n’y a aucun mécanisme physique ni médical plausible expliquant comment une personne peut s’enflammer toute seule. Si les gens pouvaient vraiment s’enflammer sans être à proximité d’une flamme, il y aurait vraisemblablement des exemples qui seraient survenus pendant qu’un individu était en train de nager, était dans une baignoire ou encore en plongée sous-marine. Pourtant, aucun cas de ce genre n’existe.

Cas réels

Seule une douzaine de cas prétendus de combustion humaine spontanée a été étudiée en détail. Le chercheur Joe Nickell a examiné plusieurs de ces cas "inexplicables" dans son livre Real-Life X-Files et a découvert que tous étaient bien loin d’être aussi mystérieux que ce qu’on prétendait. La plupart des victimes étaient âgées, seules et à proximité d’une source de flammes (cigarettes, bougies ou feu ouvert) quand elles sont décédées. Plusieurs d’entre elles buvaient de l’alcool et fumaient quand le drame est arrivé.

Si la personne est endormie, inconsciente, infirme ou incapable de bouger ou d’éteindre les flammes, les vêtements de la victime peuvent servir de mèche (la plupart des gens passe beaucoup de temps recouvert de vêtement inflammables faits de mélange de coton et de polyester). Les flammes utilisent la graisse du corps (une huile très inflammable proche de la surface de la peau qui se combine aux vêtements inflammables) pour alimenter le feu.

Il existe aussi une maladie rare appelée le syndrome de Stevens-Johnson qui, dans les cas extrêmes, pourrait être prise pour une combustion humaine spontanée avortée. La maladie de la peau, qui peut être provoquée par une réaction toxique aux médicaments, comme des antibiotiques et des anti-douleurs, cause l’apparence de brûlures et de boursouflures graves qui peuvent être fatales.

Si la combustion humaine spontanée est un phénomène réel, pourquoi ne survient-il pas plus souvent ? Il y a 7 milliards d’habitants sur Terre, pour autant, nous ne voyons pas de compte-rendus de gens qui s’enflamment pendant qu’ils marchent dans la rue. Personne n’a jamais été vu, ni filmé ni enregistré (comme par exemple par une caméra de surveillance) en s’enflammant soudainement. Les cas rapportés sont toujours apparus chez des individus seuls et à proximité d’une source de combustion.

Et si certains mécanismes naturels (mais inconnus) causaient cette combustion, pourquoi celle-ci ne surviendrait-elle que chez les êtres humains ? Pourquoi les vaches, chiens, éléphants, oiseaux ou tout autre animal ne s’enflammerait-il pas aussi soudainement, au hasard, et n’exploserait-il pas inexplicablement en boule de feu ? Même si le phénomène est incroyablement rare, étant donné les milliards d’animaux dans le monde, il y a statistiquement beaucoup de chances de voir des milliers d’entre eux exploser chaque jour autour de nous !


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |