Accueil du site > Psychologie > Comment la désinformation persiste et comment s’en débarrasser

Comment la désinformation persiste et comment s’en débarrasser

Le 21 septembre 2012

Les vaccins pendant l’enfance ne causent pas l’autisme. Le réchauffement climatique est confirmé par la science. La Lune n’a aucun effet sur notre comportement. Et pourtant, nombreux sont ceux qui croient toujours le contraire de ces affirmations.

Pourquoi ce type d’information nous colle à la peau ? Un compte-rendu publié dans Psychological Science in the Public Interest explore ce phénomène [1]. L’équipe du psychologue Stephan Lewandowsky, de l’Université d’Australie de l’Ouest, a mis en lumière les facteurs cognitifs qui rendent certains morceaux de désinformation si collants, et a identifié certaines techniques qui pourraient être efficaces pour réfuter ou contrecarrer ces croyances erronées.

Selon les chercheurs, la raison principale qui fait que la désinformation est si prégnante est que le fait de rejeter l’information exige de faire un effort cognitif. Soupeser la plausibilité et la source d’un message est cognitivement plus difficile que d’accepter simplement que le message est vrai, cela exige des ressources de motivation et cognitives supplémentaires. Si le sujet n’est pas véritablement important à vos yeux, ou que vous avez d’autres choses à l’esprit, la désinformation est plus susceptible de s’installer et de demeurer.

Et quand nous prenons le temps d’évaluer consciemment l’information entrante, il n’y a que quelques caractéristiques auxquelles nous sommes susceptibles de porter attention : est-ce que l’information est en accord avec les autres choses auxquelles je crois ? Est-ce que cela fait une histoire cohérente avec ce que je sais déjà ? Cela vient-il d’une source crédible ? Les autres y croient-ils ?

La désinformation est particulièrement prégnante quand elle est conforme à nos points de vue politiques, religieux ou sociaux préexistants. A cause de cela, notre vision du monde idéologique et personnel peut constituer un obstacle spécialement difficile à surmonter.

Pire encore, les efforts pour éliminer la désinformation provoquent souvent un retour de flammes, en amplifiant paradoxalement l’effet de la croyance erronée.

« Cette persistance de la désinformation a des implications tout à fait alarmantes dans une démocratie, parce que les gens pourraient faire reposer leurs décisions sur une information dont ils savent qu’elle est fausse à un certain niveau » dit Lewandowsky.

« Au niveau individuel, la désinformation sur les problèmes de santé, comme par exemple les peurs irrationnelles à propos des vaccinations et la confiance aveugle dans les thérapies alternatives, peut faire beaucoup de dégâts. Au niveau de la société, la désinformation persistante sur des problèmes politiques peut faire beaucoup de mal. Sur une échelle globale, la désinformation sur les changements climatiques est actuellement en train de retarder des actions salutaires. »

Bien que la désinformation puisse être difficile à corriger, tout n’est pas perdu. Selon Lewandowsky, la science en psychologie a le pouvoir de contrecarrer tous ces éléments délétères en éduquant les gens et les communicants sur la puissance de la désinformation et comment la reconnaitre. »

D’ailleurs, les chercheurs proposent quelques stratégies en ce sens :

- donner aux gens une histoire qui remplace les lacunes laissées par la fausse information,
- se focaliser sur les faits que vous voulez mettre en avant plutôt que les mythes,
- s’assurer que l’information que vous voulez faire passer est simple et brève,
- Prendre en compte votre audience et les croyances qu’elle est susceptible d’avoir,
- Renforcer votre message par la répétition.

La recherche a montré que des tentatives de réfutation peuvent être efficaces dans le monde réel, quand elles sont basées sur des stratégies qui reposent sur des éléments de preuve concrets.

- Les erreurs des autres. L’autojustification, ses ressorts et ses méfaits. Carol Tavris, Elliot Aronson.


Références et notes :

[1] Misinformation and its Correction : Continued Influence and Successful Debiasing. Psychological Science in the Public Interest Stephan Lewandowsky, Ullrich Ecker.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |