Accueil du site > Coup de gueule > Doit-on garder un esprit ouvert à propos de l’homéopathie ?

Doit-on garder un esprit ouvert à propos de l’homéopathie ?

Le 11 novembre 2009

De Michael Baum et Edzard Ernst

Autrefois, les docteurs n’étaient guère tolérants face aux déclarations des médecines alternatives. Ces dernières années cependant, le climat a dramatiquement changé. Il est maintenant politiquement correct d’avoir l’esprit ouvert sur ces sujets ; "le patient sait mieux" et "cela marche pour moi" semblent être devenus les nouveaux mantras.

Bien que ceci puisse sembler une approche raisonnable sur certains des aspects les plus plausibles de la médecine alternative, comme certains médicaments de phytothérapie ou des thérapies physiques qui nécessitent des manipulations, nous pensons que cela ne peut pas s’appliquer à toute la panoplie.

Certaines de ces alternatives reposent sur des concepts obsolètes ou métaphysiques de la biologie et de la physiologie humaines qui ont été reconnus comme absurdes, avec des partisans qui ne veulent pas soumettre leurs interventions à un examen scientifique ou, s’ils le font sont médiocres, ce qui suggère que le simple fait de l’évaluation critique suffit à chasser le processus de guérison. Ces individus ont un conflit d’intérêts plus puissant que l’exigence d’intégrité scientifique, et pourtant, ils se défendent en déclarant que ceux qui veulent réaliser ces études sont à la solde de l’industrie pharmaceutique, et font partie d’une vaste conspiration refusant à leurs patients d’essayer et de tester ces méthodes palliatives [1]

L’homéopathie

L’homéopathie fait partie des pires exemples de médecine basée sur la foi, qui rassemble de bruyantes célébrités et autres lobbies puissants, en lieu et place d’une envie véritable et humble d’explorer les limites de notre connaissance en utilisant la méthode scientifique [2]. L’homéopathie repose sur le principe de similitude, "les semblables sont guéris par les semblables" (Similia similibus curentur), et le concept de la mémoire de l’eau. Le principe de similitude tient pour vrai que si une substance cause certains symptômes chez des volontaires en bonne santé, (exemple, les oignons font couler le nez), alors cette substance constitue un traitement efficace pour les conditions associées à ces symptômes (i.e. les oignons soignent le rhume).

Le second principe pose qu’une série de dilutions en association avec de vigoureuses secousses d’une substance (la succussion) ne rend pas cette substance moins puissante, mais beaucoup plus. Ainsi, les médicaments homéopathiques les plus "puissants" sont si dilués qu’ils ne contiennent plus une seule molécule de la substance originale [3]. Ces axiomes ne sont pas seulement à côté des faits scientifiques, mais ils en sont aussi directement opposés. Si l’homéopathie est correcte, une grande partie de la physique, de la chimie et de la pharmacologie doivent être incorrects. Pour le dire plus crûment, dans l’univers parallèle de l’homéopathie, la vie, telle que nous la connaissons, serait inconcevable, et les créatures extra-terrestres qui pourraient vivre dans un environnement si hostile sont difficiles à envisager.

Avoir un esprit ouvert à propos de l’homéopathie, ou des autres formes improbables de médecine alternative (comme les Fleurs de Bach, la guérison spirituelle, la thérapie des cristaux), n’est par conséquent pas un choix. Nous pensons qu’une croyance en l’homéopathie dépasse la tolérance d’un esprit ouvert. Nous devrions commencer par la prémisse que l’homéopathie ne peut pas marcher, et que les preuves positives reflètent des défauts de publication et des imperfections de méthodologie, jusqu’à ce qu’il soit démontré le contraire. Si non, nous devons croire que l’eau a une mémoire sélective, se rappelant des 1x10-9 molécules de la teinture mère de préférence à la multitude de molécules qui sont susceptibles d’être présentes dans des proportions beaucoup plus grandes.

Jusqu’à présent, l’homéopathie n’a pas réussi à faire la démonstration de son efficacité dans des études randomisées contrôlées, ni dans les revues systématiques d’études correctement réalisées [4] [5] [6]. Les médecins homéopathes semblent s’agripper aux restes d’une série d’études méthodologiquement médiocres et insuffisantes, pour garder leur crédibilité, ou affirment que les études randomisées contrôlées sont d’une méthodologie inappropriée pour évaluer leur système de croyance au nom du relativisme postmoderne [7] [8]. Nous nous demandons si un seul type de preuve convaincrait les médecins homéopathes de leur illusion, et les défions de mettre en place une étude méthodologiquement valable, qui, si elle s’avérait négative, les persuaderait finalement de fermer boutique.


Références et notes :

[1] Kaplan B. Hypocrisy of attacks on homeopathy to be exposed soon. http://www.wellsphere.com/general-medicine-article/hypocrisy-of-attacks-on-homeopathy-to-be-exposed-soon/31269

[2] Shang A, Huwiler-Muntener K, Nartey L, et al. Are the clinical effects of homeopathy placebo effects ? (Comparative study of placebo-controlled trials of homeopathy and allopathy). Lancet. 2005 ;366:726–732. - http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/S0140-6736(05)67177-2/abstract ?refuid=S0002-9343(09)00533-6&refissn=0002-9343

[3] Ernst E, Hahn EG. Homeopathy (A Critical Appraisal). Oxford : Butterworth Heinemann ; 1998

[4] Shang A, Huwiler-Muntener K, Nartey L, et al. Are the clinical effects of homeopathy placebo effects ? (Comparative study of placebo-controlled trials of homeopathy and allopathy). Lancet. 2005 ;366:726–732. http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/S0140-6736(05)67177-2/abstract ?refuid=S0002-9343(09)00533-6&refissn=0002-9343

[5] Ernst E. A systematic review of systematic reviews of homeopathy. Br J Clin Pharmacol. 2002 ;54:577–582 - http://www.amjmed.com/medline/record/ivp_03065251_54_577

[6] Altnuc U, Pittler MH, Ernst E. Homeopathy for childhood and adolescence ailments : systematic review of randomized clinical trials. Mayo Clin Proc. 2007 ;82:69–75. - http://www.amjmed.com/medline/record/ivp_00256196_82_69

[7] Mathie RT. The research evidence base for homeopathy : a fresh assessment of the literature. Homeopathy. 2003 ;92:80–87.

[8] Milgrom LR. Are randomized controlled trials (RCTs) redundant for testing the efficacy of homeopathy ? (A critique of RCT methodology based on entanglement theory). J Altern Complement Med. 2009 ;11:831–838. http://www.amjmed.com/medline/record/ivp_10755535_11_831

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |