Accueil du site > Le Guide Alternatif > L’accouchement dans l’eau

L’accouchement dans l’eau

Le 21 novembre 2009

L’accouchement dans l’eau a été promu au rang de "méthode alternative de soulagement" de la douleur pendant la naissance. En effet, il est souvent recommandé comme une méthode de choix pour moins souffrir dans le cadre d’un accouchement qui serait "naturel". En réalité, c’est tout sauf "naturel". Aucun primate ne donne naissance à sa progéniture dans l’eau, parce que le premier souffle du primate intervient immédiatement à sa naissance, et la notion toute entière d’ "accouchement dans l’eau" a été fabriquée il y a seulement 200 ans. Il n’est donc pas surprenant que l’accouchement dans l’eau augmente le risque de décès néonatal.

L’étude sur la mortalité et morbidité périnatales chez les bébés nés sous l’eau : étude de surveillance et d’enquête a été publiée dans le British Medical Journal (BMJ) en 1999 [1]. Sur 4030 accouchements dans l’eau, 35 bébés ont souffert de problèmes sérieux et 3 sont par la suite décédés. Il n’est cependant pas certain que ces décès puissent être attribuables à leur naissance sous l’eau. Pourtant, sur les 32 survivants qui avaient été admis aux urgences pédiatriques, 13 avaient des problèmes respiratoires significatifs comme une pneumonie, une aspiration du méconium, une aspiration d’eau et une noyade.

D’autres complications attribuables à la naissance nautique comprenaient 5 bébés qui avaient des hémorragies importantes dues à un cordon ombilical déchiré. En tout, 18 bébés avaient vécu des complications sérieuses, directement attribuables à la naissance sous l’eau. Le risque de complications sérieuses nécessitant des admissions prolongées aux urgences néonatales était de 4,5/1000.

Les hôpitaux d’Irlande ont quant à eux suspendu toute naissance en piscine, après qu’un bébé soit mort de noyade après sa naissance en piscine.

L’aspect le plus insensé de la naissance en piscine est que cela met le bébé en danger de noyade. Le second aspect insensé est que le bébé est né dans ce qui est essentiellement de "l’eau des toilettes", étant donné que l’eau de la piscine est contaminée par toutes sortes de déchets fécaux. Dans l’étude eau de naissance et risque d’infection, expérience après 1500 naissances, Thoeni et al. ont analysé l’eau trouvée dans les piscines de naissance, avant et après la naissance. L’eau dans une piscine chauffée à la température du corps pour le plus grand confort des mamans, est à une température optimale pour la croissance bactérienne. C’est un paradis à microbes !

Les auteurs étaient bien conscients que le système d’eau lui-même peut entretenir les bactéries, étant donné le compte-rendu d’au moins deux décès néonataux de pneumonie légionelle, un survenu à hôpital, et un à la maison. Ainsi, ils ont testé l’eau avant que quiconque ne soit entré dans la piscine. A leur grande surprise et consternation, l’analyse de l’eau elle-même a révélé que 12% des échantillons contenaient de la Legionelle pneumophila, 11% des Pseudomonas aeruginosa (bacille pyocyanique), 19% d’Entérocoques, 21% de coliformes, et 10% d’Escherichia coli. La plupart de ces organismes peuvent causer, et causent, des infections chez les nouveaux nés. Après avoir installé un filtre spécial, et mis en place des procédures de nettoyage de la piscine plus rigoureux, les contaminations par ces bactéries ont été réduites, mais pas éliminées.

L’analyse de l’eau après une naissance était choquante. Presque tous les 200 échantillons d’eau étaient lourdement contaminés par différentes bactéries infectieuses.

Dans les échantillons prélevés après la naissance il y avait un fort taux de contamination avec des coliformes (82%) et Escherichia coli (64%), avec des concentrations de plus de 105cfu/100ml ; des Pseudomonas aeruginosa, Staphylocooccus aureus, et des levures ont été moins fréquemment trouvés.

Les auteurs déclarent que l’eau contaminée par les fèces n’affectait pas le taux d’infection. Cependant, l’étude est insuffisante pour détecter avec fiabilité l’impact de l’eau contaminée sur le taux d’infection. Deuxièmement, les auteurs expriment leur déclarations d’une curieuse manière :

Seulement 1,34% des enfants (10 sur 741) nés en piscine ont montré des signes d’infection comme la tachnypée et une couleur de peau suspecte, comparés au 3,40% (15 sur 440) du groupe contrôle.

Les résultats pertinents ne sont pas les bébés qui montraient des signes d’infection. Les résultats pertinents sont quels bébés avaient réellement des infections. Les auteurs ont oublié de partager cette information, gardons à l’esprit la possibilité qu’il y avait une différence significative.

L’accouchement aquatique est loué pour ses capacités à soulager la douleur chez certaines femmes, mais cela vaut-il le risque de faire naitre un bébé dans de l’eau contaminée par des fèces et des bactéries nuisibles ? Qu’y a-t-il de naturel dans tout cela ? A part les bactéries, nous ne voyons pas.

Mise à jour du 22/01/2016.

Une étude publiée dans le Journal of Midwifery and Women’s Health [2] a examiné les données provenant de 6500 naissances dans l’eau. Cette étude n’a pas trouvé de différences notables entre les bébés nés dans l’eau et les autres pour ce qui concerne des admissions à l’hôpital après la naissance, ni durant les six semaines qui ont suivi leur naissance, ni pour ce qui est des mères qui ont accouché sinon une augmentation des cas de déchirures périnéales.

Cette étude, publiée dans un journal secondaire, va cependant à l’encontre de celle du BMJ, ainsi que de l’avis du Collège des Obstétriciens et des Gynécologues Américains qui recommandent l’immersion dans l’eau pendant le travail, mais sont contre l’accouchement dans l’eau.

- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.
- Idées folles, idées fausses en médecine. Skrabanek, Mc Cormick.


Références et notes :

[1] Perinatal mortality and morbidity among babies delivered in water : surveillance study and postal survey. BMJ, 1999 ; 319:483.

[2] Waterbirth : An Integrative Analysis of Peer-Reviewed Literature. Journal of Midwifery and Women’s Health, Vol. 60, Iss. 6, 2015, pp : 787, Marit Bovbjerg

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |