Accueil du site > Le Guide Alternatif > L’acupuncture n’a aucun effet contre les bouffées de chaleur

L’acupuncture n’a aucun effet contre les bouffées de chaleur

Le 21 janvier 2016

Une grande étude de l’Université de Melbourne [1] a montré que l’acupuncture simulée a les mêmes effets que l’acupuncture réelle contre les bouffées de chaleur, les deux pratiques ont amélioré de 40 % la sévérité et la fréquence des bouffées de chaleur sur un traitement d’une durée de huit semaines. Les bénéfices des deux pratiques, simulée et réelle, ont perduré pendant six mois après le traitement.

L’acupuncture est une pratique ancestrale Chinoise dans laquelle des aiguilles sont insérées dans des points précis du corps. Un groupe constitué de 327 femmes australiennes, âgées de plus de 40 ans, qui souffraient d’au moins sept bouffées de chaleur modérées par an, a fait partie de cette étude. La moitié du groupe a reçu 10 séances d’acupuncture Chinoise standard. L’autre moitié a reçu de l’acupuncture simulée ou "fausse", c’est-à-dire que la stimulation de la peau a été réalisée par des aiguilles épointées, qui avaient un effet très léger sans pénétrer dans la peau.

Le Dr Carolyn Ee, auteur de l’étude et praticienne formée à la médecine Chinoise, déclare qu’il y a plusieurs explications plausibles à cette amélioration dans les deux groupes. Elle affirme que l’effet placébo est l’une des raisons possibles et qu’une simple consultation en clinique pour parler de ses symptômes à un médecin peut aider, ce qui tend à améliorer les bouffées de chaleur spontanément avec le temps.

"Il s’agit d’une grande étude rigoureuse, et nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de bénéfices supplémentaires dus à l’insertion réelle des aiguilles par rapport à une stimulation via une pression sans pénétration dans la peau contre les bouffées de chaleur," dit-elle. "Si les femmes veulent faire de l’acupuncture pour réduire leurs bouffées de chaleur, elles doivent savoir que bien que certaines études avaient montré que l’acupuncture faisait mieux que rien, notre étude démontre que l’insertion des aiguilles ne fait pas de différence."

Les femmes atteintes d’un cancer du sein, ou qui avaient été opérées des ovaires, ont été retirées de l’étude. "Ces femmes souffrent de bouffées de chaleur qui sont plus sévères et plus tôt dans leur vie, ainsi nous pensons qu’elles devraient faire l’objet d’une recherche plus spécifique car elles ne peuvent pas prendre d’hormones," explique le Dr Ee.

Elle précise que tandis que l’acupuncture est un traitement relativement sûr, les femmes doivent aussi évoquer d’autres options de traitement contre leurs bouffées de chaleur avec leur médecin. D’autres études passées ont montré que l’acupuncture n’avait pas d’effet supérieur au placébo ou à d’autres interventions contre les douleurs chroniques, comme les maux de dos et l’arthrose, ou encore contre la migraine, les nausées ou encore les règles douloureuses.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.


Références et notes :

[1] C. Jelleyman, T. Yates, G. O’Donovan, L. J. Gray, J. A. King, K. Khunti, M. J. Davies. The effects of high-intensity interval training on glucose regulation and insulin resistance : a meta-analysis. Obesity Reviews, 2015 ; 16 (11) : 942.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2016 - Charlatans.info |