Accueil du site > Le Guide Alternatif > L’acupuncture n’est pas sans risques

L’acupuncture n’est pas sans risques

Le 7 septembre 2012

Une étude, pionnière dans son genre, réalisée dans des cliniques du Royaume-Uni sur les effets secondaires de l’acupuncture, a découvert que la procédure est bien entendu globalement sans risques, mais pas aussi sûre que ce qui est déclaré. Dans les cas extrêmes, elle peut même mettre des vies en danger.

Malgré cela, les déclarations selon lesquelles l’acupuncture serait complètement sûre pourraient bientôt faire qu’elle soit remboursée par le système d’assurance médicale Américain Medicare. L’acupuncture est déjà remboursée par certains organismes de sécurité sociale ou des mutuelles privées en Europe.

Les scientifiques du National Patient Safety Agency Britannique ont rassemblé tous les comptes rendus d’effets secondaires après un traitement d’acupuncture dans des cliniques Britanniques entre 2009 et 2011 [1]. Dans ces cliniques, l’acupuncture est proposée par des médecins et thérapeutes conventionnellement qualifiés, qui sont aussi formés pour réaliser des actes d’acupuncture. Ce type de traitement est proposé dans plusieurs hôpitaux anglais aussi, après une opération chirurgicale ou pour soulager la douleur.

Les enquêteurs ont trouvé 325 comptes rendus d’effets secondaires. Il n’y a aucune donnée sur le nombre total de traitements d’acupuncture donnés, ainsi la fréquence de ces événements ne peut pas être calculée. Mais des études en Allemagne et au Royaume-Uni ont trouvé que des effets secondaires survenaient dans 10% des traitements.

Certains comptes rendus étaient de simples pratiques négligées. Dans 100 cas, les patients étaient laissés avec les aiguilles toujours plantées, parfois les heures s’allongeaient plus longtemps que prévu même après qu’ils soient rentrés chez eux ou que le personnel soit parti. Certaines aiguilles ont dû, par la suite, être chirurgicalement retirées.

Définition du préjudice

Sur les 325 cas rapportés d’effets secondaires, 309 ont été évalués comme ayant impliqué un peu ou aucun préjudice corporel. Cela concernait 162 personnes ayant vécu des vertiges et des évanouissements quand les aiguilles étaient insérées.

Cinq personnes ont vécu des collapsus pulmonaires, ou pneumothorax, causés par des aiguilles qui ont atteint les membranes autour des poumons.

Le fait qu’un seul de ces collapsus ait été rapporté comme "sérieux" - et un listé comme "sans risque", même si le collapsus pulmonaire peut être fatal – a déclenché la sonnette d’alarme chez Edzard Ernst de l’Université d’Exeter, expert dans l’évaluation des thérapies alternatives, qui a aidé à la réalisation de cette étude.

"Ce n’est évidemment pas un traitement à hauts risques" dit-il. "Mais les acupuncteurs sont trop catégoriques en disant que c’est totalement dénué de risques, ce qui n’est pas le cas". Si un patient a des problèmes de respiration après le traitement et que l’acupuncteur ne suspecte pas un collapsus pulmonaire, ils pourraient renvoyer le patient chez lui, où, si les deux poumons sont touchés, il pourrait décéder. "Ils sont dans le déni le plus complet. Ils ne réalisent pas qu’il y a un problème potentiel, et c’est bien ça le problème."

Ernst déclare que les études sur l’acupuncture dans les autres pays et le Royaume-Uni ont révélé 86 décès après des traitements d’acupuncture entre 1965 et 2009, et la plupart d’entre eux à cause de collapsus pulmonaires. Un autre risque, ajoute-t-il, concerne les 6% de gens qui ont naturellement un trou dans leur sternum, près d’un point d’acupuncture. Le trou est recouvert de ligaments, ainsi un docteur ne peut pas le sentir. "Les aiguilles d’acupuncture vont directement à travers et pénètrent les membranes autour du cœur, avec des effets mortels" explique Ernst.

Le Conseil Britannique d’Acupuncture, une association professionnelle, cite deux études [2] "qui ont montré que le risque d’effets secondaires sérieux en réaction à l’acupuncture se situe à moins de 1 pour 10000. Ce qui est bien moins que les traitements médicaux conventionnels."

De telles évaluations de risque doivent cependant être comparées aux bénéfices apportés par le traitement aux patients. "L’analyse critique des preuves existantes montre que l’acupuncture pourrait aider dans le cadre précis des maux de dos, d’ostéoarthrite et les nausées" dit-il. "C’est tout. Mais elle utilisée pour presque tout et n’importe quoi, même pour arrêter de fumer" dit Ernst.

Cela veut dire concrètement que même si les risques sont faibles, ils peuvent largement dépasser et l’emporter sur les bénéfices, qui, eux, sont proches du néant.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.


Références et notes :

[1] Patient safety incidents from acupuncture treatments : A review of reports to the National Patient Safety Agency . International Journal of Risk & Safety in Medicine, Vol 24, N° 3, 2012, pp 163-169.

[2] Is acupuncture safe ?

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |