Accueil du site > Science > L’état de la fraude scientifique dans le monde

L’état de la fraude scientifique dans le monde

Le 17 novembre 2010

Une étude a trouvé que les scientifiques des États-Unis étaient plus susceptibles de publier des recherches frauduleuses que des scientifiques d’autres pays. C’est la conclusion d’une recherche d’études rétractées, publié dans le Journal of Medical Ethics [1].

D’après l’étude, les fraudeurs sont plus susceptibles d’être des "contrevenants récidivistes".

L’auteur de cette étude a cherché dans la base de données PubMed chaque article scientifique qui avait été retiré, et de ce fait officiellement expurgé des enregistrements publics, entre 2000 et 2010.

Un total de 788 articles a été retiré durant cette période. Environ les trois quart de ces articles ont été retirés pour cause d’erreur sérieuse (545), le reste des retraits a été attribué à des fraudes (fabrication des données ou falsification).

Le plus grand nombre d’articles retirés a été écrit par des auteurs principaux venant des États-Unis (260), comptant pour un tiers du total. Un de ces articles sur trois a été attribué à de la fraude.

Le Royaume-Uni, le Japon et la Chine avaient plus de 40 articles retirés durant cette décennie. Les pays asiatiques, y compris la Corée du Sud, comptaient pour 30% des retraits. Sur ces derniers, un sur quatre était dû à de la fraude.

Les faux étaient plus susceptibles d’avoir été publiés dans des publications de premier plan ayant un impact majeur dans le monde scientifique, et ont souvent été cités par d’autres articles.

Plus de la moitié (53%) des articles de recherche frauduleux ont été écrits par un auteur principal qui était récidiviste. Cela n’a été le cas que pour un article erroné seulement sur cinq (18%).

Le nombre moyen de tous les articles retirés par auteur était de 3, mais certains en avaient 10 ou plus. Les articles de recherche bidonnés étaient significativement plus susceptibles d’avoir plusieurs auteurs.

Chaque auteur principal qui était un habitué des fraudes avait en moyenne six co-auteurs, chacun d’entre eux avaient eu trois autres retraits.

"L’hypocrisie de certains auteurs est un sujet de préoccupation" commente l’auteur de l’étude. Le retrait d’un article est la sanction la plus importante pouvant être appliquée à une recherche publiée, mais c’est un instrument très brutal utilisé uniquement dans le cas d’infractions graves et triviales."

- La Souris truquée. Enquête sur la fraude scientifique. William Broad, Nicholas Wade.


Références et notes :

[1] R Grant Steen. Retractions in the Scientific Literature : Do Authors Deliberately Commit Research Fraud ? Journal of Medical Ethics, Nov 2010.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2018 - Charlatans.info |