Accueil du site > Nouvelles > L’homéopathie dans les hôpitaux n’est pas éthique !

L’homéopathie dans les hôpitaux n’est pas éthique !

Le 26 novembre 2009

Royaume-Uni - Donner des remèdes homéopathiques aux patients des hôpitaux publics n’est pas éthique, et représente une utilisation douteuse de l’argent public, disent les scientifiques et les médecins.

Les traitements, qui sont autorisés par le gouvernement, et offerts dans différents hôpitaux publics, n’ont pas assez de preuves cliniques pour confirmer leur utilité, disent-ils.

Les critiques se sont élevées lors d’une enquête de la commission scientifique de La Chambre des Communes, visant à étudier la force de la preuve scientifique derrière la politique gouvernementale à propos des remèdes homéopathiques.

"Si l’obligation des hôpitaux publics vis-à-vis de la médecine basée sur les preuves est plus que des paroles en l’air, alors l’argent public doit être dépensé dans les traitements qui ont été prouvés, et l’homéopathie n’en fait pas partie" explique Edzard Ernst, professeur de médecine complémentaire à l’école de médecine d’Exeter.

Les traitements homéopathiques sont fabriqués en diluant une substance à tel point qu’il ne reste plus aucune molécule de l’ingrédient original. Les homéopathes soutiennent que l’eau garderait un "souvenir" de la substance, ce qui aurait un effet thérapeutique, doctrine jamais confirmée ni démontrée à ce jour. Ce que la plupart des scientifiques contestent en disant que ces traitements ne sont pas meilleurs qu’un banal placébo ou des pilules de sucre.

"Si vous prescrivez un médicament dont vous savez qu’il n’a aucune efficacité aux patients, sur une base qui est essentiellement malhonnête vis-à-vis du patient, je ressens cela comme immoral" dit le Dr James Thallon, directeur médical de l’hôpital Kent Ouest. "Nous prenons en compte le point de vue scientifique sur l’homéopathie, et pour moi et mes collègues, cela est très clair."

Thallon a stoppé tout financement en faveur de l’homéopathie en 2007, après avoir décidé que les médications ayant fait leurs preuves auront la priorité. Le National Hospital Service (NHS) anglais a dépensé 12 millions de Livres Anglaises (environ 13,1 millions d’euros) dans les remèdes homéopathiques entre 2005 et 2008, argent que de nombreuses voix regrettent qu’il n’ait pas été mieux employé.

Peter Fisher, médecin pratiquant l’homéopathie à l’hôpital homéopathique Royal de Londres, prend la défense des traitements, en déclarant qu’ils donnent " font faire des économies" comparés aux médicaments conventionnels. "Je pratique l’homéopathie car je pense que cela marche. Je ne l’utiliserais pas si je pensais que j’escroquais le patient" dit-il.

Contrairement aux médicaments conventionnels, les traitements homéopathiques peuvent être vendus sans avoir fait la preuve de leur efficacité dans des essais cliniques. Au lieu de cela, ils peuvent être vendus pour traiter des conditions bénignes si les homéopathes considèrent que le traitement soulage les symptômes de la condition. De nombreux scientifiques pensent que cette exemption devrait être annulée parce que c’est une tromperie, et que cela mine la crédibilité des pharmaciens et des autorités de la santé.

Mais le directeur de la pharmacie Boots, Paul Bennet, déclare que se société continuera à stocker des traitements homéopathiques. "Je n’ai aucune preuve qu’ils sont efficaces. Mais c’est le choix des consommateurs, et un grand nombre d’entre eux pense qu’ils marchent" conclut-il.

- La vraie nature de l’homéopathie. Thomas Sandoz.


Références et notes :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |