Accueil du site > Le Guide Alternatif > La chélation contre l’autisme fait plus de mal que de bien

La chélation contre l’autisme fait plus de mal que de bien

Le 30 novembre 2012

Un traitement controversé visant à traiter les troubles du spectre de l’autisme est non seulement inefficace, mais peut même s’avérer être dangereux, selon une étude dirigée par des chercheurs de l’Université Baylor, publiée dans la revue Research in Autism Spectrum Disorders [1].

Ce traitement, connu comme étant la chélation, vise à éliminer des métaux du corps comme le mercure.

"Les substances chimiques utilisées dans le traitement de chélation peuvent être à l’origine d’une myriade d’effets secondaires potentiellement nocifs comme de la fièvre, de l’hypertension, une arythmie cardiaque et une hypocalcémie, qui peuvent causer un arrêt cardiaque" explique le Dr Tonya Davis, co-auteure de l’étude.

Dans l’un des exemples mentionné dans leur recherche : "un enfant autiste de 5 ans est décédé d’un arrêt cardiaque causé par une hypocalcémie pendant qu’il recevait une chélation en intraveineuse". En 2008, une étude clinique sur la chélation contre l’autisme avait été suspendue à cause des risques sanitaires associés à la chélation.

"La thérapie par chélation est le scénario typique où l’on met ’la charrue avant les bœufs’ dans lequel l’hypothèse qui soutient le recours à la chélation n’a jamais été validée scientifiquement, alors que certains l’utilisent tout de même comme traitement. Les éléments de preuve ne confirment pas l’hypothèse selon laquelle les symptômes de l’autisme seraient associés à des niveaux spécifiques de métaux dans le corps" dit Davis.

Dans leur étude, les chercheurs ont analysé les résultats de cinq recherches publiées sur la chélation. Dans ces études, 82 participants âgés entre 3 et 14 ans avaient reçu un traitement par chélation qui a duré entre un et 7 mois.

Sur les cinq études, quatre ont affiché des résultats contradictoires, certains étant positifs et d’autres négatifs pour chacun des participants de l’étude, et une seule étude n’a eu que des résultats positifs. Mais après une analyse plus profonde, Davis et ses collègues chercheurs ont trouvé des faiblesses méthodologiques dans les études.

Plusieurs études ont utilisé de nombreux traitements en plus de la chélation, qui rendait impossible de déterminer si les résultats positifs pouvaient être attribués à la chélation seule ou à autre chose. En fin de compte, l’équipe de recherche a trouvé que les études analysées ne confirmaient pas l’utilisation de la chélation comme l’avaient déclaré certaines de ces études, et qu’elles étaient insuffisantes, ce qui est le niveau de certitude le plus bas.

"Le recours à la chélation pour retirer des métaux du corps dans le but d’améliorer les troubles de l’autisme devrait être considéré comme non fondé et illogique" affirme Davis. Malgré les risques et l’absence de preuves supportant la chélation dans ce cadre, plus de 7% des parents sondés ont déclaré avoir essayé un traitement de chélation pour leurs enfants.

"D’autres chercheurs avaient trouvé que la validation du traitement, ou son absence de validation, ne semblait pas avoir d’influence sur le traitement que les parents choisissent d’utiliser. La plupart des parents croit qu’il faut remuer ciel et terre et tout essayer pour traiter leur enfant autiste, et ils sont prêts à essayer tout traitement qu’ils croient capable d’aider leur enfant" dit Davis.

Les chercheurs espèrent seulement que leur étude pourra aider les parents à prendre de meilleures décisions sur le type de traitement pour leurs enfants.

"Mon vœu est que cette recherche aidera les parents à faire des choix éclairés quand il s’agit de sélectionner des traitements pour leur enfant autiste. Bien que je comprenne le désir de tout parent de tout tenter pour aider son enfant, il est difficile de regarder une famille perdre son temps, son argent et ses ressources dans des interventions que la recherche scientifique a trouvé être totalement inefficaces, ou pire, potentiellement dangereuses" conclut la chercheuse.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.


Références et notes :

[1] Chelation treatment for autism spectrum disorders : A systematic review. Research in Autism Spectrum Disorders, Volume 7, Issue 1, 2013, pp 49–55

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2018 - Charlatans.info |