Accueil du site > Psychologie > La formule magique pour prédire l’attirance entre les individus plus (...)

La formule magique pour prédire l’attirance entre les individus plus insaisissable que jamais

Le 6 septembre 2017

Une étude a trouvé que les machines peuvent apprendre à prédire certains aspects de l’attirance, mais pas à trouver l’âme sœur parfaite.

Les sites de rencontre déclarent souvent que l’attirance entre deux personnes peut être prédite à partir de la bonne combinaison entre les traits et les préférences de chacun, mais une étude remet en cause cette hypothèse [1].

L’étude, qui a utilisé des données provenant de nombreux speed dating, a trouvé qu’un ordinateur pouvait prédire dans quelle mesure une personne pouvait être désirable ou si quelqu’un pouvait la désirer – qui est sexy et qui ne l’est pas – mais il était incapable de déceler le mystère du désir unique pour une personne en particulier.

"L’attirance pour une personne en particulier peut être difficile ou impossible à prédire avant que deux personnes se rencontrent dans la vraie vie," explique Samantha Joel, l’auteure principale de cette étude. "Une relation est plus que la somme de ses parties. Il y a une expérience partagée qui apparait quand vous rencontrez quelqu’un qui ne peut pas se prédire à l’avance."

Les chercheurs ont utilisé des données venant de deux échantillons de personnes ayant participé à des speed dating, qui ont rempli des questionnaires sur plus de 100 caractéristiques et préférences puis se sont rencontrés dans une série de rendez-vous de quatre minutes chacun. Ensuite, les participants ont évalué et noté leurs interactions, en indiquant le niveau d’intérêt et d’attirance sexuelle pour chaque personne qu’ils ont rencontrée.

Les chercheurs ont utilisé une machine de pointe d’apprentissage par algorithme pour tester s’il était possible de prédire le désir romantique unique à partir des questionnaires que les participants avaient rempli avant les rencontres individuelles puis avec leurs réponses ensuite. La réponse est "non". Ils ont trouvé qu’il était possible de prédire la tendance globale pour quelqu’un d’aimer ou d’être aimé par d’autres – mais pas si deux personnes en particulier pouvaient s’accorder entre elles et se plaire.

"Nous avons découvert que nous ne pouvions pas anticiper dans quelle mesure les individus vont se désirer les uns les autres dans un contexte de rencontre comme les speed dating avec un quelconque niveau de précision," dit Joel. "Je pense que sur plus de 100 prédicteurs, nous serions en mesure de prédire au moins une portion de la variance. Je ne pense pas que nous serions à zéro."

Ce serait extraordinaire si les gens pouvaient éviter les tracas et les chagrins d’amour du processus des rencontres en entrant des informations dans une machine pour qu’elle en ressorte l’âme sœur parfaite, disent les chercheurs.

"On a essayé de le faire mais nous n’avons pas réussi," dit Joel. "La rencontre peut être difficile et source d’anxiété et il y a un marché pour l’abréger. Et si vous n’étiez pas obligé d’embrasser toutes les grenouilles ? Et si vous pouviez tout passer jusqu’au moment où vous cliquez sur quelqu’un ? Mais nos données montrent qu’avec les outils actuellement disponibles il n’y a pas moyen de trouver l’amour de cette façon."

Alors que les sites de rencontre fournissent un service de valeur en ciblant le champ des possibles et en identifiant des partenaires potentiels, ils ne vous permettent pas de contourner le processus de la rencontre physique pour savoir comment vous le ou la trouvez, expliquent les chercheurs. La "science de la rencontre" a encore de beaux jours devant elle avant de pouvoir déchiffrer l’attirance amoureuse, et ce qui fait que deux personnes en particulier cliquent l’une sur l’autre.

"Il se peut qu’on ne puisse jamais le faire, qu’il s’agisse d’une propriété qui ne puisse jamais être découverte car imprévisible," expliquent-ils. "Le désir amoureux peut être plus qu’un tremblement de terre, et implique un processus dynamique semblable au chaos, plutôt qu’une réaction chimique impliquant la bonne combinaison de caractéristiques, de traits et de préférences."


Références et notes :

[1] Samantha Joel, Paul W. Eastwick, Eli J. Finkel. Is Romantic Desire Predictable ? Machine Learning Applied to Initial Romantic Attraction. Psychological Science, 2017.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |