Accueil du site > Nouvelles > La recherche à travers les lunettes de l’acupuncture.

La recherche à travers les lunettes de l’acupuncture.

Le 19 novembre 2008

C’est ce qui a conduit au développement d’une acupuncture placebo, où les aiguilles sont cachées dans un fourreau opaque et ne pénètrent pas la peau, ainsi ni le patient ni l’acupuncteur ne savent s’il s’agit de vraie acupuncture ou non. Ces études ont été négatives.

C’est le modèle de cette étude sur les FIV, réalisée par Emily Wing Sze So et d’autres à l’Université de Hong Kong dont voici la méthode :

Le jour du transfert des embryons, 370 patientes ont été assignées au hasard soit à une acupuncture réelle, soit une placebo, selon une répartition faite au hasard par ordinateur dont la liste était gardée secrète dans une enveloppe opaque. Elles ont reçu 25 minutes de vraie acupuncture, ou placebo, avant et après la fécondation in vitro. La vascularité endométriale et subendométriale, la concentration en cortisol et le niveau d’anxiété ont été évalués avant et après la vraie acupuncture ou placébo.

Résultats : 55,1% des patientes ayant reçu l’acupuncture placébo sont tombées enceintes contre 43,8% pour la vraie acupuncture. La valeur de P (0.05 est généralement accepté comme raisonnable, ce qui veut dire qu’il y a 1 chance sur 20 que l’hypothèse nulle soit rejetée par erreur) était de 0.038. Ce qui est statistiquement significatif. Les autres points mesurés, comme les changements endométrial et subendométrial, la vascularité, la concentration de cortisol et le niveau d’anxiété n’étaient pas différents.

Conclusion scientifique : l’hypothèse nulle n’est pas rejetée, i.e. l’acupuncture ne marche pas pour ce qui est de la fécondation in vitro.

Conclusion de l’univers des thérapies alternatives : l’acupuncture placebo n’est pas inerte (i.e. sans effets) !

C’était la seule conclusion de l’article, c’était la seule que les auteurs ont choisi de mettre en avant ! C’est d’ailleurs la seule conclusion plausible qu’on pourrait tirer de cette étude. C’est ce qui a été mis en relief par les médias qui ont repris cette étude, en paraphrasant les déclarations d’Ernest Hung Yu :

"L’acupuncture placebo est identique à l’acupressure et est donc efficace pour améliorer les taux de grossesse" ajoutant que la vraie acupuncture pouvait dans certains cas, réduire les taux de grossesse !

C’étaient les deux seules possibilités dont ils ont parlé : que l’acupuncture placebo fonctionnait "en quelque sorte", ou que la véritable acupuncture avait des effets négatifs. Aucun mot sur l’interprétation la plus logique de cette recherche, et la seule scientifique : que l’acupuncture ne marche pas pour les FIV. Nous assistons ici à une sélection précieuse d’un hasard statistique dans la comparaison de deux traitements sans effets (vraie et fausse acupuncture).

Il faut noter que les mesures physiologiques et l’anxiété n’étaient pas différentes. Pour un traitement physiologiquement actif, on aimerait trouver une mesure objective physiologique en corrélation avec les résultats cliniques. Si non, nous devons revoir l’explication du mécanisme ou conclure que tous les effets ne sont qu’un bruit statistique fruit du hasard.

En outre, les résultats sont à peine significatifs statistiquement, 1 étude sur 30 montrera une corrélation positive ou négative au hasard. En fait, les probabilités d’un résultat positif, fruit du hasard, sont même plus élevées si vous décomposez les multiples comparaisons qui ont été faites, une seule était significative. Bien entendu, quand elles sont positives elles sont claironnées comme une vérification du traitement. Si elles sont négatives, on nous donne une interprétation plus fantaisiste.

Ceci met en relief le fait qu’il ne faut pas se cantonner à n’interpréter qu’une seule étude, mais il faut regarder toute la littérature. Quand nous regardons l’acupuncture et les FIV, nous trouvons un manque latent de preuves, plus l’étude est correcte méthodologiquement, plus l’effet est petit, et les meilleures études sont négatives. Tout chercheur intellectuellement honnête conclurait de cette étude que l’acupuncture n’améliore pas le taux de grossesses suite à une FIV, qu’elle ne marche pas.

Conclure de cette étude que l’acupuncture placebo n’est pas inerte est absurde. Au mieux peut-on dire qu’il y a des effets, non spécifiques au processus de l’acupuncture, qui produisent un effet, ce qui est la définition de l’effet placébo.

Si vous voulez mettre la recherche en acupuncture sous son meilleur profil (pourquoi le feriez-vous, à moins d’y avoir des intérêts ?), tout ce qu’on peut dire c’est qu’il y a certains effets provenant du rituel de l’acupuncture, mais que cela n’a pas d’importance si les aiguilles sont plantées ou non dans la peau. Ce qui ruine l’interprétation traditionnelle de la pratique et ses fondements conceptuels. Le plus important étant d’être relaxé, ou peut-être gentiment palpé.

L’acupuncture ne marche pas pour ce qui est des FIV, ni pour rien d’autre d’ailleurs. S’il s’agissait d’un médicament, il n’aurait pas obtenu d’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Dans le monde scientifique, il aurait été recalé comme inefficace. Mais dans le monde de l’alternatif, l’acupuncture survit.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Au coeur de l’extra-ordinaire, Henri BROCH.
- Les pseudo-médecines, Jean Brissonnet.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |