Accueil du site > Nouvelles > La science derrière la peur du portable

La science derrière la peur du portable

Le 22 janvier 2010

Les téléphones portables causent-ils le cancer ? Il n’y a pas de raisons de le croire

Mais si nous en croyons la vérité biblique délivrée par les physiciens, selon laquelle les ondes radio provenant des téléphones cellulaires ne sont tout simplement pas assez puissantes pour briser les liaisons chimiques, ce qui est une caractéristique de tous les mutagènes causant le cancer, alors pourquoi des gens pourtant très intelligents continuent à étudier ce sujet ?

La réponse se trouve dans la peur de l’inconnu. Jamais dans l’histoire de l’humanité nous n’avons absorbé si avidement de rayonnements électromagnétiques. Cela peut-il venir de ce que nous ne pouvons tout simplement pas envisager le risque, que notre science nous cache la vérité, tout comme les docteurs qui réalisaient des opérations chirurgicales sans se laver les mains il y a environ un siècle ?

Les rayonnements

Tous les agents connus induisant des cancers, certains éléments chimiques, virus et rayonnements ionisants, agissent en cassant les liaisons chimiques pour produire des mutations de l’ADN. Les rayonnements ionisants font référence aux rayons gamma, aux rayons-X, à la plupart des ultraviolets et certaines particules subatomiques. Leur énergie est assez élevée pour détacher un électron d’un atome.

Les rayonnements de faible énergie, non ionisants des ampoules de lumière et des téléphones portables (tous deux faisant partie du spectre électromagnétique) ne peuvent pas causer de dommages à moins qu’il y ait une concentration suffisante pour chauffer les tissus. Et même si les téléphones portables pouvaient être source de chaleur nocive, le sang qui circule la dissiperait.

Pourtant, il y a quelque-chose d’inquiétant à baigner votre cerveau dans des ondes radio supposées inoffensives. Les scientifiques étudient donc les effets non ionisants, non thermiques et faiblement thermiques des ondes radio.

On pourrait répondre que la cornée ne peut dissiper la chaleur aussi bien que d’autres parties du corps, des études animales ont trouvé un lien entre les micro-ondes et les cataractes. Mais la plupart d’entre nous colle bien son portable sur l’oreille, pas sur les yeux.

Les êtres humains pourraient avoir des thermorécepteurs, comme les thylakoïdes à l’intérieur des plantes qui leur permettent la photosynthèse, qui permettent aux ondes radio de provoquer une cascade d’événements chimiques. Qu’est-ce que cela pourrait signifier pour la santé humaine ? Il pourrait s’agir d’un mécanisme plausible pour expliquer un lien entre l’utilisation des portables et les cancers…

Mais les études ne révèlent aucun lien avec les cancers.

Ronald Herberman, directeur de l’Université de l’Institut du Cancer de Pittsburgh, avait étonné ses collègues en 2008 avec son avertissement aux 3000 cadres qu’il y avait "suffisamment de données pour mettre en place des avertissements sur l’utilisation des portables".

Herberman avait peur de l’inconnu, à savoir l’incapacité des études présentes à éliminer les risques à long terme. Ce qui inquiétait Herberman, c’était la possibilité d’un cancer après dix ans d’utilisation, comme révélé dans une étude Suédoise de 2004 sur 750 sujets. En 2007, une revue Suédoise a trouvé que les jeunes cerveaux pourraient avoir de plus grands risques de cancer suite à une utilisation importante.

Pourtant, une étude Danoise plus grande de 2006, sur par moins de 400 000 sujets, n’a trouvé aucun lien de ce genre. L’étude massive INTERPHONE de 2008 de 13 pays n’a pas résolu le problème. Des facteurs de style de vie d’une utilisation non-stop du portable pourraient avoir l’influence la plus importante. De même que les migraines et les vertiges rapportés, le tout regroupé sous l’appellation d’"hypersensibilité magnétique", pourrait être dus au fait de porter un objet contre la tête pendant une heure, et non pas à cause des ondes qui pénétreraient.

Fausse alerte

Des personnes ont fait remarquer qu’il y avait une disparition des abeilles et que cela constituait une preuve des effets nocifs des rayonnements des téléphones portables. Pourtant, cette fausse alarme ne reposait que sur une petite étude qui n’avait rien à voir avec le problème de la disparition des colonies. Il n’y avait aucune corrélation géographique entre l’utilisation des portables et le déclin des populations d’abeille

Avant l’avènement de l’angoisse des portables, c’était les lignes à haute tension. Le livre de Paul Brodeur, "The Great Power-Line Cover-Up", basé sur des articles qu’il avait écrit pour le journal américain The New Yorker, a alimenté la cancer-mania. Mais comme 95% des caricatures que publie ce journal, ces articles avaient tous tort. Des millions de dollars ont alors été dépensés pour réfuter la controverse. Pourtant, la seule chose à faire était de jeter un œil sur les études épidémiologiques de populations vivantes sous les lignes à haute tension ou à proximité des boitiers électriques.

Des livres vite écrits aux émissions de télévision et de radio, les fausses alarmes à cause de rumeurs non fondées abondent. Europe 1, par son amuseur Fogiel, le 21 janvier 2010 reprenait à son compte des actes de prévention pour les femmes enceintes aussi stupides que tenir son téléphone portable éloigné du ventre de la maman à au moins 1 mètre !

Si on peut encore pardonner ces gens des média leur ignorance crasse du phénomène physique que sont les ondes, les journalistes, quant à eux, devraient se renseigner un minimum auprès d’experts scientifiques sur ce qu’est un rayonnement, ce qui leur éviterait de répéter les truismes les plus plats. Mais un média populaire (comme Europe 1 ou TF1) ne peut faire autrement que de contenter tout le monde, acceptant tous les points de vue et témoignages, sacrifiant la vérité scientifique sur l’autel de l’audimat.

Personne n’échappe aux ondes, personne n’attrape un cancer en étant devant son ordinateur. Mais on peut tout à fait avoir un cancer à cause des rayonnements ultraviolets du soleil (UV). Des millions de gens utilisent un téléphone, et il n’y a pas de pic de cancer du cerveau ni des cervicales. La prudence est une bonne chose, mais la peur irrationnelle n’est pas bonne conseillère.

- Vivre dans les champs électromagnétiques. Pierre Zweiacker.
- Pourquoi avons-nous peur de la technologie ? Daniel Boy.
- Les ondes aujourd’hui. Christian Vauge.


Références et notes :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |