Accueil du site > Nouvelles > Le Feng-shui

Le Feng-shui

Le 17 décembre 2008

Le Feng Shui, qui signifie littéralement "vent" et "eau", est la croyance que tout emplacement possède une force énergétique vitale naturelle, le "qi" (ou chi) et que les immeubles et le mobilier doivent être disposés de telle façon à ce qu’ils soient en parfaite harmonie avec ce "qi". L’histoire du Feng Shui, comme beaucoup de pseudosciences, reste obscure, multiple, mais ses partisans lui dénichent toujours toute une hagiographie pour en justifier l’usage, et surtout ses racines orientales. Le plus intéressant étant notamment les justifications du "qi" et de son existence.

En fait, on peut dire qu’il y a deux formes de Feng-shui, du moins dans sa pratique. La première est celle que la plupart des gens applique, ou pratique, qu’on peut considérer comme un feng-shui "light" et qui énerve les praticiens du "véritable" feng-shui. Celui-ci ne nécessite pas de croire au "qi", ni à tous les autres concepts et croyances qui lui sont associés.

C’est le feng-shui de la presse populaire, de Marie-Claire de Maxi, de M6 ou de TF1, ces magazines aussi creux que les sujets qu’ils traitent. Il s’agit d’une "sagesse" tirée d’un sens commun ( ?) qui pousse ceux qui y croient à disposer leur mobilier dans une pièce pour avoir la santé et la prospérité, à décorer leur bureau et leur salon, à poser une plante verte s’ils désirent réussir dans les affaires ou être en bonne santé.

Ce genre de feng-shui relève souvent plus de la déco. Il n’est pas besoin de sortir de Polytechnique (ni d’avoir fait une formation en feng-shui) pour comprendre que si votre bureau est décoré avec goût, que votre salle d’accueil et salle d’attente sont chaleureuses, confortables et accueillantes, vous ferez probablement meilleure impression sur vos clients ou prospects. Tout propriétaire de restaurant peut attester qu’en plus d’une bonne nourriture, un décor attrayant, des chaises et un espace confortables feront la différence. Si vos affaires tournent bien, vous serez en outre moins stressé et en meilleure santé.

Mais ce n’est pas ça le feng-shui, vous diront les vrais disciples .Le "vrai" feng-shui n’a rien à voir avec la psychologie consumériste ni le sens-commun. Ces croyants vous apprendront que le "vrai" feng-shui constitue un ensemble bien développé et abouti de règles expliquant comment aligner les objets physiques afin qu’ils soient en harmonie avec les lignes de "qi" de la Terre.

Ils déclarent que c’est une "science" en soi. Les praticiens du "véritable" Feng-shui, qui affirment avoir étudié le sujet et appris à manier les outils, seront capables de connaître réellement le moyen optimal pour orienter les immeubles, pour localiser les ouvertures, placer le mobilier et planter le bon arbre ou buisson pour assurer le succès dans les affaires, la fortune, la santé et une carrière éblouissante aux occupants de l’immeuble.

Dans des villes comme Singapour, Hong-Kong ou Taipei, aucun architecte ne commencera à placer un immeuble sans avoir au préalable consulté un "maitre" Feng-shui. Cette mode a traversé les continents pour s’échouer en Occident, où il arrive que des architectes fassent de même, notamment quand des investisseurs chinois sont partie prenante dans l’affaire.

Ces consultants Feng-shui ne sont pas bon marché, de quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’euros la consultation. Ils arrivent armés de leur "bagua", un instrument de mesure donnant au Feng-shui une pseudo validation "scientifique". Les "vrais" bagua, celles que les "maîtres" utilisent, ont un petit compas au milieu (contrairement à ceux des amateurs qui n’ont qu’un petit symbole du yin et du yang au milieu) leur permettant de faire une mesure "précise" de l’alignement de la pièce, de l’immeuble, du jardin avec le "qi" afin de réaliser l’harmonie optimale.

En outre, dans des projets de développement importants (comme celui du gratte-ciel de Taipei à Taiwan) la consultation initiale sur site se fait en grandes pompes avec tout le cérémonial, le "Grand Maître Feng-shui" habillé en robe traditionnelle de la dynastie Qing.

Pourtant, les non initiés pourraient se demander : mais pourquoi toutes ces simagrées ? N’existe-t-il pas un ensemble de règles, ou mieux, des formules toutes faites expliquant comment orienter un immeuble, une pièce ou un jardin pour bien faire ? Sans doute, après tout, ces milliers d’années d’expérience ont-elles permis de réaliser un important manuel fiable que tout architecte ou paysagiste pourrait utiliser sans se tromper ?


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |