Accueil du site > Nouvelles > Le Prince Charles et la science

Le Prince Charles et la science

Le 14 août 2008

Une nouvelle fois le Prince Charles se lâche et donne son avis à propos des OGM. Celui-ci considère que "le développement important des cultures transgéniques risque de provoquer la pire ’catastrophe’ environnementale jamais survenue dans le monde", au Daily Telegraph [1] il déclare que "ce dont nous devrions parler, c’est de sécurité alimentaire et non de production alimentaire, c’est ce qui est important" et enfin qu’ "il ne s’agit pas de revenir en arrière, mais de reconnaître que nous sommes du côté de la nature, pas contre elle. Nous avons travaillé contre la nature depuis trop longtemps".

Le Prince Charles, propriétaire d’une exploitation agricole biologique, n’en est pas à son coup d’essai à propos des OGM dont il est un fervent opposant. Tout comme il n’hésite pas à s’exprimer sur des sujets qu’il est bien loin de maitriser, voire de comprendre, comme la science, la médecine (il est aussi un fervent adepte des thérapies alternatives) ou la biologie (cf. ci-dessous).

Bien heureusement, et même si en tant que personnage public, et héritier de la couronne d’Angleterre, ses propos sont repris dans le monde entier par tous les médias, être Prince ne lui confère pour autant aucune expertise dans les domaines sur lesquels il s’exprime. Bien entendu, opposants des OGM et partisans des pseudo-médecines n’hésiteront pas à se servir de ses prises de position comme argument d’autorité. Même si celui-ci n’a strictement aucune légitimité.

Ses attaques à propos des expériences OGM, qui, par définition, sont réalisées dans le but de parfaire notre connaissance sur le sujet, exposent au grand jour son ignorance sur le sujet. A ce jour il n’existe aucun début de preuve montrant qu’il existe un risque sanitaire venant des OGM. Même la Commission Européenne, qui opère pourtant sous couvert du sacro-saint principe de précaution, n’en a trouvé aucun. En 2001 elle a publié un résumé de 81 études scientifiques dirigées sur une période de 15 ans. Aucune n’a trouvé de preuve d’une quelconque nocivité pour l’être humain ni l’environnement. La même conclusion a été publiée par des scientifiques ayant examiné le sujet que ce soit en France, aux USA, en Chine, au Mexique, en Inde ou au Brésil. Le Prince Charles semble donc être le seul (avec Bové sans doute) à ne lire que des études différentes.

Si le Prince Charles décrie ainsi toute expérience OGM, gageons qu’il ne s’opposera pas à l’utilisation de l’insuline pour les diabétiques, produit synthétique fabriqué à partir de manipulations génétiques sur les mêmes principes que les OGM. S’il veut rester cohérent avec ses propos, donner de l’insuline à un diabétique n’est pas plus "naturel" que sa fabrication. Faut-il donc, au nom de mère "Nature", laisser mourir tous les diabétiques de la terre ?

Voici quelques déclarations du Prince Charles sur différents sujets, montrant la légèreté, l’ignorance et toute l’irrationalité de ses opinions :

Sur l’agriculture  :

"Nous devons nous rappeler l’importance sous-jacente de la conscience de l’oeuvre de la Nature, du rythme des saisons, de la santé du sol, les récoltes et du bien-être du bétail. Nous négligeons l’équilibre délicat de la communauté rurale et le besoin d’une harmonie avec le travail de la Nature, à nos périls. (Avril 2001, Province du Saskatchewan, Canada)"

Sur les OGM  :

"Ce genre de modifications génétiques fait entrer l’humanité dans un domaine qui appartient à Dieu, et à Dieu seul. Hormis certaines applications bénéfiques et médicales, avons-nous le droit de faire des expériences avec, ou de commercialiser, des morceaux de la vie ? Nous vivons dans une époque de droits, il me semble qu’il est temps que notre Créateur ait aussi quelques droits." (Juin 1998, Daily Telegraph)

Sur la science et la nature  :

"La Science a essayé de prendre un monopole, une tyrannie même, sur notre connaissance. La Religion et la Science se sont séparées, avec comme résultat, comme le disait le poète William Wordsworth, ’que nous ne nous reconnaissons plus dans la Nature’. La science a tenté de prendre la place de Dieu sur le monde naturel, avec comme résultat qu’elle a fragmenté le cosmos et relégué le sacré dans un compartiment séparé et secondaire de notre connaissance, divorcé de notre existence pratique au jour le jour. Nous commençons seulement, maintenant, à jauger les désastreux résultats de cet conception." (Décembre 1996, Séminaire du Parc Wilton)

"L’idée selon laquelle il existe une confiance sacrée entre le genre humain et notre Créateur, sous l’autorité duquel nous acceptons une mission d’intendance sur la Terre, a été un élément important de la plupart des religions et de la pensée spirituelle à travers les âges. Ce n’est que très récemment que ce principe conducteur a été étouffé par les principes impénétrables du rationalisme scientifique. Une partie du problème vient de ce l’approche prévalente cherche à réduire le monde naturel, y compris nous-mêmes, à rien d’autre qu’un processus mécanique. Par-dessus tout, nous devrions montrer un plus grand respect pour le génial modèle de la nature, rigoureusement testé et affiné sur des millions d’années." (mai 2000, lecture Reith)

Sur les thérapies alternatives  :

"L’imposant édifice de la médecine moderne dans son entier, avec toutes ses réussites vertigineuses, est, comme la Tour de Pise : bancal. Il est effrayant de voir comment nous devenons dépendants des médicaments, et combien il est facile pour ses médecins de les prescrire tels une panacée universelle pour nos maladies." (Décembre 1982, British Medical Association)

Le Prince a exaspéré les professionnels de la santé en leur recommandant un traitement controversé contre le cancer associant chimiothérapie et d’autres méthodes à base de lavements de café et de 13 jus de fruits par jour, ainsi que des injections de vitamines hebdomadaires :

"Je connais une patiente, à qui on avait dit qu’elle était en phase terminale d’un cancer et qu’elle ne survivrait pas à la chimiothérapie, qui s’est tournée vers la thérapie de Gerson. Heureusement, sept ans plus tard, elle est toujours en vie et en bonne santé. Il est donc vital que, plutôt que de rejeter de telles expériences, nous étudions plus profondément la nature bénéfique de ces traitements." (Juin 2004, Collège Royal des Obstétriciens et des Gynécologues).

Sur les plantes  :

Le Prince Charles s’est ridiculisé après avoir révélé, lors d’une interview télévisuelle de 1986, qu’il parlait régulièrement à ses plantes, il avait ajouté : "Je trouve qu’elles répondent."

- Les OGM, l’environnement et la santé. Marcel Kuntz.
- Crimes contre la logique. Comment ne pas être dupe des beaux-parleurs. Jamie Whyte.


Références et notes :

[1] GM crops a disaster - Prince Charles 13 aout 2008 - http://www.news.com.au/dailytelegraph/story/0,22049,24175428-5006506,00.html

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |