Accueil du site > Suppléments > Le cartilage de requin

Le cartilage de requin

Le 31 mars 2009

Cartilage provenant de l’aileron du requin-marteau (Sphyrna lewini) et de l’aiguillat commun (Squalus acanthias). Ses constituants principaux sont la sphyrastatine 1 et 2 (glycoprotéines). Il est utilisé pour lutter contre le cancer ou l’arthrite.

Les concepts

A partir de la légende selon laquelle les requins n’auraient jamais de cancer, il a été postulé que le cartilage de requin pouvait avoir des propriétés anticancéreuses chez les êtres humains. Grâce à beaucoup de publicité et un marketing rondement mené, le cartilage de requin est devenu un complément alimentaire populaire dans les années 1990. Le débat pour savoir si le cartilage de requin apporte de réels bénéfices à la santé s’est développé dans une controverse toujours d’actualité, parfois même passionnée [1], [2], [3].

Action pharmacologique

Des effets antiangiogènes (qui bloquent l’alimentation des tumeurs en nutriments essentiels) ont été documentés dans des modèles de tests, et constituent les mécanismes d’action postulés. Cependant, il semble discutable que cela s’applique à une administration orale chez les humains parce que des macromolécules comme les sphyrastatines ne sont habituellement pas absorbées en quantités suffisantes par le tube digestif.

Les preuves cliniques

Les premiers comptes-rendus disant que le cartilage de requins guérissait du cancer, prolongeait la vie des patients ou améliorait leur qualité de vie, reposaient sur des anecdotes ou des études non contrôlées [4]. Une telle étude a rapporté que 10 patients sur 20 avaient vécus une réponse partielle ou complète après 8 semaines de thérapie avec le cartilage de requin [5]. Une étude contrôlée randomisée n’a pas trouvé de différence dans l’espérance de vie ou la qualité de vie entre des patients recevant des soins standards plus du cartilage de requin et d’autres recevant des soins standards et un placébo [6].

Aucune étude rigoureuse pour d’autres indications n’existe. Le débat perdure sur la biodisponibilité des grosses glycoprotéines du cartilage de requin pris oralement. Une société canadienne a développé, et mis sur le marché, une fraction purifiée de cartilage de requin qui a des propriétés antiangiogènes plus fortes. Elle a donné des résultats prometteurs dans le carcinome rénal réfractaire [7] et a obtenu le statut de médicament par la FDA. Mais en tant que produit purifié, celui-ci ne tombe plus dans la catégorie des compléments alimentaires dits "naturels".

Les vendeurs de cartilage recommandent, selon la qualité du complément alimentaire qui varie énormément d’un produit vendu à l’autre, entre 500 et 4500 mg par jour en plusieurs doses. Des effets secondaires sont connus comme l’hépatite, des altérations du gout, nausées, dyspepsie, constipation, hypotension, vertiges, hyperglycémie, hypercalcémie, altération de la conscience, œdème périphérique, baisse de la force, érythème, fatigue générale [8].

Conclusion

Selon les éléments de preuve les plus dignes de confiance à ce jour, le cartilage de requin n’est pas un traitement efficace contre le cancer. Des problèmes sérieux de sécurité ont été plusieurs fois rapportés [9], [10]. Pour toutes les autres indications supposées, il y a une totale absence de données cliniques valables. Son utilisation devrait même être déconseillée tant que des données contraires n’auront pas été publiées.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Les charlatans de la santé, Jean-Marie ABGRALL.


| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |