Accueil du site > Le Guide Alternatif > Le glas de la chiropraxie

Le glas de la chiropraxie

Le 14 décembre 2009

Un article, écrit par 4 chiropracteurs et publié le 2 décembre 2009 dans le journal Chiropractic and Osteopathy [1] pourrait avoir sonné le glas de la chiropraxie.

La subluxation chiropratique est à la base de la théorie chiropratique. Une véritable subluxation est une dislocation partielle : les chiropracteurs croient en général que les os sont sorti de leur emplacement. Quand les rayons-X ont démontré que ce n’était pas le cas, ils ont été obligés de redéfinir la subluxation chiropratique comme étant un "ensemble de modifications articulaires fonctionnelles et/ou structurelles, et/ou pathologiques qui compromettent l’intégrité neurale, et pourraient influencer les fonctions du système organique et la santé générale." Pourtant, la plupart des chiropracteurs disent toujours à leurs patients que leur colonne vertébrale est sortie de son alignement et qu’ils vont s’occuper de la remettre en place. Les premiers chiropracteurs croyaient que 100% des maladies étaient causées par la subluxation. De nos jours, la plupart des chiropracteurs affirment toujours que les subluxations causent des perturbations du système nerveux, causant maladie et une mauvaise santé.

Quelles sont les preuves ? Depuis 114 années qu’est née la chiropraxie (ou chiropratique), l’existence des subluxations chiropratiques n’a jamais été objectivement démontrée. Elles n’ont jamais montré causer des perturbations du système nerveux. Elles n’ont jamais montré causer les maladies. Les critiques de la chiropraxie font le même constat depuis des décennies, mais maintenant les chiropracteurs eux-mêmes en sont venus à la même conclusion.

Dans "An epidemiological examination of the subluxation construct using Hill’s criteria of causation" (Examen épidémiologique du concept de subluxation en utilisant les critères de causalité de Hill), Timothy Mirtz, Lon Morgan, Lawrence H. Wyatt, et Leon Greene ont analysé la littérature scientifique de la chiropratique à la lumière des critères de Hill, qui est le modèle le plus utilisé pour évaluer si une cause suspecte est une cause réelle. Ils ont cherché à savoir si les preuves montraient que les subluxations chiropratiques causaient des perturbations du système nerveux et si elles étaient causes de maladies. Les preuves ont échoué à prouver ne serait-ce qu’un seul des critères de causalité de Hill. Ils concluent :

Il y a un manque de preuve significatif dans la littérature pour satisfaire aux critères de causalité de Hill en ce qui concerne la subluxation chiropratique. Aucune preuve n’a été trouvée associant la subluxation chiropratique au processus de la maladie, ou créant des conditions délétères à la santé exigeant une intervention. Sans tenir compte de l’appel à la popularité, ceci laisse le concept de subluxation au royaume de la spéculation pure. Ce manque de preuve suggère que le concept de subluxation n’a aucune application clinique valide.

Alors que certains chiropracteurs ont rejeté le paradigme de la subluxation, il est encore soutenu par les grandes organisations et écoles chiropratiques, et est considéré comme étant essentiel pour la grande majorité des chiropracteurs pratiquants. Dans deux études, 98% des chiropracteurs croient que "la plupart" ou "beaucoup" de maladies sont causées par un mauvais alignement de la colonne vertébrale, et plus de 75% des chiropracteurs croient que la subluxation est un facteur contributif significatif de 50% ou plus des problèmes d’ordre viscéraux (comme l’asthme ou les coliques), idée improbable qui n’est soutenue par aucune preuve.

Quand les chiropracteurs utilisent la thérapie de la manipulation de la colonne vertébrale pour soulager les maux de dos mécaniques, ils utilisent une méthode basée sur des preuves aussi utilisée par les kinésithérapeutes, les ostéopathes et d’autres. Mais quand ils font des "ajustements chiropratiques" pour corriger une "subluxation" pour d’autres conditions, spécialement pour des conditions non musculo-squelettiques ou pour "rester en bonne santé", ils utilisent un système de croyance non scientifique qui n’est pas viable.

Comme les auteurs de l’article l’indiquent, le concept de subluxation doit disparaître. Et sans la subluxation, les fondements entiers de la chiropraxie s’effondrent, laissant les chiropracteurs sans place justifiable dans le système de santé moderne, excepté comme concurrents des kinésithérapeutes en fournissant des traitements de certaines conditions musculo-squelettiques.

L’absence de publicité autour de cet article est stupéfiante. L’étude n’a même pas été citée par les médias. Où sont les journalistes amateurs de scoop qui exagèrent habituellement les informations avec leurs gros titres provocateurs ? Celui-ci pourrait d’ailleurs s’intituler : "Avis de décès de la chiropraxie", "Les chiropracteurs reconnaissent avoir été trompés par de fausses croyances", etc. Tant des chiropracteurs qui démolissent les fondements de leurs pratiques devraient faire les gros titres.

- Médecines alternatives : le guide critique. Collectif.
- Trick or Treatment ? : Alternative Medicine on Trial. Simon Singh, Edzard Ernst.


Références et notes :

[1] An epidemiological examination of the subluxation construct using Hill’s criteria of causation. Chiropractic and Osteopathy 2009, 17:13

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2016 - Charlatans.info |