Accueil du site > Science > Le meilleur conseiller en bourse est le hasard

Le meilleur conseiller en bourse est le hasard

Le 24 avril 2013

Des chercheurs ont utilisé un ordinateur pour simuler le comportement d’investissement en titres boursier tel que le ferait un singe, et ils ont trouvé que les "singes" faisaient mieux que l’indice traditionnel de capitalisation du marché [1].

Les chercheurs de la Cass Business School ont évalué des approches alternatives pour déterminer le poids constitutif des indices boursiers et ont découvert qu’un choix aléatoire de titres pondérés (le type d’investissement "portefeuille du singe" comme ils l’appellent) produit souvent une performance supérieure à celle d’une exposition passive comme celle d’un indice de capitalisation boursier.

Le groupe de la Cass Business School a créé des fonds d’investissement "singes" à 10 millions de reprises, en programmant un ordinateur pour qu’il choisisse au hasard 1000 actions à chaque fois. En utilisant les données mensuelles du marché Américain depuis 1968 jusqu’à 2011, soit sur 43 ans, ils ont trouvé que presque tous les gestionnaires "singes" ont fait beaucoup mieux que les indices pondérés du marché, où le pourcentage d’actions dans un indice est pondéré selon la taille de la société cotée.

Le Professeur Andrew Clare, co-auteur de l’étude, déclare : "presque chacun des fonds d’investissement de type singe a dépassé la performance de l’indice de référence du marché. Peut-être devrions-nous plutôt comparer nos gestionnaires de fonds aux singes plutôt qu’aux indices pondérés".

Cependant, avant de renvoyer votre gestionnaire de fonds pour le remplacer par un chimpanzé, l’étude a aussi découvert que certains indices alternatifs surperformeront les fonds des gestionnaires singes. Ces indices alternatifs donnaient de meilleures performances, ajustées sur le risque, qu’un simple indice boursier pondéré. Ces derniers étaient pondérés selon les ventes annuelles des entreprises et battaient les gestionnaires de fonds de type "singes" 99% du temps. L’étude avait d’ailleurs pour objectif d’évaluer les fonds d’investissement passifs qui ne cherchent qu’à refléter un indice boursier à ces indices alternatifs.


Références et notes :

[1] An evaluation of alternative equity indices. Andrew Clare, Nick Motson, Steve Thomas – Cass Business School.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2016 - Charlatans.info |