Accueil du site > Coup de gueule > Les animaux de la Bible

Les animaux de la Bible

Le 21 décembre 2011

Pas d’ornithorynques, ni d’ours polaires et encore moins de casoars dans la Bible ?

La Bible est sans doute le livre le plus vendu dans l’histoire de l’humanité. Pour des millions de gens à travers le monde, ses origines sont considérées comme divines, ou d’inspiration divine.

Pour de nombreux intellectuels qui ne sont pas croyants (comme Michel Onfray, Victor Stenger, Richard Dawkins ou encore Christopher Hitchens) et qui se font l’écho des millions d’athées dans le monde, la Bible n’est qu’un recueil de récits narratifs, qui vaut certainement la peine d’être étudiée, mais sans pour autant lui donner d’aura divine, comme livre "historique" ou de propagande religieuse et nationaliste.

Ainsi, la question qui séparera toujours les deux camps, croyants et athées, est : est-ce que la Bible est d’origine divine ou s’agit-il d’une création humaine représentative d’une (ou des) époque donnée, et d’une (ou des) région précise donnée ? Comme l’indiquent d’ailleurs les nombreux éléments narratifs temporels et géographiques qui la composent.

Il y a plusieurs manières de prendre en main cette question existentielle. Dont l’une qui est celle d’explorer les types d’animaux mentionnés dans la bible, et de voir si cette information pouvait mettre un peu de lumière en la matière. Les estimations donnent un nombre total d’espèces mentionnées dans la Bible à 120 environ. Une rapide lecture de ces espèces nous conduit au fait incontournable qu’il s’agissait toujours d’espèces autochtones à la région objet de la narration.

En d’autres termes, la Bible ne mentionne pas d’animaux d’autres régions du monde, ni d’animaux qui ont disparu. Pour être plus concret, la Bible ne mentionne pas d’animaux contemporains comme l’ornithorynque (Australie), la harpie géante (Venezuela), le dauphin de la rivière Amazone (Amérique du Sud) ou le léopard de mer (Antarctique). Elle ne mentionne pas non plus les animaux qui ont disparu comme le Tyrannosaurus rex ou le Diplodocus.

On pourrait répondre en argumentant qu’étant donné qu’il a existé pas loin d’un milliard d’espèces, il serait difficilement faisable (sinon impossible) de mentionner toutes les espèces vivantes et disparues dans un texte (quand bien même il serait de nature divine). C’est vrai. Cependant, on pourrait penser que quelques références animales qui iraient au-delà de la myopie géographique et temporelle de l’âge du bronze, de la Mésopotamie Ancienne ou du Proche Orient seraient des indicateurs de valeur dans une démonstration sur les origines divines de la bible.

En réalisant l’existence de cette importante énigme, de nombreux croyants ont pensé à réinterpréter des mots spécifiques de la Bible dans l’espoir de démontrer que "dinosaure" était bien mentionné (ainsi "Béhémoth" serait interprété comme "diplodocus" !). Inutile de dire que la viabilité de ces analyses laisse plus qu’à désirer.

- Invraisemblances et contradictions dans la Bible. Gerald Messadié.
- Le monde de la Bible. Collectif.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |