Accueil du site > Le Guide Alternatif > Les électrosensibles sont-ils réellement sensibles aux ondes radio (...)

Les électrosensibles sont-ils réellement sensibles aux ondes radio ?

Le 24 septembre 2011

Depuis quelques années des actions juridiques contre l’installation d’antennes relais se multiplient avec plus ou moins de succès. Certaines personnes, notamment aux Outre-Atlantique, déménagent pour aller vivre dans des lieux du pays qui sont exemptes de toute émission radio. Ces individus déclarent souffrir de ce qu’ils nomment une "hypersensibilité électromagnétique" ou "électrosensibilité", une condition qui résulterait de leur exposition aux champs de rayonnement électromagnétique émis par les antennes relais, les téléphones portables ou encore les antennes wifi.

Le témoignage typique des symptômes associés à ce genre de souffrance est des yeux qui deviennent rouges, des migraines, la vision qui se trouble, des picotements sur tout le corps et des douleurs dans la poitrine avec parfois du mal à respirer, etc. D’autres choisissent de s’isoler totalement des rayonnements électromagnétiques en s’enfermant dans une sorte de cage de Faraday, grâce à des équipements et/ou panneaux d’isolation plus ou moins efficaces.

Bien que vous puissiez ne ressentir aucun de ces effets, malgré les 5 milliards de téléphones portables en circulation dans le monde, vous pourriez vous demander si ces individus sont les victimes d’une nouvelle épidémie. Bien que les rayonnements des appareils sans fil soient bien en deçà des seuils imposés par les autorités de la santé, qu’est-ce qui peut réellement causer cette "électrosensibilité" ?

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, qui a tenu conférence pour évaluer l’hypersensibilité magnétique en 2004, les symptômes de l’électrosensibilité, qui comprennent des rougeurs, des picotements et des sensations de brûlure, tout comme de la fatigue, des vertiges, des nausées, des palpitations et des troubles de la digestion, sont réels et peuvent être très sévères. Cela dit, les scientifiques de l’OMS ne croient pas que cet ensemble de symptômes soit réellement causé par les champs électromagnétiques : "l’électrosensibilité peut être un problème invalidant pour les individus affectés (...) mais il n’y a aucune base scientifique reliant les symptômes de l’électrosensibilité à l’exposition des champs électromagnétiques" déclare l’OMS.

La grande majorité des études cliniques réalisées pour prouver l’électrosensibilité ont trouvé que ceux qui en souffrent étaient incapables de distinguer entre une véritable exposition et une exposition simulée aux champs électromagnétiques. Les deux leur causaient des douleurs identiques. Dans une méta-analyse de 2010 qui a rassemblé les résultats des études passées, James Rubin, psychologue aux King’s College de Londres et ses collègues, ont conclu que toutes les études qui avaient trouvé que les patients souffrant d’électrosensibilité pouvaient distinguer entre des champs électromagnétiques réels ou simulés étaient défectueuses : soit elles utilisaient des méthodologies bancales, soit leurs résultats ne pouvaient pas être reproduits par d’autres études identiques.

Bref, Rubin et ses collègues étaient "incapables de trouver une preuve solide pour supporter l’existence de l’hypersensibilité électromagnétique en tant qu’entité biologique."

Alors qu’est-ce qui cause les symptômes de l’électrosensibilité ? "Il s’agit probablement de différentes choses chez différentes personnes" dit Rubin. Pour certains il est possible qu’ils aient d’autres pathologies plus conventionnelles qui n’ont pas été décelées. Il faut que ces personnes parlent de leurs symptômes à leur médecin avant de conclure et de se convaincre que cela vient des rayonnements électromagnétiques.

Pour les autres, l’effet nocebo peut être important. C’est le contraire du bien connu effet placebo. Fondamentalement, le fait de s’attendre à ce que quelque-chose vous rende malade ou indisposé peut provoquer comme une sorte de prophétie qui s’auto-réalise.

L’OMS ajoute que la condition pourrait provenir de facteurs environnementaux qui ne sont pas directement reliés aux champs électromagnétiques, qui sont associés à l’électronique et à la technologie moderne en général : les exemples pourraient comprendre les scintillements des lampes fluorescentes, les éblouissements et autres problèmes visuels des affichages visuels, et une mauvaise ergonomie de postes de travail informatique. D’autres facteurs qui pourraient jouer un rôle comprennent une mauvaise qualité de l’air intérieur ou le stress sur le lieu de travail ou l’environnement où l’on vit.

Les épidémiologistes ne savent pas véritablement combien de personnes en souffrent. Différentes études utilisent différentes façons de faire une évaluation à différente époque et en différent pays. Les estimations vont de très peu de cas jusqu’à environ 15% de la population, cela dépendant à qui vous posez la question.

- Champs électromagnétiques, environnement et santé. Anne Perrin, Martine Souques.
- Vivre dans les champs électromagnétiques. Pierre Zweiacker.


Références et notes :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2018 - Charlatans.info |