Accueil du site > Nouvelles > Les facultés métapsychiques aux abonnés absents

Les facultés métapsychiques aux abonnés absents

Le 15 mars 2012

Mauvaise nouvelle pour les adeptes de la télépathie, de la clairvoyance ou pour les prétendus médiums et autres voyants : une étude n’a pas réussi à trouver de preuves que les aptitudes métapsychiques sont une réalité.

Les sceptiques vont certainement sourire en considérant ces résultats comme allant de soi et qu’ils ne constituent pas une grande nouvelle, mais cette recherche est importante parce qu’elle réfute une étude publiée dans un journal en 2011 qui affirmait avoir trouvé des éléments de preuve de l’existence de la clairvoyance.

L’étude dont il s’agissait, dirigée par Daryl Bem de l’Université Cornell, avait provoqué un tollé dans la communauté psychologique quand le Journal of Personality and Social Psychology avait annoncé que l’article avait été accepté à la publication [1]. Les psychologues se sont immédiatement penchés sur les statistiques et les méthodes de Bem, trouvant les raisons pour lesquelles il en était arrivé à ces incroyables résultats [2].

Mais l’élément clé d’une étude scientifique solide est sa reproductibilité. Si aucune autre recherche n’est en mesure de reproduire un résultat particulier, il est peu probable que ses résultats soient valables. C’est pourquoi le psychologue Stuart Ritchie de l’Université d’Edinbourg et ses collègues ont décidé de reproduire à l’identique les expériences de Bem, pour voir s’ils trouvaient des preuves de l’existence de pouvoirs de clairvoyance.

Causalité

Les chercheurs ont choisi le plus solide des huit résultats positifs que Bem avait publiés à l’origine. Dans son expérience, les participants de Bem semblaient inverser la séquence cause-effet habituelle du temps. Les sujets regardaient une liste de 48 mots qui étaient affichés sur un écran d’ordinateur, puis ils devaient réaliser un test de mémorisation dans lequel on leur demandait de taper le maximum de mots dont ils se rappelaient.

Ensuite, un échantillon aléatoire de 24 des 48 mots précédents était de nouveau présenté. Les pratiquants faisaient des exercices avec ces mots, et l’expérience prenait fin. En analysant les résultats du test de mémoire, Bem et ses collègues ont trouvé que les étudiants étaient plus susceptibles, dans la première expérience, de se souvenir des mots qu’ils allaient voir de nouveau que des mots qui n’étaient pas sur la liste de l’exercice précédent, comme s’ils pouvaient voir le futur.

"C’est presque comme si vous révisiez pour un examen, que vous faites l’examen que vous réviserez de nouveau plus tard après l’avoir passé, et que vous obteniez une meilleure note grâce à cela" dit Ritchie. "Ainsi, vous pouvez comprendre pourquoi nous étions forts surpris."

Bem a encouragé la réplication de ses résultats, et il a mis en ligne le programme informatique qu’il avait utilisé dans son expérience pour que les autres chercheurs puissent y avoir accès. Ritchie, Richard Wiseman et Christopher French ont tous trois refait l’expérience séparément dans leurs Universités respectives avec chacun 50 participants [3].

Les résultats étaient clairs. "Nous n’avons rien trouvé" dit Ritchie. En d’autres termes, le fait de voir les mots après avoir réalisé un test avec ces mêmes mots n’a pas amélioré les scores des participants. Ritchie déclare que lui et les autres chercheurs ne savent pas avec certitude pourquoi leur version de l’expérience de Bem a fonctionné différemment.

"Il se peut que les statistiques soient le point faible. Les faux positifs sont fréquents dans ce domaine" dit le chercheur. Malgré tout, celui-ci ajoute, prudent, qu’il serait prématuré de conclure quoi que ce soit sur la reproductibilité de son expérience. Il faut plusieurs réplications pour définitivement réfuter une étude.

Bem, quant à lui, suggère qu’étant donne que Ritchie, Wiseman et French sont sceptiques à propos des aptitudes parapsychologiques, ils pourraient avoir influencé leurs participants à ne pas afficher leur clairvoyance. Pourtant, la méthodologie de l’étude, reposant sur l’informatique, est supposée permettre d’empêcher les chercheurs de tromper leurs participants. Enfin, on peut en dire tout autant de Bem qui, en tant que psychologue favorable aux pouvoirs paranormaux, peut avoir influencé ses participants ou leurs résultats en ce sens.

Bem précise que cela ne signifie pas pour autant que les phénomènes métapsychiques sont invérifiables par des enquêteurs indépendants, mais que nous devons considérer l’expérimentateur comme une variable dans les expériences, qui devrait être inclus dans la méthodologie de l’étude.

La publication des reproductions

Wiseman a un enregistrement des tentatives de reproduire les travaux de Bem, et a prévu d’analyser toutes les données ensembles, dit Ritchie. L’un des gros problèmes est la réticence des journaux à publier les études qui ont des résultats négatifs, surtout si celles-ci sont des reproductions.

En parapsychologie, il y a une forte tendance à accepter toute réplication positive des expériences, mais de refuser les échecs si les procédures suivies n’ont pas été exactement dupliquées. Quand Ritchie et ses collègues ont soumis leur article au Journal de Personality and Social Psychology, le journal qui avait publié l’article original des travaux de Bem, il leur a été répondu que le journal ne publiait pas de réplications !

Il y a un vrai problème avec le fait de trouver des résultats surprenants, et de ne pas être intéressé par la publication des reproductions de ces études. Mais cet épisode a au moins été l’occasion de créer un débat sur la façon dont travaillent les scientifiques, et dont les journaux sélectionnent les articles qu’ils publient. Cela est déjà en soi très utile.

- Petites expériences extra-sensorielles - Télépathie, voyance, hypnose... : Télépathie, voyance, hypnose... Le paranormal à l’épreuve de la science. Richard Wiseman.
- Parapsychologie : science ou magie ? James Alcock.


Références et notes :

[1] Feeling the future : Experimental evidence for anomalous retroactive influences on cognition and affect. Bem Daryl J. Journal of Personality and Social Psychology, Vol 100(3), Mar 2011, 407-425.

[2] Quand le futur influence le présent, la prémonition démontrée scientifiquement. Psybox.

[3] Failing the Future : Three Unsuccessful Attempts to Replicate Bem’s ’Retroactive Facilitation of Recall’ Effect. Stuart Ritchie, Richard Wiseman, Christopher French, PLoS One.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |