Accueil du site > Le Guide Alternatif > Les gels nasaux au zinc associés à une perte de l’odorat

Les gels nasaux au zinc associés à une perte de l’odorat

Le 22 juillet 2010

Une évaluation sur 25 patients, et une revue de comptes-rendus cliniques, biologiques et de données expérimentales, publiées dans les Archives of Otolaryngology-Head & Neck Surgery [1] suggèrent que les thérapies nasales homéopathiques au zinc pourraient être associées à une réduction du sens de l’odorat.

"Le gluconate de zinc intranasal est une thérapie alternative populaire qui est utilisée dans le traitement ou la prévention des rhumes" écrivent les auteurs. "L’efficacité de cette intervention est douteuse, car une récente revue a démontré qu’il n’y avait pas de preuve supportant l’efficacité thérapeutique du zinc. Des études randomisées, en double-aveugle et contre placébo ont découvert que le zinc intranasal n’était pas efficace pour empêcher ou réduire la durée d’un rhume."

En plus de son efficacité douteuse, il y a un corps de preuve croissant qui indique que la thérapie au zinc intranasal pourrait être associée à une réduction potentiellement permanente de l’odorat (hyposomnie), ou une perte de l’odorat (anosmie), notent les auteurs. Les scientifiques ont appliqué le "critère de Bradford Hill", une approche pour évaluer si une exposition environnementale est susceptible de causer une maladie, à la thérapie au zinc gluconate intranasal et au dysfonctionnement olfactif en utilisant la littérature médicale publiée et évaluée, et des comptes-rendus sur 25 patients traités dans une clinique spécialisée dans les problèmes nasaux.

Chacun des neuf critères de Bradford Hill - la force de l’association, la consistance, la spécificité, la temporalité ou le temps, le gradient biologique (dose-réponse), la plausibilité biologique, la cohérence biologique, la preuve expérimentale et l’analogie – a été évalué et confirme l’hypothèse que le zinc nasal pourrait être une cause d’anosmie.

Par exemple, en termes de temporalité, les patients affectés ont rapporté avoir vécu une sensation de brulure immédiatement après avoir utilisé la médication au zinc, puis ont rapporté une perte de leur odorat allant de quelques minutes à des heures.

Au regard de la cohérence – le principe selon lequel les interprétations de cause à effet des données n’entrent pas en conflit avec ce qui est connu de la maladie – les auteurs notent que dans plusieurs causes, aucune autre intervention n’a été utilisée. "En considérant ces individus qui utilisent du zinc intranasal quand ils étaient en bonne santé, et qui n’avaient aucune autre raison de devenir anosmique" écrivent les auteurs. Dans plusieurs cas, "la seule intervention a été le zinc dans le nez. La diagnostic différentiel ne révèle pas de cause alternative ; de ce fait, l’explication probable pour cette perte d’odorat est une blessure chimique due à l’utilisation du zinc intranasal."

Finalement, quand on évoque l’analogie, les auteurs notent que d’autres composés comme l’ammoniaque et le chlore, ont montré causer l’anosmie.

Etant donné leurs résultats suggérant que mettre du zinc dans les narines pouvait causer une anosmie, les auteurs recommandent que les traitements homéopathiques soient davantage surveillés, et notamment la sécurité de ce genre de remèdes populaires.

- La vraie nature de l’homéopathie. Thomas Sandoz.
- Tempête sur l’homéopathie, Elie Arié et al.


Références et notes :

[1] Terence M. Davidson ; Wendy M. Smith. The Bradford Hill Criteria and Zinc-Induced Anosmia : A Causality Analysis. Arch Otolaryngol Head Neck Surg, 2010 ; 136 (7) : 673-676

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |