Accueil du site > Psychologie > Les jeux vidéo ne stimulent pas les capacités cognitives

Les jeux vidéo ne stimulent pas les capacités cognitives

Le 17 septembre 2011

Ce serait formidable si toutes ces heures passées par nos enfants devant leur Playstation, Xbox ou Nintendo pouvaient réellement résulter en quelque-chose de tangible ! De meilleurs élèves, plus de diplômes, une meilleure concentration, des aptitudes renforcées…

Ces dernières années, de nombreuses études et de comptes-rendus médiatiques ont laissé entendre que les jeux vidéo d’action, tels que Medal of Honor ou Unreal Tournament, amélioraient tout un ensemble d’aptitudes de la perception et des capacités cognitives. Mais un article publié dans le journal Frontiers in Psychology [1] réévalue de façon critique ces affirmations.

Walter Boot, doctorant en psychologie de l’Université de l’Illinois et ses collègues, exposent ce qu’ils pensent être un argument persuasif selon lequel la grande majorité des travaux réalisés ces dernières années visant à démontrer les bénéfices des jeux vidéo est fondamentalement imparfaite.

"Malgré tout ce battage médiatique, il y a en réalité très peu de preuves solides démontrant que les jeux améliorent les capacités cognitives" dit-il.

Les auteurs donnent le cas d’un certain nombre d’études influentes supportant les capacités supérieures des joueurs de jeux d’action qui souffrent de plusieurs défauts méthodologiques. Plusieurs de ces études comparaient les aptitudes cognitives des joueurs réguliers aux non-joueurs et ont découvert que les joueurs étaient supérieurs.

Cependant, Boot et ses co-auteurs font remarquer que cela ne signifie pas nécessairement que leur expérience de jeu était la cause des meilleures aptitudes perceptuelles et cognitives. Il se pourrait que les individus qui ont les aptitudes exigées pour être de bons joueurs soient tout simplement ceux qui jouent le plus.

Les scientifiques qui cherchent des différences de capacités cognitives entre les joueurs experts et novices recrutent souvent des participants pour leur recherche en faisant circuler des annonces dans les campus étudiants, disant qu’ils cherchent des "experts" en jeux vidéo. Ce seul mot, dit le chercheur, "laisse croire aux participants que les chercheurs attendent d’eux d’être en compétition pour réaliser des tests cognitifs souvent ludiques."

Les comptes-rendus médiatiques sur les aptitudes supérieures des joueurs augmentent la conscience des joueurs sur ces attentes. Même les études dans lesquelles les non-joueurs sont entrainés à jouer à des jeux vidéo d’action ont leurs propres problèmes, souvent sous la forme de groupes de contrôles médiocres, selon Boot.

Boot, qui a grandi en jouant aux jeux vidéo, déclare qu’il était d’abord excité à propos de la recherche qui affirmait que le fait de jouer à des jeux vidéo d’action pouvait augmenter les mesures de base de l’attention. Lui et son équipe de chercheurs ont réalisé leur propre étude sur le sujet pour déterminer quelles autres aptitudes pouvaient être améliorées en jouant aux jeux vidéo, mais ils ont été incapables de reproduire et de retrouver les bénéfices trouvés dans les études précédentes.

"L’idée selon laquelle les jeux vidéos pouvaient augmenter les capacités cognitives était excitante parce que cela représentait l’un des quelques cas dans lesquels l’entraînement cognitif améliorait des aptitudes qui n’étaient pas directement pratiquées" dit-il. "Mais nous n’avons trouvé aucun bénéfice de l’entraînement de jeux vidéos". Non seulement certaines de ses études n’ont pas réussi à reproduire les résultats précédents, mais aucune étude n’avait été réalisée selon une méthode étalon rigoureuse nécessaire pour les études de ce genre.

En fait, certains problèmes méthodologiques apparaissent encore et encore dans les études que Boot et son collègue ont analysées. Plus important encore qu’identifier les défauts des études précédentes, leur nouvel article souligne une série de bonnes pratiques pour les chercheurs qui veulent des réponses définitives à propos des bénéfices potentiels des jeux vidéo.

Boot et Blakely n’ont pas entièrement rejeté les jeux vidéo comme moyen de stimuler les aptitudes de perception et cognitives ; en fait, ils restent ouverts à cette possibilité. Mais avant qu’ils commencent à recommander les jeux vidéo comme moyen d’intervention pour améliorer la perception et les capacités cognitives chez les enfants, les adultes et les séniors, ils rappellent qu’il faudra davantage de preuves.

"Si les gens jouent aux jeux pour améliorer leurs aptitudes cognitives, ils pourraient perdre leur temps" dit Boot. "Jouez aux jeux vidéos parce que vous les aimez, et non pas parce qu’ils pourraient stimuler la puissance de votre cerveau."


Références et notes :

[1] Do action video games improve perception and cognition ? Walter Boot, Daniel Blakely, Daniel Simons. Front. Psychology 2:226.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |