Accueil du site > Science > Les pesticides biologiques ne sont pas si écologiques que ça

Les pesticides biologiques ne sont pas si écologiques que ça

Le 23 juin 2010

Les consommateurs ne devraient pas croire que parce qu’un produit est biologique, alors son impact sur l’environnement est nul.

Une étude de l’Université de Guelph [1] révèle que certains pesticides biologiques peuvent avoir un impact environnemental plus grand que des pesticides conventionnels, parce que le produit biologique nécessitera des doses plus importantes.

Le professeur de sciences environnementales Rebecca Hallett et le Dr Christine Bahlai ont comparé l’efficacité et l’impact sur l’environnement de pesticides biologiques à ceux qui sont conventionnels, nouvelle génération et synthétiques sur les cultures de soja.

"La demande du consommateur pour les produits biologiques augmente en partie parce qu’il se soucie de l’environnement" dit Hallett. "Mais il est trop simpliste de dire que parce que c’est biologique, alors c’est meilleur pour l’environnement. Les agriculteurs biologiques ont la permission d’utiliser des pesticides qui sont d’origine naturelle, et dans certains cas ces pesticides biologiques peuvent avoir des impacts sur l’environnement plus importants que les pesticides synthétiques, souvent parce qu’ils sont utilisés dans des dosages plus élevés."

L’étude, publiée dans PLoS One, impliquait le test de six pesticides et comparait leur impact sur l’environnement et leur efficacité pour éliminer les pucerons du soja, le principal nuisible des cultures de soja en Amérique du Nord.

Les deux scientifiques ont examiné quatre pesticides synthétiques : deux conventionnels communément utilisés par les producteurs de soja, et deux nouveaux pesticides moins dangereux. Ils ont aussi examiné un pesticide biologique à base d’huile minérale qui étouffe les pucerons, et un autre produit contenant un champignon qui infecte et tue les insectes.

Les chercheurs ont utilisé le quotient d’impact environnemental, une base de données indiquant l’impact des ingrédients actifs basée sur des facteurs comme le taux de filtration dans les sols, le ruissellement, la toxicité d’une exposition sur la peau, le risque pour le consommateur, la toxicité pour les oiseaux et poissons et la durée de l’élément chimique dans le sol et les plantes.

Ils ont aussi réalisé des tests sur le terrain pour voir comment chaque pesticide ciblait les pucerons tout en laissant ses prédateurs, les coccinelles et les punaises, sans dangers.

"Nous avons découvert que le pesticide biologique à l’huile minérale avait le plus d’impact sur l’environnement parce qu’il fonctionne en étouffant les pucerons, et de ce fait demande de grandes quantités en application sur les plantes" dit Hallett.

Comparés aux pesticides synthétiques, les produits à base d’huile minérale et fongiques étaient moins efficaces, car ils tuaient aussi les coccinelles et les punaises, qui sont des régulateurs importants des populations et du développement du puceron.

Ces insectes prédateurs réduisent l’impact environnemental parce qu’ils protègent naturellement les cultures, et réduisent la quantité de pesticides nécessaires, ajoute-t-elle.

"Les produits biologiques étaient moins efficaces que les pesticides nouvelle génération et conventionnels pour ce qui était de tuer les pucerons et ils avaient un impact sur l’environnement potentiellement plus élevé" dit-elle. "En terme de gestion des nuisibles, pour essayer de faire ce qui est le mieux pour l’environnement, il est important de regarder chaque composé et de faire une sélection reposant sur le quotient d’impact environnemental plutôt que de regarder simplement s’il s’agit d’un produit naturel ou synthétique. Il s’agit la d’une simplification qui ne marche tout simplement pas quand il s’agit de minimiser l’impact sur l’environnement."

- Les prêcheurs de l’apocalypse : Pour en finir avec les délires écologiques et sanitaires. Jean de Kervasdoué.


| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |