Accueil du site > Psychologie > Les religions doivent leur succès à leurs martyrs

Les religions doivent leur succès à leurs martyrs

Le 28 mai 2009

Quelle est la différence entre Jésus Christ et Superman ? D’après une analyse publiée de l’évolution comportementale [1], le contenu des religions et des contes populaires est souvent identique, mais seules les religions ont des martyrs.

Quand les dirigeants des religions font de couteux sacrifices au nom de leurs croyances, ces actes ajoutent à la crédibilité de leurs professions de foi et aident à répandre leurs croyances. Si, d’un autre côté, personne n’est prêt à faire un sacrifice significatif pour une croyance, alors les observateurs, souvent de jeunes enfants, abordent souvent le sujet et refusent de s’engager eux-mêmes. "Personne ne se réserve un jour pour rendre grâce à Superman ou ne donne de l’argent à la Fondation Superman" fait remarquer Joseph Henrich, anthropologue évolutionniste de l’Université de Colombie Britannique à Vancouver.

Plus le comportement est couteux, plus il est susceptible d’être sincère : peu de gens seraient disposés à donner leur vie pour un idéal dans lequel ils ne croient pas, et les dévots qui font vœux de pauvreté ou de chasteté mettent réellement leur temps et leur argent sincèrement. De telles démonstrations de mise en valeur de la crédibilité sont même beaucoup plus efficaces si elles sont réalisées par des individus ayant un statut élevé, tels qu’un prêtre ou un autre dirigeant, explique Henrich.

Une fois que les gens croient, ils sont plus susceptibles d’exécuter eux-mêmes des démonstrations similaires. Henrich a créé un modèle mathématique pour tester cette idée et montrer que cette boucle d’auto-renforcement pouvait stabiliser un système de croyance et d’actions, et les aider à persister à travers plusieurs générations.

Cette dynamique aide à expliquer pourquoi tant de religions comprennent des renonciations si couteuses. Par exemple, Henrich note que la persécution des premiers chrétiens par les autorités Romaines pourrait avoir permis aux croyances chrétiennes de se répandre en permettant aux croyants d’être devenus des martyrs pour leur foi, démonstration de crédibilité ultime.

Les principes s’appliquent aux autres mouvements sociaux aussi. Des études sur les communautés utopiques du 19° siècle, comme les huttérites et les shakers, montrent que ceux qui ont les exigences les plus strictes envers leurs sujets étaient plus susceptibles de persister, dit Henrich. "Vous pouvez voir ces changements en action. Le nombre de ces rituels d’engagement couteux augmente avec le temps."

L’analyse d’Henrich comble une importante lacune dans notre compréhension du développement des religions, dit Richard Sosis, anthropologue à l’Université du Connecticut.

L’hypothèse a encore besoin d’être testée, par exemple par des expériences en laboratoire sur la transmission de la croyance, et des études historiques des religions. Mais si Henrich a raison, les églises qui libéralisent leurs codes comportementaux pourraient se saborder elles-mêmes en réduisant l’engagement de leurs adeptes. Ceci pourrait expliquer pourquoi les églises évangéliques chrétiennes strictes sont en pleine expansion dans le monde aux dépends des religions traditionnelles. "Pour être membre, vous devez marcher en ordre et être convaincant" dit Henrich. "Et ceci transmet une foi plus profonde aux enfants."

- Psychologie de la manipulation et de la soumission. Nicolas Guéguen.
- La Biologie de Dieu : Comment les sciences du cerveau expliquent la religion et la foi. Patrick Jean-Baptiste.


Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |