Accueil du site > Science > Les remèdes contre les piqures d’insectes marchent-ils ?

Les remèdes contre les piqures d’insectes marchent-ils ?

Le 12 avril 2012

D’après une analyse des éléments de preuve existants, publiée dans le Drug and Therapeutics Bulletin [1], il existe très peu de preuves que les remèdes vendus sans ordonnance contre les simples piqures d’insectes fonctionnent réellement, car dans la plupart des cas, aucun traitement du tout suffira amplement.

Dans nos contrées, les moucherons, moustiques, mouches, puces et autres punaises de lit comptent pour le gros des insectes qui piquent leurs victimes, à la recherche de sang.

La salive qu’ils injectent peut causer une réaction. Ceci peut provoquer une infection, une explosion d’eczéma ou un choc anaphylactique dans les cas les plus sérieux, et ceux-ci justifient véritablement un traitement approprié.

Mais dans de nombreux cas, la réaction est légère, et il y a toute une panoplie de remèdes disponibles, vendus sans ordonnance en pharmacie ou parapharmacie, visant à traiter les démangeaisons, les douleurs et les gonflements résultants, et les problèmes secondaires causés par les grattements.

Bien que les comprimés antihistaminiques soient largement recommandés pour soulager les démangeaisons associées aux piqures d’insectes, il n’y a pas de preuve pour confirmer cette pratique, explique l’étude. Et aucun des produits utilisés dans les études qui ont été faites n’ont été confirmés dans leur efficacité.

Les stéroïdes (crèmes et comprimés) sont recommandés contre les démangeaisons et les inflammations, bien qu’il n’existe actuellement pas de preuve que leur utilisation soit efficace, excepté pour les personnes qui ont de l’eczéma.

Et l’étude de prévenir que les crèmes à base de stéroïdes devraient être utilisées seulement avec parcimonie, et non pas sur le visage ni sur une coupure ou une peau abimée qui accompagne souvent des grattements vigoureux.

De la même façon, bien que les cachets aux stéroïdes soient recommandés contre les réactions localisées sévères et systémiques, il n’y a pas de preuve pour corroborer cette approche non plus.

D’après l’étude, les crèmes qui contiennent des antidouleurs/anesthésiques, comme la lidocaïne, le benzocaïne, ou associés avec des antihistaminiques et des antiseptiques, ne sont efficaces que marginalement et causent occasionnellement une sensibilisation.

Il n’y a pas de preuve solide justifiant l’utilisation de préparation anti-démangeaisons comme le Crotamiton, dont la valeur reste incertaine. Alors qu’il y a certaines preuves qui suggèrent qu’une solution diluée d’ammonium (contre-irritant) pourrait aider à soulager les démangeaisons et/ou les inflammations, il y a peu de preuve pour les antiseptiques ou les astringents.

"Il existe peu d’éléments de preuve sur l’efficacité des traitements contre les simples piqûres d’insectes. Les symptômes sont souvent limités, et dans de nombreux cas aucun traitement n’est indispensable ni utile" conclut cette étude.


Références et notes :

[1] Management of simple insect bites : where’s the evidence ? Drug and Therapeutics Bulletin, Volume 50, Issue 4.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |