Accueil du site > Psychologie > Les traits de personnalité contribuent à l’effet placebo

Les traits de personnalité contribuent à l’effet placebo

Le 25 avril 2009

Une étude associe que ceux qui recherchent la nouveauté sont les mieux soulagés de la douleur.

Des chercheurs de l’Université McGill ont trouvé pour la première fois que les types de personnalités recherchant et aimant la nouveauté ont une "réponse placébo" plus forte, ou un meilleur soulagement de la douleur suite à l’administration d’un faux traitement, que les personnes ayant une personnalité réservée.

L’étude suppose que l’anticipation d’un soulagement de la douleur, provoquée dans ce cas par l’administration d’un placébo, est un cas spécial d’anticipation d’une récompense. Etant donné que la dopamine est un neurotransmetteur clé dans le processus de récompense, les traits de personnalité associés à la dopamine, tels que ceux aimant et recherchant la nouveauté et ses sensations, ont été étudiés.

L’étude en question a été publiée dans le Journal of Neuroscience [1].

Petra Schweinhardt, chercheur au Alan Edwards Centre for Research on Pain de la Faculté de dentisterie McGill et de la Faculté de Médecine (neurologie et neurochirurgie), et ses collègues ont testé un groupe de 22 hommes en bonne santé, en leur injectant une solution saline présentée comme soulageant la douleur dans leur jambe droite et gauche pendant 20 minutes.

Avant de faire le test, l’équipe de recherche a dit aux participants qu’elle testait une crème analgésique expérimentale qui n’était qu’une lotion pour la peau. Les chercheurs ont dit aux participants qu’ils seront testés avec le traitement sur une des jambes, et avec une lotion non médicale sur l’autre jambe.

Les chercheurs ont demandé aux participants d’évaluer leur douleur dans les deux essais, et la différence correspondant à la réponse placebo. Tout le monde n’a pas rapporté de soulagement de la douleur par le placébo, mais ceux qui l’ont fait avaient les scores les plus élevés lors des tests jugeant leurs personnalités et plus particulièrement leur penchant pour la nouveauté.

L’autre partie de la recherche visait à étudier le striatum ventral, une région du cerveau importante dans le cadre du processus de la récompense. Un IRM a été fait pour tous les sujets et une relation en trois axes a été trouvée entre la réponse placébo, les traits de personnalité et les quantités de matière grise dans cette région cérébrale particulière.

"Notre étude fait clairement un lien entre ces traits de personnalité et l’effet analgésique placébo. Elle nous aidera potentiellement un jour à exploiter cliniquement l’effet placébo, plus que ce que cela se fait de nos jours" explique Schweinhardt. "Plus nous aurons de connaissances à propos de l’effet placebo, plus il sera accepté, ce qui est important parce que nous savons qu’il s’agit d’un véritable phénomène psychologique. Mon but est de faire que l’effet placébo soit reconnu en tant que véritable outil thérapeutique."

- L’effet placebo : Le pouvoir de guérir. Danielle Fecteau.
- Le mystère du placebo. Patrick Lemoine.


Références et notes :

[1] The Anatomy of the Mesolimbic Reward System : A Link between Personality and the Placebo Analgesic Response. The Journal of Neuroscience, 15 Avril, 2009, 29(15):4882-4887.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2016 - Charlatans.info |