Accueil du site > Science > Pas d’effets extraordinaires de la chaleur des micro-ondes ou des (...)

Pas d’effets extraordinaires de la chaleur des micro-ondes ou des portables

Le 17 novembre 2011

Une étude a cherché à quantifier les effets de la chaleur provoquée par des champs électriques contre ceux de la chaleur conventionnelle.

L’effet de la chaleur des rayonnements des micro-ondes et des téléphones portables sur un échantillon de matériel n’est pas différent de celui d’une simple augmentation de la température, selon des scientifiques du Département de Chimie et de Biochimie de l’Université de l’Arizona, qui ont publié l’objet de leur étude dans l’European Physical Journal B [1].

Les chercheurs ont tenté de quantifier systématiquement la différence existant entre la chaleur provoquée par les micro-ondes et la chaleur conventionnelle en utilisant une plaque chauffante ou un bain d’huile, avec des petits échantillons de glycérol liquide. Les auteurs ont mesuré la mobilité moléculaire et les changements de réactivité causés par les champs électriques dans ces échantillons, qui peuvent être évalués par ce qui est connu comme étant la température configurationnelle.

En réalisant les expériences à différents champs de fréquence et avec des échantillons de différentes densités, ils ont réalisé que les petits échantillons exposés à une chaleur venant de champs électriques basse fréquence pouvaient avoir une mobilité et une réactivité considérablement plus élevée que des échantillons exposés à une chaleur normale, même s’ils sont à la même température.

Ils ont aussi trouvé qu’à des fréquences excédant plusieurs mégahertz, et pour des échantillons plus petits qu’un millimètre, le type de chaleur utilisé n’a pas d’impact significatif sur le niveau de mobilité et de réactivité moléculaire, qui est principalement dépendant de la température de l’échantillon. En effet, les températures configurationnelles seront marginalement plus élevées que la température mesurable réelle.

Des études précédentes étaient pour la plupart fondamentales dans leur nature, et n’avaient pas établi de connexion entre les effets de la chaleur des micro-ondes et des portables. Ces résultats impliquent que pour la chaleur causée par le rayonnement micro-ondes ou des portables qui opèrent dans la gamme de fréquence en gigahertz, il ne faut pas s’attendre à d’autre effet que celui d’une augmentation de la température.

Etant donné que les résultats reposent sur des températures moyennes, des travaux futurs seront nécessaires pour quantifier la surchauffe locale, qui peut, par exemple, survenir dans les tissus biologiques soumis à un champ microondes, et mieux évaluer les risques associés à l’utilisation des microondes et des téléphones portables.


Références et notes :

[1] Khalife A, Pathak U, Richert R (2011). Heating liquid dielectrics by time dependent fields. European Physical Journal B (EPJ B). 83, 429 – 435.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2018 - Charlatans.info |