Accueil du site > Psychologie > Qu’est-ce qui cause le déjà vu ?

Qu’est-ce qui cause le déjà vu ?

Le 26 avril 2016

Vous marchez dans une pièce et soudain votre cerveau devient confus avec un sentiment puissant de familiarité, bien qu’il s’agisse d’une expérience totalement nouvelle. Tout comme quelque-chose tout droit sorti d’un film de science-fiction, c’est comme si vous aviez déjà parcouru ce futur.

Il y a de fortes chances que vous ayez déjà vécu cette expérience, connue sous le nom de "déjà vu", dans votre vie. Le déjà-vu survient chez environ 60 à 80 % des gens – un phénomène qui est presque toujours fugace et qui peut se manifester à tout moment. Malgré cette grande banalité, les apparitions de déjà-vu ne sont toujours pas comprises par la communauté scientifique.

Étant donné qu’il n’y a pas de stimulus clair et identifiable qui déclenche une expérience de déjà-vu (étant donné que c’est toujours un compte-rendu rétrospectif de l’individu qui le vit), il est très difficile d’étudier le déjà-vu en laboratoire, expliquent les scientifiques.

Un bug dans le cerveau ?

D’après de nombreuses études, environ les deux-tiers de la population ont déjà vécu au moins un épisode de déjà-vu dans leur vie. Le fait de comprendre comment le stockage de la mémoire fonctionne pourrait peut-être aider à expliquer pourquoi certaines personnes en vivent plus que d’autres. Les épisodes de déjà-vu pourraient être intimement liés à la façon dont la mémoire est stockée dans le cerveau. La rétention des souvenirs, des événements et des faits à long terme est stockée dans les lobes temporaux, et des parties spécifiques du lobe temporal font aussi partie intégrante de la détection de la familiarité et pour la reconnaissance de certains événements. Or, le point essentiel c’est que le lobe temporal est l’endroit où les souvenirs sont créés et stockés.

Alors que le lien entre le déjà-vu, le lobe temporal et la rétention de la mémoire est toujours relativement inconnu, des indices ont été tirés de personnes qui souffrent d’épilepsie du lobe temporal (une condition médicale dans laquelle l’activité cellulaire nerveuse dans le cerveau est perturbée et cause des crises d’épilepsie) [1]. Les résultats suggèrent que les événements de déjà-vu pourraient être causés par un mauvais fonctionnement électrique dans le cerveau.

Les crises d’épilepsie se caractérisent par un dysfonctionnement de l’activité des neurones (cellules nerveuses) à travers le cerveau qui perturbe les impulsions électriques qui "activent" les neurones. Ces impulsions peuvent se répandre à travers tout le cerveau, ce qui induit les crises. "Les comptes rendus cliniques montrent que certains patients qui souffrent d’épilepsie du lobe temporal rapportent vivre des déjà-vus avant une crise d’épilepsie, presque comme une sorte d’avertissement," expliquent les chercheurs.

Mais quels sont les fondements du déjà-vu chez les personnes en bonne santé qui ne souffrent pas d’épilepsie ? Certains chercheurs le décrivent comme un "bug" dans le cerveau – lorsque les neurones pour la familiarité et la reconnaissance s’enflamment – ce qui fait que le cerveau se trompe entre le présent et le passé. En fait, les mêmes impulsions électriques anormales qui contribuent à l’épilepsie peuvent être présentes chez les gens en bonne santé. Un exemple de ceci sont les myoclonies d’endormissement (ou sursauts du sommeil : spasme musculaire involontaire qui survient quand une personne s’endort.)

Un raccourci des chemins neuraux

Les exemples de déjà-vu chez les individus en bonne santé pourraient aussi être attribués à une incompatibilité dans les voies neuronales cérébrales. Ceci peut venir de ce que le cerveau essaye sans arrêt de créer des perceptions globales du monde qui nous entoure avec des données pourtant limitées. Par exemple, il ne faut qu’une petite quantité d’information sensorielle – comme une odeur familière – pour que le cerveau crée un souvenir détaillé. Le déjà-vu pourrait être associé à des ruptures dans les systèmes mémoriels du cerveau, qui conduisent l’information sensorielle à contourner la mémoire à court terme et à atteindre à la place la mémoire à long terme. Ceci pourrait produire le sentiment déconcertant que nous avons déjà vécu dans le passé un événement pourtant nouveau.

Dans le système visuel, l’information sensorielle voyage à travers de multiples chemins, depuis les centres corticaux les plus élevés du cerveau (les aires qui jouent un rôle clé dans la mémoire, l’attention, la perception, la connaissance, la pensée, le langage et la conscience), avec toute l’information qui atteint ces centres en même temps ou presque. "Certains suggèrent que quand une différence dans le traitement de l’information survient le long de ces chemins, la perception est perturbée et est vécue comme deux messages séparés. Le cerveau interprète la seconde version, bien que par une voie secondaire plus lente – comme une expérience perceptuelle séparée – et ainsi le sentiment inapproprié de familiarité (déjà-vu) survient," ajoutent-ils.

Selon les chercheurs, il y a encore beaucoup à apprendre sur le déjà-vu et sur les mécanismes sous-jacents. "Il peut ne pas y avoir de réponse aussi simple pour les mécanismes à l’oeuvre derrière le déjà-vu, mais avec plus de recherches et études, il sera possible de découvrir le phénomène dans le futur," disent-ils.


Références et notes :

[1] Déjà Experiences in Temporal Lobe Epilepsy. Epilepsy Research and Treatment, Volume 2012, Article ID 539567.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2017 - Charlatans.info |