Accueil du site > Science > Toujours aucun lien entre les vaccins et l’autisme

Toujours aucun lien entre les vaccins et l’autisme

Le 2 mai 2015

Dans une étude qui a inclus environ 95000 enfants avec leurs frères et sœurs [1], le fait de recevoir un vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole) n’était pas associé à une augmentation du risque d’autisme, et ceci quel que soit le fait que les frères et sœurs soient atteints du trouble du spectre autistique. Ces résultats indiquent qu’il n’existe pas d’association entre le fait de se faire vacciner et celui d’être atteint d’autisme chez les enfants qui ont déjà un risque élevé de trouble du spectre autistique.

Bien qu’un corps de recherche important ces 15 dernières années n’ait trouvé aucun lien entre le vaccin ROR et les troubles du spectre autistique, les parents et d’autres personnes continuent à associer ce vaccin à l’autisme. Des enquêtes de parents qui ont un enfant atteint du trouble du spectre autistique montrent qu’ils sont nombreux à croire que le vaccin ROR était une cause contribuant à cet état. Cette croyance, associée au fait que les jeunes frères et sœurs ont déjà un risque génétique élevé d’autisme par rapport à la population en général, pourrait convaincre ces parents d’éviter toutes les vaccinations pour leurs jeunes enfants.

Les chercheurs ont examiné les fréquences de cas d’autisme en les comparant aux vaccinations réalisées sur un large échantillon d’enfants aux États-Unis qui avaient des frères et sœurs avec ou sans troubles du spectre autistique. Les chercheurs ont eu recours à une base de données provenant d’une mutuelle santé privée. Les participants étaient constitués d’enfants qui ont continuellement fait partie de cette mutuelle santé depuis leur naissance jusqu’à leur 5 ans environ entre 2001 et 2012, et qui ont eu des frères et sœurs qui en faisaient aussi partie pendant au moins 6 mois entre 1997 et 2012.

Sur les 95 727 enfants inclus dans l’étude, 1929 (soit 2,01 %) avaient un frère ou une soeur atteint d’autisme. Globalement, 994 (soit 1,04 %) enfants de la cohorte ont été diagnostiqués comme atteint d’un trouble du spectre autistique pendant le suivi. Parmi ceux qui avaient un frère/sœur plus âgé atteint du trouble du spectre autistique, 134 (6,9 %) ont été diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique, comparés aux 860 (0,9 %) diagnostiqués avec ce trouble chez ceux qui n’avaient pas de frère/sœur atteint de ce trouble. Le taux de vaccination ROR (1 dose ou plus) pour les enfants qui avaient des frères et sœurs non touchés était de 84 % à 2 ans et de 92 % à l’âge de 5 ans. Au contraire, les taux de vaccination ROR pour les enfants qui avaient des frères et sœurs atteints du trouble du spectre autistique étaient plus faibles (73 % à 2 ans et 86 % à 5 ans). L’analyse des données indique que le fait d’être vacciné n’était pas associé à une augmentation du risque de trouble du spectre autistique à tout âge.

"Comme pour d’autres études sur d’autres populations, nous n’avons pas observé d’association entre la vaccination ROR et l’augmentation du risque de trouble du spectre autistique chez les enfants. Nous n’avons pas non plus trouvé de preuve que le fait de recevoir 1 ou 2 doses de vaccin ROR était associé à un risque plus élevé de troubles de l’autisme chez les enfants qui avaient des frères et sœurs atteints de ce trouble. En même temps que la fréquence des cas d’autisme augmente, il en est de même pour le nombre d’enfants qui ont des frères et sœurs diagnostiqués comme autistes, un groupe d’enfants qui est particulièrement important car ils étaient sous-vaccinés dans nos observations, comme d’autres comptes rendus l’avaient déjà rapporté," écrivent les auteurs.


Références et notes :

[1] Anjali Jain, Jaclyn Marshall, Ami Buikema, Tim Bancroft, Jonathan P. Kelly, Craig J. Newschaffer. Autism Occurrence by MMR Vaccine Status Among US Children With Older Siblings With and Without Autism. JAMA, 2015.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

| | | Fil RSS | Contacts | Plan du Site | © 2019 - Charlatans.info |